How does it feel?

je vous préviens pour celles qui ne connaissent pas, le 1er com de cette vidéo dit « looking at that video made me pregnant » (=je suis tombée enceinte rien qu’en regardant cette vidéo)

mais ouais, vous avez le droit de le regarder encore une fois. on se retrouve après…

Ayé?!? haaaaa, bah ça fait du bien, non? tout ça pour vous dire 3 choses.

1/ merci MERCI en arial 82 ET qui clignote, pour tous vos commentaires qui ont parlé de joie, d’émotion, de .. Victor HUGO! hahaha, les gagnantes sont Morgane Loizeau puis Elsa Piers. J’ai été émue aux larmes et n’ai pas boudé mon plaisir, car finalement, vous comprenez mon message. vous m’aimez pour ce que je suis. Et comme moi-même, je ne sais pas toujours qui je suis, je trouve ça assez génial! HAHAHA. alors, on va pas chialer encore donc… comme j’avais déjà sorti les fleurs lundi, j’ai opté pour le côté plus hormonale aujourd’hui avec Mr d’Angelo. M’est d’avis que ça ne plaît pas à tout le monde mais que ça plaît beaucoup beaucoup à qui ça plaît… vous me suivez?

2/ Jean Paul Gaultier Parfum et la lumineuse Elisabeth de Feydeau ont donné l’autre soir une conférence assez géniale sur l’histoire du parfum masculin. ça n’est pas souvent qu’une marque propose des choses aussi intéressantes et je voulais les en remercier. la conf s’appelait « Du Mal Dominant à l’Homme Objet« . et c’est là évidemment que l’on revient à d’Angelo : less is so more! je le trouve à tomber en homme objet. et c’est fou comme on devient puissant quand on se laisse aller à ce type de fantasme : être objectivé. mais ouais, moi aussi je voudrais devant mon mec me transformer en un objet de désir (TOUT dans cette phrase est désir)(hahaha).

3/ tant de virilitude, ça me fait finalement réfléchir sur la féminité. La mienne en tout cas. c’est quoi la féminité? montrer et sublimer ses attributs féminins? se sentir femme? c’est que du cul en fait? c’est quoi pour vous être féminine? c’est important? Par exemple Simone (de Beauvoir), suis pas d’accord : on naît femme, on est différentes des hommes, même si tout ne se résume pas à ça. personnellement, je me SENS tellement bien quand je ME TROUVE féminine. Et ce sentiment de trouvaille quand je l’ai je ne ressens pas qu’il correspond a truc un social ou un apprentissage. C’est déjà là, ça me précède et tout d’un coup, ça s’exprime. bref… on y réfléchit ensemble?

ou… on se matte encore d’Angelo?!

Il y a 4 années / Bouche 52 commentaire(s)

52 commentaire(s)

  • Oh my…

    Personnellement je me sens la plus féminine quand j’adopte un look un peu masculin, rien de mieux qu’une paire de derbys, un blazer XXL et chemise boutonnée jusqu’en haut ! Oui madame mais le tout décalé avec un rouge ROUGE, la chevelure sauvage et un ou deux bijoux qui s’la raconte… Là je sors du statut de femme objet et devient une femme forte prête à s’occuper de qui veut l’être l’objet (ok j’arrête ! Mais t’as vu la vidéo que tu mets dès le matin aussi !)

  • Bonjour Mai!
    Quelle vidéo! Quel homme! Pas d’autres mots qui me viennent là! loool.

    Ah si, je vais de ce pas enfiler une tenue colorée et un brin sexy mais féminine 🙂

    Et alors la féminité? Hmm…je crois que je vais remater la vidéo d’Angelo et on en parle après! hahaha

    Belle journée les tigresses (oui c’est ce qu’il me vient à l’esprit!)

  • c est marrant parce que je ne me suis jamais reellement posée la question de la feminité… Je le sent ….le ressent ….le voit(ds les yx des d angelo aussi :))
    Je suis bien et c est peut etre ca le plus cool :))

    Merciiiiiiiiiii pour d angelo toujours un kifff voir jouissif 🙂

  • Ahlala ce clip : mythique !
    Et oui ça fait du bien, même juste la musique, ça fait du bien. Mais je bien dois avoué que je ne connais rien d’autre de lui.

  • Comment t’as fait monter la température du bureau en 2/2!
    Je me sens féminine quand on papote pendant des heures au hammam entre filles/femmes, les secrets qu’on s’y échange, les recettes aussi en se massant et toutes les femmes que j’y vois sont hyper belles mais ce n’est pas une morphologie ou même un style ou un make up particulier c’est une attitude, c’est se regarder dans le miroir et être en paix avec ce qu’on voit même si ce n’est pas parfait parce que ça rend forte et que c’est un des ingrédients principal de la féminité, la force! *genre tu vois Beyonce quoi Fierce ma sœur !! et méga sex aussi …*

  • Ce clip me fait immédiatement penser à ma meilleure amie; je nous revois rire comme seules les filles savent le faire en regardant ce bellâtre.. on le faisait il y a 15 ans et on le fait toujours 🙂 Merci merci pour le sourire que tu me donnes ce matin !!

    La féminité.. à 35 ans, elle m’intrigue toujours. Certains jours je me sens femme en jean/basket et d’autres jours, il me faut des talons. Ce que j’aime par dessus tout comme style, c’est croiser des femmes dans la rue, pas forcément très sophistiquées, mais qui dégagent quelque chose d’indescriptible. C’est cette féminité-là que j’aimerais développer 🙂

  • Ce que je trouve le plus sexy dans cette vidéo : ses oreilles ; j’adore les oreilles un peu pointues… Je sais, je pense que je ne suis pas très normale 😉 … Donc, savoir ce qu’est la féminitude, c’est trop compliqué pour moi, ha, ha !!
    Bonne journée.

  • haaa la féminité, cette grande question…!
    Moi je suis très partagée. D’abord, je n’aime pas trop l’idée qu’un homme et une femme soit « différents ». je n’aime pas l’idée qu’il y ait des qualités féminines, et des qualités masculines. Ca nous amène à ce qu’on dise que la tendresse c’est féminin, que le bricolage et le foot c’est masculin… et qu’il faut un papa et une maman sinon le monde tourne pas rond. (pardon je ne veux pas entamer un débat politique)
    et en même temps, je me sens féminine surtout par le désir de l’autre. (et de fait, surtout le regard des hommes)…
    Je me sens féminine quand je suis confiante sur mon allure, sur ce que je dégage, et peu importe comment je suis habillée. bien sûr, un maquillage qui met nos yeux en valeur, un petit jean qui fait le boule parfait, ça aide. bref! je suis pleine de contradiction, et je pense que je vais plutôt regarder D’angelo et me taire!

  • Oh là là je ne trouve pas ça féminin du tout de « mater » un homme.

    Etre féminine pour moi, c’est me sentir belle dans le regard d’un homme ou d’une femme voire même dans celui d’un enfant.

    Ces derniers savent aussi vous renvoyer que ce matin, vous êtes superbe ou pas; C’est très féminin aussi de ne pas se sentir au top 😉

    J’adore votre blog!

  • Après visionnage, j’ai envie de crier : « hormone hormone hormone »!
    J’avais jamais vu ce clip avant! OMG! Le pire, c’est que je m’attendais à voir ses fesses, et naaaaan! Grosse frustration, mais encore plus de désir du coup!
    La féminité c’est vraiment compliqué, du moins pas universel. Comme Anne So, je me sens plus féminine avec un look un peu masculin. Je crois que c’est parce que ma mère s’habillait avec de grandes vestes d’homme et des derbys étant jeune, et que mon image me renvoie aux photographies que j’ai d’elle dans les années ’80.
    Et je me sens super féminine comme ça. Bizarrement, parfois je me trouve jolie dans de belles grandes robes, mais moins féminine. Chelou nan?
    Je m’étais jamais formulé ça, décidément Mai, tu pousse à la confidence!!

    Bonne HOT journée!!

  • Ce clip donne un petit coup de chaud 😮
    Je me sens féminine quand je prends soin de moi, quand j’ai du temps pour me préparer et quand mon mec me regarde en souriant :). C’est souvent dans des petits détails que ça se joue je crois !

  • Je suis pas d’accord avec toi pour le coup sur Simone de Beauvoir, elle traitait de la condition féminine et pas de la féminité. Quand elle écrit « on ne nait pas femme, on le devient », ce n’est pas pour nier les différences entre hommes et femmes mais pour revendiquer l’égalité entre les sexes. Et là dessus on sait toutes qu’on revient de loin, même s’il y a encore du taf…
    A l’inverse : est-ce qu’on est plus femme quand on prend soin de soi, qu’on se pose du rouge aux lèvres et aux ongles, qu’on se haut-talonne? Comment cette féminité s’exprime au travers de nos atours, mais aussi de nos attitudes, de notre façon d’être? Cette féminité, elle est pour nous ou pour les autres? Comment on fait coincider les 2? Je n’ai pas de réponse mais le sujet m’intéresse!

  • Je surkiffe le commentaire d’emmafromparis et les questions que tu nous amènes à nous poser Mai. Un peu comme toi, je pourrais dire que la féminité qui est en moi s’exprime parfois pleinement quand je me sens belle/bien et effectivement désirable, c’est à dire objet de désir pour l’autre. Le regard de l’autre est donc présent dans mon esprit dans ces moments mais n’a pas besoin d’être réel, c’est quelque chose de fantasmé.

  • j’ai jamais vu 4 minutes 28 passer aussi vite ! ahahahah
    j’ai regardé la vidéo qu’à la fin de ton article, comme un peu timide, car je ne savais pas ce que j’allais voir et comment j’allais y réagir… Je ne suis pourtant pas prude, mais oui…! je savais pas cmt j’allais réagir à ce que j’imaginais pouvoir voir ! Est ce que j’allais tomber enceinte moi aussi ? est ce que j’allais regarder cet homme comme on regarde une oeuvre d’art ? une sculpture de raphaël ou peinture, une photographie ? Finalement, comme tout le monde, j’étais juste frustrée de pas pouvoir voir ses petites fesses.. ou bien même juste longer son profil ! Ahahaha ! mais j’ai quand même apprécié la vue d’un corps d’homme exprimant sensualité, désir.
    ça doit être une part de ma féminité j’imagine… Pas de mot sur la féminité en elle-même, juste des mots sur ce que je ressens en tant que femme ! Et là, j’ai juste envie de me recoiffer, mettre un peu de lipstick et m’assurer que mon jean me fait des jolies fesses ! Pour autant, je sais quand même lire et ai de la conversation…! si, si !

  • Ralala moi j’aime beaucoup la musique mais le physique d’Angelo me laisse un peu de marbre, j’ai toujours eu un faible pour les mecs pas musclés.. (mais pas d’offense pour d’Angelo hein s’il ne restait que lui ça m’irai très bien!)
    Pour moi la féminité ne se joue pas dans les accessoires ou la tenue, ce côté là c’est plutôt la confiance en soi. Je me sens confiante en moi-meme lorsque j’ai bien dormi donc que j’ai un joli teint, que je n’ai pas zappé la piscine depuis 3 mois et que mes jambes sont joliment galbées et que bref toutes les planètes sont alignées. La féminité de mon point de vue c’est une force dans le regard avec un tout petit peu de fragilité. Et l’assumer cette fragilité. En gros pour moi tu es féminine lorsque par tes yeux tu exprime une force (peu un importe qu’elle soit morale en fait, par force j’entend une force bienveillante qui te fait déplacer des montages pour toi et les autres) et en même temps une part de fragilité que l’on a toute et qu’il est nécessaire d’assumer (pour les déplacer ces putains de montagnes). C’est peut être pas très clair ce que je dis… mais ça vient comme ça

    Bonne journée à tous!

  • Je suis déjà enceinte, c’est peut être ça qui me fait dire que d’Angelo c’est trop pour moi, entre sa voix climax-esque, ses tours de langue et son corps taillé à la cerpe, je m’y perds. Je lui préfère Maxwell, dans le même registre, mais plus subtil. C’est ça je crois pour moi la féminité ou la virilité..il doit y avoir de la subtilité, une suggestion, une vague impression de quelque chose qui ne s’exprime pas complètement mais qu’on sent. Je me sens féminine quand je suis bien dans ma peau, quand je suis moi même, quand j’arrive à faire passer la bonne dose de féminin/masculin. Ca ne passe pas forcément par des talons ou un rouge à lèvre bien marqué, c’est la cohérence entre mind body and soul. Un alignement des étoiles bien rare, mais ça c’est un autre sujet…

    • C’est hyper intéressant ce que vous dites. Je vais re-réfléchir a Simone. Parce que je suis évidemment d’accord sur son combat pour l’égalité des sexes et le non-déterminisme. Mais … Je ne suis pas d’accord avec cette idée que la féminité n’est qu’une construction sociale. Mais… Je vais y réfléchir! 😉
      Sinon si je résume ce que vous dites
      1/ finalement si la féminité s’objective de manière sociale (une femme doit doit être comme ci, un homme comme ça etc) c’est la merde. Et nous décidons de depasser ce stade.
      2/ si la « bonne » féminité se joue dans la sphère intime, elle trouve son « climax » dans un ressenti au contact de l’autre et/ou de soi
      3/ vous avez toutes associé ce sentiment de féminité a du bien etre
      4/ finalement la difficulté concernant la féminité c’est de laisser une partie de soi s’objectiver par soi dans le miroir (dans le ressenti) ou par l’autre dans le regard. Avec force, sensibilite, pudeur, etc mais quand même. C’est tellement difficile dans un monde qui ne laisse que peu de place a ça. On nous demande tellement de contrôle.
      Finalement a ce jeu nous sommes tous, hommes et femmes dans le même bateau.

  • Waouuuw je suis épatée qu’on soit passé du clip torride à une réflexion profonde, très bien résumée par Timai, sur la féminité en une matinée. C’est pour tout ça que j’aime ce blog 🙂

  • my my my …. Au début de la vidéo, je me suis dit mouais, trop musclé, pas à l’aise le D’angelo … mais QUE NENNI ! Plus la video avance plus le charme opère et je me retrouve à vouloir revenir 10 ans en arrière et lui proposer de m’épouser.
    Tnx pour la découverte 😉

  • Oulala ! Au début j’ai eu la même réaction que Maeva – trop de muscles & co… De mon côté je ne vois pas la masculinité ou la féminité dans des codes tels que le muscles pour l’homme, le regard dur…et les talons pour la femme.. Mais plutôt dans une attitude de « j’ai un peu de féminité et une peu de masculinité en moi » que ce soit un homme ou une femme – « et j’apprivoise ce doux mélange pour être féminine » pour une femme et « pour être masculin » pour un homme. Je ne sais pas si c’est très clair je réfléchis en même temps que j’écris (pause du midi oblige rapidité…ahah).

    • À vrai dire je pense que le féminisme a permis une révolution sans précédent pour l’égalité des sexes mais qu’en même temps dans cet héritage formidable, on a un goût de « pas bien » avec sa féminité. On a peur de ressemble a nabila si l’on assume sa féminité ou a Tatcher si on la refuse. Et je trouve ça très pernicieux. Honnêtement même si cela peut être difficile auj d’être une femme (on ne gagne tjs pas autant que les hommes) eh bien ce doit être bien plus dur d’être un homme. Bcp d’hommes se sentent tellement lost dans leur virilité!
      Ne boudons pas notre plaisir a nous ressentir « féminines ».

  • Coucou Mai !

    Bon j’ai regardé la vidéo tout en me demandant « Ok, quand est ce que la caméra va DESCENDRE ?! »
    Je ne suis plus du tout apte à parler de féminité du coup, je suis envahie de masculinité …

    Merci *bave*

  • So sexy, show bouillant! Il est trop beau… La féminité pour moi ça se vit entièrement de l’intérieur et le reste suit, elle a plusieurs facettes à mes yeux qui correspondent aux différents rôles que nous avons dans nos vies: la séductrice, la mère,pour les grands classiques!!! mais aussi la soeur, la copine, la confidente, il y a tellement de raisons qui peuvent nous amener à nous sentir feminines… Je trouve ce concept si riche qu’il est difficile à aborder sans le réduire, peut être que je fais complètement fausse route aussi… En tous cas c’est intéressant d’y réfléchir!

  • Timai, merci d’être douée, d’être aussi sensible à la beauté, quelle qu’elle soit… et d’y mettre cette profondeur. C’est rare de trouver une telle qualité dans la recherche esthétique, tu passes d’un sujet à l’autre en nous poussant à réfléchir à tout. C’est toujours une surprise quand la page de ton blog s’ouvre, j’y trouve toujours l’écho d’une envie que ce soit dans une couleur, un conseil beauté, un portrait…

    Je trouve intéressant que beaucoup ait assimilé la féminité à une apparence ou un vêtement. A mon avis, il y a une différence entre être féminine et être femme. Sans rentrer dans les grands débats sur Simone (je suis d’ailleurs d’accord avec toi en ce qui la concerne) je pense qu’on peut se sentir femme sans pour pour autant être féminine dans son apparence et vice-versa.

    Même dans mon souvenir le plus lointain, je me rappelle avoir été dans le souci de la perfection de l’apparence, très proche de cette féminité, de cette démarche esthétique dont beaucoup ont parlé dans les commentaires, toujours très féminine, même enfant -alors que ma mère ne l’était finalement pas vraiment mise à part sa fixation sur son rouge à lèvres dior et ses chaussures à talons impeccables… Il ne s’agissait donc pas d’un exemple à suivre pour moi mais d’une volonté d’être belle pour attirer le regard, l’attention et l’amour. Toujours en robe ou jupe avec accessoires assortis (même à 4 ans!… Je sais c’est grave mais je me soigne;)
    je suis toujours comme ca maintenant, j’ai toujours féminine et je le resterai probablement toute ma vie mais se sentir femme, c’est autre chose à mon avis… C’est :
    accepter son corps et son esprit,
    ses imperfections et ses faiblesses
    avoir conscience de la différence entre nous et les hommes sans mépris, sans arrogance
    et accepter d’endosser le rôle d’une femme dans la société actuelle.

    Je pense qu’il est à chacune d’entre nous de se retrouver dans le modèle qui lui correspond, tradi, moderne, carrièriste, etc. sans sentiment de culpabilité par rapport à l’image de la femme libérée

    On peut porter des talons de 12 cm ou des derbys, si on se sent mal dans sa tête, son corps de femme et « le rôle » qu’on s’attribue pour correspondre aux critères qu’on a tendance à nous dicter, rien n’ira et n’aura cette aura qui fait la beauté des femmes qui s’assument. Personnellement, je me sens vraiment femme que depuis la fin de la vingtaine… Est-ce lié à la maturité de l’âge? Au travail que j’effectue sur moi? Je ne sais pas… Est-ce que tu penses, toi Timai, qui as presque le même âge que moi, que le rapport à la féminité/être femme change avec l’âge?
    Désolée pour le roman mais je suis inspirée ce soir!

  • Chère Mai!
    Tu devrais lire « reflet dans un œil d’homme » de Nancy Huston! C’est un livre magnifique sur la femme et la féminité! Oui nous naissons femme!
    Merci pour ce très beau blog que je suis avec plaisir!
    Bien à toi

  • Chaud chaud chaud ce clip, so sexy

    Il y a des femmes qui sont très féminines en jupe crayon et talons, comme d’autres en tailleur pantalon masculin, chemisier ou même en jeans et tee-shirt…
    Par contre, le grand décolleté + la mini-jupe + les très très hauts talons pour moi ce n’est plus de la féminité quand on en montre trop

  • Il est très beau cet homme mais il me fait peur..
    bon, pas autant que les vendeurs torse nu d’Abercrombie
    (déjà, ils font 5 mètres de plus que moi. Et leurs sourires…..brrrrrr je me suis déjà cachée derrière une pile de teeshirt pour leurs échapper !!)
    Vive l’imperfection

    J’ai 18 ans et je n’ai pas encore apprivoisé ma féminité. Je la laisse dormir sous des jeans et des teeshirts. J’aimerais passer de la tomboy à la tomboy sensuelle. Ca viendra. Un jour je serais aussi bonne que Jane B, un jour je l’aurais !

    • @maud de mademoiselle: hahah, je suis same same but différent. Une mère over féminine et moi très boyish. Ce qui finalement revient au même que toi. Et pour moi aussi le sentiment de féminité se révèle plutôt depuis ces dernières années. Et c’est un grand plaisir.
      @claire : oui bien sur, j’en ai entendu parle évidemment. Je vais courir le lire. Merci!
      @ fauve : trop ou trop peu, tout dépend de ta norme a toi finalement. Pour revenir a ma mère, entre la mini jupe, les couleurs, les faux ongles, la dentelle, elle te dira oui a tout ET en même temps. Pour autant elle a d’autres choses en elles qui la différencient d’une cloche dont la totalité de la personne serait objet. Pour la part, je sais que mon côté boyish (je suis plutôt yamamoto que cavalli) demande du soin car sinon quand je suis trop négligée, je me sens comme… Un pneu! N’est pas bon ça! Il y a mille manière de vivre et d’assumer sa féminité. Mais trouver son chemin, ne pas le nier, ça rend forcément plus heureux.

  • Ah bah le féminin ça me parle, longtemps je m’en suis sentie exclu, pas complétement admise par manque de reconnaissance, non pas des hommes mais des femmes, un corps féminin et pourtant pas une place de femme. Être femme, c’est avant tout un sentiment d’appartenance à une communauté, un cercle, quelque soit son apparence, celà ne découle pas d’une reconnaissance mais bien de son entrée dans ce cercle, ce passage qui est transmis ou que l’on fait par soi même.

  • J’avais vraiment envie de parler de féminité hier mais finalement j’ai préféré mater d’Angelo.
    Aujourd’hui je tombe du lit sur ton article Comme un dimanche et je sourie. Elle est forte Mai. Elle nous parle d’une féminité qui s’exprimerai comme ça, en la portant, en la ressentant, et au travers de mon écran j’écoute la féminité qui dialogue entre ce rouge, ce baggy, ce cuir et ces basket. Une féminité bavarde et amusante.
    Je crois que je ne me suis jamais trouvé autant féminine que cette dernière semaine. Peut-être que je me suis simplement trouvée.

  • Sans avoir l’âme d’une militante féministe, je trouve que le féminisme a plutôt oeuvré pour la libre expression de sa féminité. Quand tu dis qu’on est bloqué par l’alternative Nabila / Thatcher, je trouve que c’est plus les images de la féminité véhiculées par les médias de masse qui sont en cause, et pas le féminisme. Et du coup si on est un tant soit peu « féministe », on a peur de tomber dans ces représentations, donc on est dans le contrôle.

  • mais grave, ça donne chaud ce clip!

    J’aime bien cette réflexion sur la féminité… J’avoue que perso je peux être très boyish et parfois très féminine – mais assumer des looks féminins, mes « formes », la bouche rouge etc. c’est venu quand même assez tard. Je me sens féminine quand je me trouve belle et que j’assume le regard des autres; qui me trouvent également jolie voire sexy – quand j’ai confiance en moi et que je suis bien dans ma peau en somme.
    Bien sur on doit essayer de s’éloigner des cliches de ce qui fait qu’un homme est viril, et une femme féminine… cependant, dans l’esthétique de manière générale il y a des formes « féminines », rondes et courbes alors que l’on va associer l’homme a des formes plus carrées. Une femme est, peut être, plus fragile qu’un homme avec ses grandes épaules…

  • Ca me fait plaisir de lire ces mots sur la fémininté, je t’en avais parlé par mail il y a un an peut etre. Aujourd’hui je me pose toujours ces questions; qu’est ce que c’est et comment on y arrive?
    J’envie toutes ces femmes que tu filmes et qui sont hyper féminines, chacune à leurs manières, chacune avec quelque chose de l’ordre de la grace, mais sans comparaison possible entre elles. Ton regard aussi rend les femmes féminines parce que tu captes cette force qu’elles ont sans etre imposantes.
    Ce sujet me préoccupe tant que je cherche à le saisir dans mes études de psycho, et ce que je lis ne me plait pas trop: la psychanalyse considère qu’on est femme parce que nous ne sommes pas homme, parce que nous n’avons pas ce que les hommes ont (le fameux phallus…). Cela n’est pas envisageable pour moi d’etre femme en regard des hommes, apres tout eux non plus n’ont pas tout un tas de chose que nous avons.
    Vaste débat psychanalytique, mais qui pose question pour moi dans ce qu’est etre femme et féminine.

    Merci de reflechire avec nous Mai

  • Je suis ravie de lire toutes ces réflexions… Ça me parle beaucoup parce que je me questionne beaucoup sur tout ça « qu’est-ce qui fait de nous une fille, une femme » « qu’est-ce qui fait d’eux un garçon, un homme » ? Est-ce que réellement il s’agit de choses apprises, dans les livres, dans les spots pub ou les films ?
    Je déteste autant le clivage homme/femme (// petites voitures/poupées // bricolage/couture // poil aux pattes/épilation) que j’ai été perturbée par deux petites filles que j’ai rencontré le week-end dernier : elles avaient les cheveux courts à la garçonne, comme leur frère, en fait. Je les ai prise pour des petits garçons et me suis sentie bien honteuse quand la plus jeune m’a remis en place « ben non, j’ai qu’un frère, elle c’est ma sœur ! ».
    Moi je suis née dans cette société, mon père allait au boulot et ma mère restait à la maison. J’étais ultra-féminine quand j’étais petite (rêves de princesse aux longues robes tout ça…) et puis finalement je crois que je ne me SENS féminine que depuis quelques années, quand j’ai enfin fini par apprécier mes imperfections, mes côtés moins féminins (même si je suis toujours aussi effrayée de voir mes poils jambiers repousser…) ce qui en parallèle coincide avec le moment où je me suis sentie plus à l’aise par rapport au regard des autres.
    Je passe mon temps à me demandé comment j’aurais été si j’avais été élevée comme ça : http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/suede-un-couple-eleve-son-enfant-sans-reveler-son-sexe-18-02-2013-2577893.php

    Bref je crois qu’on est là dans une question d’équilibre entre ce qu’il est entendu que « féminin » veut dire et ce qu’on ressent toutes dans nos corps. Et là-dedans ça serait notre équilibre perso à trouver.

    Me sentir féminine c’est dans mon regard quand je me sens sûre de moi dans l’image que je renvoie (quand j’ai bien eu le temps de me préparer, talon ou pas) mais c’est aussi dans ses yeux un dimanche après-midi de sweat-jogging…

    (d’ailleurs, petite parenthèse, moi c’est moins les talons que les sous-vêtements qui vont m’aider à me sentir féminine – ou forte dans ma position de femme)

    Et ça alors ? http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2013/04/22/theorie-du-genre-etudes-sur-le-genre-quelle-difference_3163940_1473688.html

  • Ah ce clip, je ne peux le regarder que 30s, car au travail, je sais que je vais avoir l esprit distrait le reste de la journée…
    Quant a la feminité, je me pose beaucoup de question depuis un an que je vis au Quebec, ou les codes sont bien different de notre vieille patrie et où les cousines québécoises de Nabilas sont synonymes de beautées ultimes… à mes yeux le sexy se transforme en vulgaire et le corps de la femme(mais meme punition pour l homme )doit juste etre `top shape`. Et moi je suis trés loin de ca.
    Je crois aussi qu en France on a cette culture de l esthetisme et l elegeance qui trone parfois comme une epée de Damocles, car savoir s accepter soit meme au milieu de tous ses codes, sont pas toujours choses faciles, mais une fois qu on arrive a saisir que chacun est une representatiopn du beau et que finalement l elegance c est une question d harmonie, si l esprit le percoit, la seule chose qui nous reste a faire c est de laisser rayonner son corps et en etre fiere. (Coqueterie ou pas) (Homme ou Femme)

    Mai, je trouve que tu rayonnes, et merci pour ce blog plein de lumiere.

  • Ah, LE sujet prise-de-tête par excellence! Pour moi, c’est super compliqué, la conception de la féminité, je t’explique mais ça va être long… Ma mère est hongroise, alors mon modèle a été la féminité très « femme » des femmes de l’Est, tout en grandissant à Paris, donc quelque chose du « négligé chic » de la parisienne a déteint. Ensuite j’ai vécu en Italie, comme une éponge ça a été ma période « féminité exacerbée ». Et maintenant mon chéri qui vient d’Amérique latine, je m’adapte donc aussi à sa conception de ce qui est féminin, et je vis au Portugal… Bref, j’ai vraiment fait l’expérience du fait que la conception de la féminité, c’est culturel, même le rapport à la féminité du corps! Entre les européennes qui sont en permanence au régime et les latina qui se font siliconer seins et fesses, finalement ce que j’ai trouvé, c’est ma liberté, celle d’être moi-même, de porter oes vêtements dans lesquels je me sens bien, un jour une robe moulante, le lendemain une blouse romantique avec des ballerines, un autre jour un slim avec mes bottes pirate… Bref, je m’amuse et je trouve un petit bout de moi partout, au final! Bien malin celui qui devinerait de par mes fringues d’où je viens :p

  • Je pense qu’il y a plusieurs choses à ne pas confondre. Selon le Larousse le mot féminité veux dire : « Ensemble des caractères anatomiques et physiologiques propres à la femme. »
    Finalement, la féminité c’est le fait d’être femme. Donc, nous naissons féminines, autrement dit dotées d’organes sexuels femelle (ouais c’est chaud dit comme ça…) mais oui, nous devenons femme. Je pense qu’il ne faut dont pas confondre féminité et sensualité. La sensualité étant pour moi une forme d’exaltation corporelle. Et je pense que tout se joue ici. Etre femme, ce n’est pas être sensuelle en soi, ni être désirable finalement, c’est comme le fait d’être homme. Rien de libidineux dans le fait d’être une femme ou un homme. C’est comme être blond ou roux ou brun, avoir les yeux verts, jaune, rouge. Peu importe. Maintenant la question d’être femme à notre époque est forcément complexe puisque notre société à lié sensualité et féminité. Sur ce je m’arrête =)
    Au plaisir de te lire Mai !

  • Coucou Timai,
    J’avais beaucoup de choses à dire sur cet article que tu as écris. Seulement, il y’avait trop de choses et c’était un peu la pagaille. Une semaine après ça l’est toujours. Mais j’essaie d’y répondre un peu plus posément dans un article que j’ai écris.
    Pour te dire que ça m’a permis de me questionner encore une fois, d’essayer de trouver une réponse, même si je sais que ça reste encore très ouvert et que dans quelques mois, années, ça risque de changer… Des instants beauté et des instants réfléxions, c’est ce mélange que j’aime sur ton blog. C’est bien chouette, continue! Des bises

  • Je suis tombée ici via Fred et je trouve que c’est joli ! Et un post sur la féminité, je ne pouvais pas m’empêcher d’y répondre (même en retard). Ce que Beauvoir explique, c’est qu’on naît avec un sexe féminin, mais le genre féminin se construit socialement. On nous apprend à nous conduire conformément à ce que la société dans laquelle on vit attend d’une femme, afin d’être une digne représentante de l’idée qu’on se fait du genre féminin. Et quand on dévie de cette norme, on est considéré comme moins féminine, voire pas du tout. De la même façon, on ne naît pas homme, on le devient aussi. On parle de genre ici, pas de sexe. On voit bien qu’être féminine, ce n’est pas juste être biologiquement une femme, sinon comment expliquer qu’une femme, parfois, ne se sente pas féminine? Quand on ne se sent pas féminine, c’est qu’on sent qu’on ne colle pas avec l’idée qu’on se fait de la féminité, avec les codes de la féminité qu’on a intégré parce qu’on évolue dans une société donnée. Pour moi, la féminité est un concept qui varie culturellement et temporellement, et qui ne préexiste pas le fait d’être une femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *