Le Blanc

Entrée dans la matière

Ola Chicas!

Ca va comme vous voulez? encore merci pour vos commentaires sur la Havane, merci!

alors, voici sans transition mon 4e post sur le blanc! ouais! à vrai dire, c’est la couleur qui, formellement et conceptuellement mute le plus en ce moment. Elle m’inspire énormément de nouvelles idées et je la porte sans cesse. C’est aussi avec elle, que s’écrit une nouvelle page de ma vie de bloggeuse.

non plus toute seule, mais au sein d’un collectif : Les Particules Complémentaires, #LPC. nous sommes 9 pour constituer le premier girlband de bloggeuses parisiennes QUI NE CHANTE PAS DU TOUT. hahaha. il s’agit tout simplement d’un regroupement de nanas, plutôt dans la mode, la beauté et le lifestyle, avec des affinités, des différences, des divergences, et dont le but est de faire émerger de nouvelles manières de faire, de nouvelles idées. Donc on lance notre projet aujourd’hui, avec un joli site à la clé pour faire circuler tout ça. vous pourrez y trouver chacun de nos univers, nos collaborations. et la page blanche de chacune, puisqu’on a toutes écrit quelque chose sur le blanc aujourd’hui. pour bien entrer dans la matière!

bon alors, à moi de bosser maintenant! suis la seule colorDesigner du LPC en plus! donc LE BLANC! on s’était un peu arrêté sur cette histoire de virginité, de pâleurd’amour, alors j’aimerais justement qu’on entre maintenant dans la matière. le blanc, je vous l’avais dit, c’est comme une promesse; la page avant qu’elle ne se noircisse, avant que la note fasse résonner sa musique. si je vais plus loin, avant le blanc, il n’y a rien. DE RIEN. donc le blanc, c’est la pureté de la page, la virginité des idées mais c’est aussi de manière plus prosaïque, la blancheur du papier en tant que matière. Donc, avant le blanc, il n’y a même plus cette matière, vous me suivez? il y a… ce qu’il y a sous la matière, derrière. il y a la peau, la lumière qui transperce le tissu, l’espace poétique et sensuel qui t’amène à autre chose. c’est pour cela que Rei Kawakubo dans sa collection White Drama parlait de couleur de passage (pour elle, la naissance, le mariage, le veuvage et la mort). une essence qui ne se montre pas.

ça me rappelle d’ailleurs ce que Anne Varichon disait quand elle parlait du lait ou du sperme : substances blanches, nourricières, essentielles, mais n’ayant pas besoin d’être vu pour remplir sa fonction (contrairement au rouge).

Alors, on voit énormément de blanc en ce moment. Rei a fait des petits (tout arrive). sculptural, onirique, le blanc nous raconte de nouvelles histoires. Avec un grand retour de la porcelaine notamment. il semble que l’on veuille, à l’opposé du noir, retrouver une essence douce aux choses. je pense aussi à Christophe Robin qui me disait adorer le blond, car lumineux et proposant plus de contrastes. je m’explique : les ombres d’une chevelure blonde, sont souvent noires. alors que les lumières d’une chevelure brune sont rarement blanches. le spectre proposé avec les teintes claires est donc plus large, allant du très très claire, au très très sombre. et c’est là que je reviens à la matière. là où le noir tend à annuler, à aplatir, le blanc, est certainement, la couleur qui le mieux valorise la matière. avec lui, les modelés sont exacerbés, la matière se rend visible dans ses moindres détails. ça donne envie de se rapprocher, de toucher, de caresser, de comprendre. et si l’on devient plus blanc, que blanc, que l’on arrive au trou, alors le blanc nous fait passer dans l’absence de matière, dans sa fragilité. le blanc c’est donc la porte entre le rien et le tout. et la boucle est bouclée.

et c’est là que c’est beau. non?

alors je vous vois venir « mais Mai, pfff ON S’EN CARRE! ce qu’on veut savoir, c’est si tu portes VRAIMENT ce pantalon blanc ajouré de partout?! » et ma réponse est OUI. on n’oublie pas que mon fantasme ultime est de sortir en body! je le porte soit avec ce t-shirt par dessus, soit même parfois rentré dans une grande culotte noire façon 50’s. j’hallucine d’ailleurs de voir si peu de réactions de type « non mais oh, tu me remballes tout ça, TOUT DE SUITE! » nan, ça le fait grave! je dirais même que c’est moins coquin que le tshirt dehors car dans ce cas, à chaque mouvement, on se demande si j’ai une culotte ou pas (/si je me suis épilée ou pas). tout ça tout ça.

le blanc ou l’art de montrer le vide! de dévoiler en s’habillant. le blanc, substantiel et sensuel.

… Cheers!

Retrouvez le blanc selon les potes du #LPC :

le blanc de Géraldine Dormoy Café Mode

le blanc de Lili Barbery Coulon Ma Récréation

le blanc de Lisa Gachet Make My Lemonade

le blanc d’Olivia da Costa Please! Magazine

le blanc de Mathilde Toulot Shooooes

le blanc de Lise Huret Tendances de Mode

le blanc de Virginie Dhello VeePost

le blanc de Domino Lattès de What Domino Wants

 

Il y a 3 années / Bouche 17 commentaire(s)

17 commentaire(s)

  • C’est trop une chouette idée que vous avez eue! J’ai commencé ma journée en regardant lisa faire de la guimauve (en découvrant par la même occasion Kat Edmonson) et voilà ensuite ton poétique article sur le blanc. J’espère que tout ce que tu dis, ça compte un peu pour la peau aussi…je suis tellement blaaaanche – même le soleil ne veut pas m’aider! (Attention hein, ça m’empêche pas de porter du blanc, surtout si jsuis pas très en forme)
    Douce journée!

    ps: bizarrement joli ton pantalon! 😀

  • J’aime quand tu parles des couleurs, tu en parles tellement bien et je trouve ça passionnant d’apprendre à « décortiquer » les couleurs, parce que je suis super sensibles à elles depuis longtemps ! (c’est pas un hasard si j’aime Matisse d’ailleurs).
    Elémentaire ce petit collectif de 9 particules !!!
    Bises

  • Avant toi, avant de te lire, jamais je n’aurais pensé voir et apprendre les couleurs de cette manière. C’est si poetique 🙂 Encore, encore !!

  • qu’est ce que j’aiiiime…
    Tu as une manière de parler du blanc…
    Je me souviens que lorsque e me suis séparée et que j’ai eu mon appart solo, j’ai mis du blanc partout…pour (je disais), « une renaissance, une nouvelle écriture sur la page blanche »…et je me souviens que mes amies se moquaient de moi. J’avais mis des touches de couleurs par ci par là, en disant justement que ma vie allait « décoller en couleur », mais j’avais en même temps ce besoin de réecrire quelque chose sur un support « vierge » (ou presque).
    Maintenant que je suis à nouveau en couple, c’est le contraire…de la couleur avec des touches de blancs, pour ne pas oublier justement « la virginité de l’amour du début » et « la joie de l’amour au quotidien… », tout un roman la fille 😉
    biz Mai et super concept le collectif

  • Bravo pour LPC, il était temps que ça sorte enfin !!!!
    A la lecture de ton passage sur les nuances/ombres offertes par le blanc, j’ai immédiatement pensé au parfait contre-exemple : Soulages !

  • tu sais Mai, je n’ai pas regardé tous les articles des LPC, et si ceux que j’ai « feuilletés » parlent tous de cette « assoce », tu es la seule à avoir mis les liens vers les articles de tes équipières… alors une fois encore : bravo, merci de ta générosité (j’adore aussi les autres articles hein… faut pas croire que je dénigre !)
    beau weekend !

  • Ce que j’adore avec toi : ton écriture spontanée et philosophique, surtout qu’à chaque fois je me dis  » mais oui elle a tellement raison »!!

    Trop chouette ce nouveau collectif. Longue vie à Les Particules Complémentaires… Clap clap clap

  • Bonjour Mai,

    j’aime ta réflexion sur le blanc et la matière….

    Je crois que c’est précisément ce que j’aime si fort dans les Outrenoirs de Pierre Soulages, des matières, des textures qui se forment grâce, entre autres, aux reflets….à part qu’il s’agit de noir et non pas de blanc, hahhaha
    L’acrylique ne réagit pas comme les cheveux par exemple 😉
    C’était le commentaire décalé du jour, bonsoir!

  • Coucou Mai !
    Même si c’est mon premier commentaire, ça fait longtemps que je vais régulièrement sur ton blog et sur celui de Lisa. J’ai 17 ans et… bah… t’es passée par là, c’est pas facile tous les jours. J’ai sans cesse besoin de me remettre en question, j’ai du mal à savoir qui je suis, à savoir ce que je veux que les autres pensent de moi (je me dis tout le temps « arrête de te préoccuper de ce que les autres pense de toi, fais ce que t’as envie ! » mais c’est pas si facile …), à savoir ce que je veux faire plus tard, à savoir ce que je veux, tout simplement !
    On a tous besoin d’un modèle, d‘une personne qui nous fascine et ben… mon modèle c’est toi ! J’espère que ça ne fait pas peur dit comme ça, haha ! J’apprends tellement de choses en lisant ton blog, alors, oui, je suis un peu trop jeune pour faire les maquillages que tu fais mais je vais les essayer en soirée. Je suis sûre que ça fera son petit effet… Et puis tu m’apprends simplement à voir la beauté de ce qui nous entoure ! J’ai commencé à faire des petits films moi aussi … Et j’aimerais bien faire un blog une fois le lycée fini. En plus, je suis super fière quand je donne des recettes de masques à des copines ou que je leurs fais découvrir ton blog ! D’un autre côté, j’ai tellement peur de devenir une simple copie, de faire partie de ces personnes qui n’inventent rien, d’être une Madame-tout-le-monde…
    Bref ! Je voulais te remercier pour toute la bonne humeur, pour toute la simplicité et toute la passion que tu mets dans chacun de tes posts et aussi, parce que c’est grâce à toi que j’ai un peu plus confiance en moi et c’est grâce à toi que je me construit!
    J’ai un peu honte quand je me relis, mais bon… j’avais besoin de le dire. Est-ce que je suis ridicule?
    Bises

    • Cécile! C’est complètement fou ce que tu me racontes la. Merci du fond du cœur. Je suis tellement émue. Tu sais, je fais « mes affaires » sans savoir ce que cela va vous apporter. C’est important pour moi sinon ça bloqué ma créativité, je risque toujours d’aller vers ce qu’on me demande et ça je ne veux pas. En revanche, ça me bouleverse de savoir que je peux représenter tout ça pour toi. Et ça me rend très très fière! Merci Cécile! Merci et plein de belles choses pour toi! Gros bisous!

  • Bonjour Mai,ce que j’aime bien,entre autres choses,dans vos « post »,c’est qu’ils déclenchent souvent un processus de reflexion plus ou moins conscient qui s’etend sur une durée imprévisible…Et c’est ainsi que je me surprends à contempler la difference entre le blanc de mon lavabo et celui du manche en plastique de ma brosse à dents!!….Deux blancs tres différents…
    Et la couleur de mon pull en laine est-ce vraiment du blanc?..Est-ce que j’aime le blanc?..
    Pourquoi dit-on du vin qu’il est blanc,ce qui ne me semble pas etre le cas,et ce pain qui n’est assurément pas blanc..?
    Pourquoi parle-t-on d’un »blanc »pour nommer un silence dans une conversation?
    Et ces notes de musique qui ne correspondent pas aux touches noires et blanches d’un piano?
    Pourquoi qualifier de nuits blanches nos insomnies?..
    Le blanc est-il cette couleur qui les contient toutes,ou une façon pour nous de définir une non-couleur,une absence,un vide?…..
    Et le blanc chemine dans ma tete,surgissant à l’improviste dans le cours de mes journées,ramenant des souvenirs à la surface ce qui déclenche une nouvelle reflexion…..
    C’est ça « l’effet Mai »,un truc qui devrait etre breveté!!!!…..
    Bisous doux,Benedicte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *