L’amour est-il bleu?

... me demande Léo

Yves Klein, le saut dans le vide

« Maman, l’amour, c’est bleu l’amour? » Léo et ses questions merveilleuses…
Mon fils chéri, je n’ai pas réussi à te répondre sur le coup. Alors plus tard, tu liras ces quelques lignes. Elles sont pour toi. Elles sont pour toi. Aussi. Elles sont pour vous. Bien sur.

Si l’on revient à ce que dit Klein, le bleu lui fait penser à des choses infinies. La mer, le ciel… Alors, par extension il en fait la couleur de notre sensibilité. Il dit que nous envoyons des hommes sur la lune, conquérir l’infini de l’univers mais que nous oublions toujours de conquérir cet espace intérieur. Ce qu’on a dans le ventre, dans le cœur. Et si nous partions conquérir notre sensibilité?! cet autre infini, qui est en nous?
Klein nous place devant ses monochromes. Il dit « je vois les traits de pinceaux comme autant de barreaux de prison. » Ces monochromes comme surface de libération, sont plus hauts qu’un homme et plus larges que ses bras ouverts pour que chacun puisse à partir d’une surface fermée faire l’expérience d’un infini. tu me suis? Son fameux bleu, le IKB, International Klein Blue est un bleu outremer qu’il a réussi a agglomérer sans trace de médium. Car d’habitude si tu mélanges ce bleu à n’importe quel médium, il perd automatiquement sa superbe. Il se jaunit à l’huile, se blanchit à la gouache, se fonce à l’eau, comme un cailloux que l’on mouille.
Entre le rien et le sublime, il n’y a qu’un pas. Notre regard. Notre envie. tu verras, toi aussi tu seras happé, hypnotisé. Electrisé.
Alors l’amour oui, en ce sens Léo, ça peut être bleu.

Et puis tu sais, le bleu c’est aussi la couleur de la déprime, des états d’âme « damn, i’m feeling Blue », c’est la couleur de la trouille. Ce puit sans fond que l’on fait mine de ne pas voir. que l’on occulte. Sans même s’en rendre compte.
Encore une fois, ça colle pas mal.

Kandinsky lui, c’est le premier a avoir étudié la sensorialité des couleurs, ce qui, au delà des symbolismes particuliers à chaque culture, peut être partagé universellement, factuellement par chacun. Donc si on se met devant un grand mur bleu, ou devant un Klein, ce qu’on sentira c’est un dynamisme exacerbé, avec un double mouvement, qui part au loin et en même temps rentre en lui même (le jaune au contraire va rayonner et venir t’ attraper l’œil). Alors il y a quelque chose de contemplatif, quelque chose qui nous emmène, nous emporte, peut faire peur aussi. Encore. Oui l’amour serait encore bleu mon garçon.

Et puis enfin, le bleu c’est la couleur de khrishna et de l’érotisme en Inde. C’est un bleu profond mais presque fluo. Hyper excitant. Cette valeur énergétique est reprise en chromathérapie et en hypnose. C’est une couleur énergisante, ressourçante, qui te rend invincible, crée un bouclier de confiance, comme une brume épaisse faite d’infinie gouttelettes bleues. Douces et bienveillantes.

L’amour, c’est bleu?
Le bleu c’est tout ça en tout cas. Et le Klein, j’en fais mon spotted #39. allez zouh!

Alors en plus de l’Amour est Bleu de Vicky Leandros, que je trouve un peu pourri (on t’apprend n’importe quoi à l’école), tu iras écouter la chanson de Toyface, Flight, que j’ai mise sur une vidéo avec ta sœur au printemps. Car je viens de m’en rendre compte, elle commence comme ça : Let’s fly // Terrify // Over this bewildring sea… toi aussi mon garçon, je te souhaite un jour de voler aux dessus des mers. d’avoir peur mais d’y aller tout de même.

Que vive le bleu. Et un océan d’amour pour tous.

Il y a 3 années / Bouche 53 commentaire(s)

53 commentaire(s)

  • Oh merci pour cet article passionnant. J’ai appris plein de choses qui mettent des mots sur des ressentis. Mes pulls bleus vont avoir la grosse tête. Et je garde l’article pour mon petit garçon à moi qui ADORE l’aquarelle.

  • Pfiouuu là, ton article est extrêmement touchant, dans tous les sens du terme. Savoir parler des couleurs est surement une des nombreuses choses que je trouve les plus belles dans ce monde. Merci Mai, pour cet article aussi touchant et instruisant que poétique.

  • zut…j’ai pas eu le temps de voir le spotted 38 du coup! mais ce IKB, je l’aime tellement, il est électrisant, il te happe complètement quand tu te retrouve en face, moi ça me donne l’impression que je me noie dedans. et pourtant il y a quelques temps il était à la mode pour les vêtements, et je ne sais pas pourquoi, en vêtement pour moi ça passe pas, je n’y retrouve pas la même magie que sur les toiles.
    quant à la couleur de l’amour, je ne sais pas si il a une couleur en particulier, j’aurai tendance à dire que la couleur change, que ça évolue avec le temps, les sentiments :) l’amour est multicolore!

  • Bonjour Mai,bravo pour toutes ces participations intéressantes,on voit bien que la reconnaissance s’installe…
    Le bleu Klein me donne froid,c’est une couleur qui n’aime pas les cheveux poivre et sel et les peaux »matures »!!…Il n’evoque ni le ciel,ni la mer,ni rien de bleu dans la nature,il est hyper present et pousse toutes les autres couleurs loin de lui….
    La table basse »bleu Klein » emprisonnait le pigment pur dans une boite rectangulaire transparente et semblait difficile à introduire dans la déco normale d’un appartement….En grande surface,il donne le vertige et envie d’un feu de bois.En miniature,associé à de la feuille d’or,il peut etre splendide et mystique….
    Bref,couleur difficile et en tout cas pas celle de l’amour pour moi…
    Bisous doux,Bénédicte.

  • Moi le premier truc qui me touche fort fort fort dans ton post…c’est la question de ton fiston, Léo.

    Et d’une parce que je me dis « c’est pas possible c’est de famille cette question de couleur » et de deux parce que je trouve tellement « touchant et innocent-beau » la question… »Maman l’amour, c’est bleu l’amour??? », que je suis restée dessus moi…ahahaha.

    Je comprends tellement que tu ne puisses pas y répondre. L’amour ça peut être gris aussi tiens (genre quand on se pose trop de questions..gris clair, gris foncé) et l’amour ça peut être bleu oui Léo…quand c’est carrément électrique-punchy, quand ça donne des ailes, quand ça électrise tout sur ton passage.
    Bref la question de ton fils m’a carrément scotchée 😉

    dis moi j’ai lu ton article dans le « M beauty » (super interessant) où tu parlais de Pantone…et là me suis dis « eeeeeeeeeeeeeh ohhhhhhhhhhh mais je connais Pantone…j’ai dormi chez lui…dans son hôtel à Bruxelles »…Non mais eh…tu vois mes références à moi….

    Ceci étant tu vois pourquoi j’aime ton blog, parce que tout ce qui est couleur : moi j’aime, même si je n’y connais rien…mais rien.

    Mais quand même quoi, la couleur c’est universel…ça parle, ça me suit partout…jusque dans les hôtels Pantone 😉
    (ou pas, mon homme ça ne lui parle pas mais rien du tout..en même temps il est daltonien…)
    bises et bonne semaine colorée

  • Bon en fait je laisse un message mais je me dis souvent : tu n’as rien à amener d’intéressant, là, les couleurs tu apprends, tu lis, tu es émue et puis c’est tout (enfin, c’est déjà beaucoup). Alors je te dis juste merci, toujours et encore merci…

  • Intrigante photo !!! Que s’est-il passé la seconde suivante : s’est-il envolé ? S’est-il écrasé ? ( Sans rire, j’aurais adoré connaître le makink-of de cette image, parce que vu qu’il n’y a pas de matelas en dessous , on ne peut pas s’empêcher de penser à une issue fatale :-O !…) . Et le cycliste, pépère , qui passe tranquillou, ignorant du drame-ou du miracle- qui se passe derrière…

  • Chère Mai, j’ai lu ton post ce matin et il m’a accompagné toute la journée… Une belle journée passée en compagnie de Klein et toi en pensée… Je suis tellement d’accord avec toi. Yves Klein est un de mes artistes préférés et ce bleu un leitmotiv dans ma vie. Certaines amies l’ont même baptisé « mon » bleu tellement je l’aime! J’ai réfléchi et je pense que ce serait aussi la couleur de l’amour pour moi. En raison de sa profondeur et de la multitude de sentiments que cette couleur m’inspire. Je me suis demandée aussi si le rose ne serait pas celle de l’amitié…? J’ai en tête justement le pendant de la table bleu, celle avec les pigments roses. Et pour toi Mai, ce serait de quelle couleur l’amitié?
    Bises de Vienne

  • et puis ça me parle, ce fait de remplir les espaces de couleur, et ce que tu dis sur le bleu Klein me renvoie à la luminosité que j’aimerais retrouvé dans mes petits dessins à moi, je m’essaye à l’illustration pour les cartes d’inspiration que je suis entrain de créer

  • C’est fou tout ce qu’un bleu peut offrir!! Tant de tendresse, d’amour, de force – d’une maman à son petit garçon; c’est beau le bleu! merci Timai de nous rappeler tout ça!

  • Mai!

    Mais quelle emotion, tu m’as emue aux larmes, j’aime tellement ce blog, pour beuacoup de choses, ta personnalite petillante, les gens merveilleux et interessants (mon portrait prefere, c’est celui de Valerie Solvit dont j’ai adore la voix, l’aura) , j’aime l’intelligence de tes posts,ton expression, ca ouvre des portes, vraiment, ce blog n’est pas une distraction, ce n’est pas seulement un rayon de soleil, il pousse a la reflexion, il instruit…c’est enorme, alors merci!

  • Une belle description du bleu. Le bleu et cette photo de Klein une belle association car quand on est devant l’un de ses tableaux on a la sensation d’infini d’où l’homme qui tombe dans le vide. Cependant comme cette photo cela n’est qu’illusion.
    Très inspirant ( du coup je vais de ce pas updater un de mes posts)
    Merci

  • C’est magnifique cet écran bleu en arrivant, le saut dans le vide sur la photo. C’est super intéressant ce que tu racontes, il a de la chance Léo d’entendre des histoires de couleur.

  • J’ai adoré ce fon d’écran bleu avant de lire ton nouveau post génial: je me suis dit ouah ! c’était électrisant, drôle de sensation !
    très joli post

  • Article très touchant, émouvant, tout doux, poétique! Je ne sais pas comment tu fais pour décrire si bien les couleurs, pour les sentir, les vivre,… Tu as trouvé ta voie, c’est sûr!
    Et tu es une maman trop touchante aussi!

  • Bonjour Timai,
    Cet article est magnifique, et m’a soudainement donné envie de comprendre tout l’univers qu’il y a derrière les couleurs. Je vais essayer de lire l’essai de Kandisky à ce propos.
    Bises!

  • Ca me rappelle beaucoup ce qu’on a pu apprendre de ton cours (je me permets de tutoyer, j’ai l’impression que c’est comme ça qu’on fait ici) de semestre 2 à l’ESA. Je me rends compte maintenant que ce cours m’a vraiment appris à voir ces couleurs et les décors de tous les jours de façon différente et c’est tellement intéressant ! Je sais pas si le lien avec l’architecture viendra mais j’espère, parce que c’est beaucoup de sensibilité tout ça et je pense que sans sensibilité on arrive pas à grande chose … Enfin tout ça pour te dire que depuis le cours que tu nous as enseigné il y a un an bah je regarde un peu ton blog de temps en temps et même si je suis un homme et que je m’y retrouve parfois pas vraiment j’aime bien l’énergie qu’il dégage et ça me fait du bien ! Merci pour ce que tu nous donnes ici ou à l’école, c’est que du bon.
    Arnaud

  • Ca me rappelle beaucoup ce qu’on a pu apprendre de ton cours (je me permets de tutoyer, j’ai l’impression que c’est comme ça qu’on fait ici) de semestre 2 à l’ESA. Je me rends compte maintenant que ce cours m’a vraiment appris à voir les couleurs et les décors de tous les jours de façon différente et c’est tellement intéressant ! Je sais pas si le lien avec l’architecture viendra mais j’espère, parce que c’est beaucoup de sensibilité tout ça et je pense que sans sensibilité on arrive pas à grande chose … Enfin tout ça pour te dire que depuis le cours que tu nous as enseigné il y a un an bah je regarde un peu ton blog de temps en temps et même si je suis un homme et que je m’y retrouve parfois pas vraiment j’aime bien l’énergie qu’il dégage et ça me fait du bien ! Merci pour ce que tu nous donnes ici ou à l’école, c’est que du bon.
    Arnaud

  • merci Mai !
    j’adore cet article
    bleu
    Kandinski
    ça me cause tout ça…
    sait-on si il était synesthète Kandinski ? quand je vais à la piscine, sur la pile d’un pont, c’est écrit « la blanc sonne comme un silence »… et ça serait une phrase de Kandinski, (les graffeurs banlieusards sont des poètes !), alors je me pose la question, voilà voilà…
    (synesthète c’est quand on associe des « sens » ensemble, genre on entend de la musique et on voit des couleurs en même temps, pour faire très très simple…)
    au plaisir de te lire à nouveau bientôt

    • Merci!
      @arnaud : oui on peut se tutoyer. Ton com me touche beaucoup!
      @mirabelle : je ne sais plus si Kandinski était synesthète, mais son ambition l’était. Il a décrit les correspondances entre forme, couleur et musique.
      Xoxo!

  • J’aime beaucoup ce blog, je n’y écris que très rarement. Mais aujourd’hui je me lance car ce post m’a fait sortir de ma réserve et m’a profondément émue! Merci pour ce joli moment. Le bleu, effectivement, on s’y noie, mais qu’est-ce que c’est enivrant!Dernièrement, j’ai choisi un parfum car sa couleur bleue m’a donné cette énergie que l’on ressent tous à l’approche d’une mer agitée.

  • Hier soir dans le métro, j’ai vu la superbe photo avec Emilie Simon et j’ai pensé à toi, ce bleu immense comme des papillons juste sur des paupières. Un peu de poésie urbaine, ça fait du bien.

  • Plusieurs mois que je n’étais plus venue ici – concours de circonstances uniquement – et quelle erreur! ça a du bon finalement, j’ai pleins de beaux articles à lire et je vais m’y prendre tout d.o.u.c.e.m.e.n.t pour mieux apprécier tout ça.
    Merci pour tes jolis mots Mai, c’est toujours un plaisir!

  • Oh tu m’as émue aux larmes… quel joli texte!
    Voilà qui grave définitivement dans ma mémoire ton cours sur la couleur à l’IFM…
    Merci professeur :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *