Life On Mai

Les histoires de famille

Salut les petits choux,

c’est étrange parce que pour la première fois, je ne sais pas ce que je veux vous écrire. enfin si (ça va vite finalement)(hahaha): je vais avoir besoin de vous! Depuis deux mois environ, je suis plongée dans l’écriture de mon film. je vous avais prévenus, et je ne sais toujours pas comment ça va sortir, mais j’ai une histoire à vous raconter. une histoire de bonnes femmes. de bonshommes. la mienne, la nôtre. car je viens d’une drôle de lignée. vous n’allez peut être pas me croire mais, je viens d’une lignée de femmes incroyablement malheureuses. et… faut que ça cesse!

en allant voir mini-mémé la semaine dernière, elle me dit « regarde, c’est ma mère ». je connaissais des reproductions de cette photo, la seule qu’elle ait pu garder, mais je n’avais jamais vu l’original. je suis frappée par la beauté de cette jeune femme, métisse française, comme Tâm. mon arrière grand-mère.

et là derrière, à moitié caché, il y a mon arrière grand-père. ils ne sont pas photographiés ensemble; je vais vous raconter pourquoi. ils se sont rencontrés à une soirée dansante. Lui vivait au Cambodge, mais chaque samedi, il montait à Hanoi pour danser. il adorait danser. ils se sont rencontrés donc. ils se sont aimés; et ma grand-mère est arrivée. Elles deux à Hanoï, lui au Cambodge. un jour n’y tenant plus, mon arrière grand-mère (je ne connais pas son nom) prend sa gamine sous le bras, pour descendre le retrouver. elles ont… marché! de Hanoi au Cambodge; elles ont marché. elles ont trouvé sa demeure. frappé à la porte. une gouvernante leur a ouvert et la nouvelle est tombée comme un couperet : « partez s’il vous plait, monsieur a une vie et une famille ici. »

quand je pense que c’est une histoire vraie. que c’est l’histoire (enfin non ça n’est qu’une partie) de cette femme incroyablement belle sur cette photo. j’imagine, peut être qu’elle ne savait pas à quel point elle était belle. on ne sait peut être jamais à quel point on est beau.

alors je vais avoir besoin de vous, parce qu’un événement de cette nature n’arrive pas tout seul, qu’il en engendre d’autres. Il faut du temps et de la force pour se relever. Une vie ne suffit parfois pas. Il faut parfois plusieurs générations pour le faire. et ces générations, en fait, vous les connaissez en partie : mini-mémé, docteur loan, tâm et moi. et j’aimerais tellement vous raconter!

j’aimerais que ce projet, soit d’une certaine manière notre projet. cela a déjà commencé puisque Marine, ma productrice, est une lectrice du blog depuis le premier post. elle m’a contactée parce qu’elle a confiance en moi, en ce film. ensemble, nous avons incroyablement avancé. j’en suis à la 12e écriture peut être. l’histoire commence à bien se tenir mais je sais qu’ il en faudra peut être encore 3 fois plus. sans compter ce qui suit bien sûr! vous ne pouvez pas savoir à quel point tout cela m’enthousiasme! je suis A FOND!

ouais, en fait, je n’osais pas vous demander, mais finalement je suis A FOND! Aidez moi à vous raconter notre histoire! dîtes moi comment vous pouvez m’aider. je ne sais pas encore, mais peut être que vous aurez des idées. j’attends vos coms avec grande grande impatience.

mille mille baisers!

Il y a 2 années / Bouche 65 commentaire(s)

65 commentaire(s)

  • bonjour Mai,
    Lectrice cachée depuis le tout début, arrivée ici via Monsieur Lam…
    Quel beau projet! Je me suis toujours époustouflée par ton parcours et celui de Lisa: grâce à la passion et à votre enthousiasme vous réalisez toutes deux vos rêves! Quel bel espoir pour tous, vraiment, réellement…
    Je voudrais t’aider, participer à cette belle histoire, malheureusement mes talents artistiques sont encore cachés! Je peux uniquement te proposer mes yeux et mes neurones!
    Je te souhaite beaucoup d’audace, de passion, d’énergie pour ce magnifique projet. Les femmes de ta famille peuvent êtres fières de toi

  • Mai, ton projet est formidable, je te l’ai déjà dit évidemment et je te soutiendrai tu le sais. Mais pourquoi ne pas faire un kickstarter ? Tu vas avoir besoin de sous pour financer tout ça et je pense que ça pourrait être une bonne idée. Et si tu as besoin d’habillage graphique ou bien de texte tu sais qu’on sera là pour t’aider 🙂

  • C’est fou, chez moi c’est la même histoire, celle qui impacte plusieurs générations (l’un des membres de ma famille n’est pas psychologue pour rien, l’autre pas avocat pour rien non plus).

    Je veux t’aider, de tout mon coeur, mais je ne sais pas comment, si tu le souhaites je peux lire avec un oeil neuf ou on peut partager nos ressentis sur cette question.

  • coucou c’est emma
    So long no see 🙂 bravo pour ton travail, ton talent. Impatiente de découvrir ton histoire en images et en musique. Un livre et un film d’Oliver stone sur un sujet très proche du tiens me bouleversent depuis des années : le club de la chance. Revu il y a quelques jours, émotion intacte. Source d’inspiration ou de « contre inspiration » ??!!
    Bises

  • Bonjour Mai

    ton article touche à ce qui me relie à te suivre … j’ai envie d’apporter ma petite pierre !! il s’agit de tes vidéos, photos sur ta famille …car cela touche à ce qui est très intime de l’amour porté à ses proches pour se diriger à être généralisé vers un certain universalisme … c’est bien pour cela que je me suis reconnue (parmi d’autres hein ! ) j’ai découvert ton site il y a deux ans environ … au début j’ai eu la sensation il y avait ces passages où l’on voyait tes enfants mais de façon fugace, sans leur visage, avec beaucoup de pudeur … et puis ta façon de les faire apparaitre c’est affirmée… c’est quelque chose qui avait ancré un sentiment très particulier …
    il y a plusieurs vidéos que je préfère c’est quand tu filme le réveil de ta maman dans une maison vitrée (!) c’est très sensitif, une vidéo où ton frère présente son matériel fraichement acquis et l’accompagnement musique exacerbe les émotions … il y a également les vidéos où tu te maquille et te fait emporter la musique …il y a la joie ici … le souvenir d’une paire de chaussures qui conduit la trame d’un film sur Mini Mémé qui est amené à danser avec ….
    voilà je n’ai fait parler que de ce que j’aime … je ne sais pas si cela va t’aider au fond … mais cela aussi pour te souligner toutes tes ressources …

    très bonne journée ! Essia

  • Merci pour votre enthousiasme. Ça me nourrit! Oui on va sans doute lancer un Kickstarter.
    @lili : je prends note. Mille mercis
    @delphine : 😉
    @emma : ohlalala emmaaaaa! Je vais aller lire tout ça!
    Plus j’avance et plus je sais/ressens ce que je veux dire. Mais il y a mille choses à inventer encore.
    Je pense à Solange de Solange te parle, qui a réunit de l’argent mais aussi des torchons brodés mains pour inciter les gens a donner, un lieu pour une fête, etc etc. Ça me fait rêver!
    Bises bises

  • oh Mai c’est super de nous ouvrir les portes comme ça! et ça me donne drôlement envie de m’investir… je réfléchis un peu okay? ce que dit Lili est une très bonne idée: fais un crowdfounding! c’est un super moyen de nous faire participer en plus et je suis sûre que beaucoup sont prêts à te soutenir dans cette aventure… je t’embrasse fort!

  • C’est un projet qui me parle vraiment… Moi-meme issue de générations de femmes en souffrance, attaquées dans leur féminité, dans leur maternité. Et le plus étonnant, c’est qu’on retrouve cela aussi bien dans la lignée de mon pere que de ma mere, et moi j’arrive au milieu de tout ca. J’avais engagée un projet d’ecriture sur ma famille, un peu à la facon de De Vigan (dans Rien ne s’oppose à la nuit)…

    Bref, pour en revenir a ton film, je trouverai interessant que tu filme (ou enregistre) les gens de ta famille, hommes et femmes, à propos de cette histoire, de ce qu’ils éprouvent, ce qu’ils en retiennent etc. Le tout entrecoupé de moments de vie, comme ce que tu fais tres souvent fans tes films finalement, avec des images d’ici et de la bas.

    Je ne sais pas si ca t’aide beaucoup, mais en tout cas j’ai une hate immense de voir ce film.

  • Je te suis depuis le début et comme tous ceux qui te suivent je crois en tes talents à cent pour cent.Je ne sais pas broder mais je peux tricoter de petits trucs…ou coudre… Enfin faire un truc de mes dix doigts!

  • Bonjour Timai et bravo pour ce projet, à la fois lourd et ô combien rassembleur!

    En tant que réal sur des documentaires et des reportages, il me semble qu’il serait intéressant de croiser d’autres témoignages qui racontent, eux aussi, d’autres histoires de famille. Des témoignages de gens qui ,comme toi, ont eu connaissances de ce qui se « cachait sous le tapis ».

    Quel est l’impact sur leur vie? Sur celle de leurs parents? Pourquoi les « anciens » se mettent-ils un jour à parler? Et peut-on reproduire inconsciemment le schéma d’un secret de famille? Est-ce que tu t’en doutais au fond de toi ou est-ce que tu es tombé des nues? Enfin, qu’avez-vous de commun, vous, les découvreurs de secrets?

    Voilà, quelques angles qui, selon moi, pourraient être pertinents.

    Au passage, mon fiancé est monteur, a de l’expérience par pelletées et de la sensibilité. Donc si tu as besoin de conseils ou d’un coup de main (dérush, angles, composition de l »ours », esthétique…), n’hésite pas et contacte-moi!

  • Hello Mai,

    quel beau projet ! c’est très inspirant de te voir dans cette dynamique créative… de te voir oser.. !
    Ton projet te ressemble, ça se sent déjà… et un projet qui sort de nos tripes ne peut que parler aux autres.. c’est déjà le cas à vrai dire.
    ça m’a fait une forte impression que tu parles d’une lignée de femmes malheureuses.. car tout récemment j’ai pris conscience d’à quel point c’était aussi mon cas. Et cela suite à un rdv shiatsu! Je ne m’attendais pas du tout à ce type de révélation.. En fait, je crois que dans bien des familles malheureusement, l’homme a maintenu la femme dans une forme de domination affective, émotionnelle (à des degrés différents certes mais quand même..), c’est d’autant plus visible dans certains pays d’Afrique (comme pour moi)…et la femme s’est laissée aller dans une forme de non respect d’elle même, jusqu’à renier sa nature profonde, et tout ce qui fait sa beauté.. et je crois que les générations (femme et homme) suivantes ont le pouvoir de libérer un peu tout ça.. dans quel but? Et bien déjà, parvenir à un meilleur amour de soi et un meilleur équilibre entre le féminin et le masculin (au sens « yin » et « yang »).. je m’égare là??:D Oui peut être.. mais je ne sais pas si c’est conscient ou pas, mais il me semble que ton film va toucher à cela de près ou de loin.. c’est toute la magie d’un film non? 😉 les interprétations que chacun va en tirer.. ahah

    Je voulais aussi te dire que vu la tournure assez familiale et « personnelle » que prend ton film.. ça me fait beaucoup penser au docu fiction Stories we tell de Sarah Polley.. si tu ne l’as pas vu, n’hésite pas! 😉 Ce mélange de réel et de « fausses images d’archive » c’est un style particulier.. mais il y a quelque chose de très sensible, de touchant et d’étrangement vrai qui m’a ému aux larmes..

    Voilà ma petite contribution.. hihi

    j’ai vraiment hâte de découvrir ce que tu vas nous partager.. car je sens déjà à quel point ça va être beau et bouleversant !

  • ton projet a l’air génial ! D’ailleurs est génial tout court. Je ne sais pas non plus comment je peux t’aider, peut être déjà en te disant que je te soutient ? Et que comme à ton habitude tu vas nous faire quelque chose de différent, qui t’es propre et rempli d’émotions.
    Merci à toi de nous faire partager ces moments là !

  • Je suis moi aussi une lectrice cachée mais allez, je me jette à l’eau ! J’ai un peu écris comme ça venait, désolée si c’est décousu !

    La première chose qui me viens à l’esprit c’est le format de tes vidéos : court et intense. Je les adore. Mais pour un film.. Ca ne peut pas être toujours intense selon moi.
    Il y a autre chose dans tes vidéos (qui me parle énormément), la douceur et les couleurs. C’est indissociable. Je ne sais pas trop comment expliquer. C’est très coloré mais doux, les touches de couleurs vont avec le reste. C’est ce que j’ai toujours essayé de faire dans ma vie, j’adore les couleurs mais si j’en mets trop dans la déco, le maquillage etc ça me perturbe, m’embrouille l’esprit. Je laisse ça à la nature 🙂
    Bref ce que je veux dire, c’est que cette sensibilité aux couleurs et à l’harmonie que tu as peut être un fil conducteur de l’histoire que tu veux raconter. Par exemple, ta mère est « rouge », comment tu le vois dans sa personnalité, dans son histoire…
    Généralement quand je dis des choses du genre personne ne comprend ce que je veux dire (sauf ma mère)(qui est orange d’ailleurs), mais je sens que toi tu vois de quoi je parle 😀
    Je crois que tout cela était un peu brouillon encore. En gros, fil conducteur : couleur. Couleur = émotions, histoire(s)
    Si tu veux plus discuter de ça, je serais ravie et honorée. Enfin quelqu’un qui comprend mon délire de couleur ! A plusieurs dans le même cas, je pense qu’on peut s’aider pour raconter des histoires !
    Dans tout les cas, bon courage à toi 🙂

  • Bonjour Mai,
    Difficile de savoir comment nous pourrons t’aider, même si ce que tu racontes et ce que tu montres dans ton blog nous touchent au quotidien. Mais pour être femme d’un producteur de cinéma, je sais qu’il peut être difficile de travailler sur une histoire aussi personnelle et chargée affectivement. Tu nous parles ici de ta lignée, de l’histoire des femmes de ta famille mais je pense qu’il va falloir te « protéger » de cette charge émotionnelle pour analyser et garder le cap vers ce que tu veux raconter. Je ne crois pas que tu veuilles réaliser ni un documentaire ni un biopic, tu nous parles d’un film. Un scénario de long-métrage de fiction doit respecter une forme de « grammaire scénaristique » qui ne fait pas forcément bon ménage avec la vraie temporalité des faits. C’est tout le travail de ta productrice et des gens qui t’entourent sur ce projet et tu n’en serais pas à ta douxième version si tu n’avançais pas dans cette voie là mais il ne faut pas culpabiliser avec les libertés que tu prendras avec l’histoire réelle de ta famille (et aussi le faire accepter à ta famille, justement…). Te documenter ou te faire conseiller sur le contexte historique de l’Asie à cette époque ou sur d’autres histoires de lignées, de résilience, de transmission…Te nourrir de ces autres histoires, leur emprunter éventuellement des éléments qui servent ce que tu veux raconter. Si tu bloques, travailler avec un « script doctor » peut aussi être très riche. Finalement, ces regards extérieurs peuvent t’aider à garder le cap, justement… A ta disposition pour discuter plus longuement de ton projet si tu le souhaites ! Corentine (fille de Bénédicte et femme de producteur, donc…)

  • Chère toi, tu as une chance formidable : un sujet qui te tient à coeur, une envie de ouf, des contacts, des personnes talentueuses avec qui tu avances et une audience aimante qui est prête à investir sans te connaître… alors fonce !

  • Oh l’aventure, quelle aventure !
    … 🙂
    Je peux te prêter un petit savoir faire en reconstruction d’image/photos, peut être…
    Et ma gourmande impatience, pour sur.

  • Oh la la je suis déjà impatiente de voir ton film !
    Je ne sais pas si on peut t’aider d’une autre manière que de te soutenir car tu as déjà tellement quelque chose ( ouh qu’est ce que c’est précis) comme dit Sophie plus haut tu as une vraie douceur dans ta manière de raconter il ya quelque chose de très poétique dans ta façon de raconter , la musique, les plans, les couleurs tout est tree poétique et c’est ce qui me fait penser que dans le cinéma asiatique il y a cette touche de poésie , que l’on parle de la guerre ou de l’amour il y a ce petit air doux et suave qui fait qu’une certaine sérénité s’installe et bien dans ta façon de raconter c’est exactement la même chose : ne perds pas ca 🙂 .

  • Cette histoire m’emballe complètement !!! Je suis chargée de prod digital (et je suis aussi community manager si jamais y’a besoin) à Strasbourg (ouais ça saoule mais le TGV c’est sympa), je ne sais pas ce que je peux faire mais s’il y a besoin d’aide sur un tournage, gérer la page Fb du film, donner des conseils en termes d’e-marketing ou autre bah je suis là ! Je suis vraiment admirative de ton travail alors voilà, j’aimerai vraiment faire partie de cette aventure !

  • Ahlala, ça va être tellement bien!!

    Et vraiment, vraiment, si tu ne l’as pas encore vu, regarde ce magnifique film de Tran Anh Hung, « A la verticale de l’été ».
    Vraiment, j’insiste, parce que je sens qu’il le faut! Surtout maintenant que tu nous a raconté l’histoire de ton arrière grand-mère.

  • bravo Mai, c’est très beau et courageux de te replonger dans l’histoire d’une famille, de ta famille. Notre histoire et notre vie prennent racines dans nos origines et il est important de bien les connaître et les comprendre. je ne suis pas certaine de pouvoir concrètement apporter de l’aide, mais nous sommes beaucoup ici et ailleurs à te soutenir, à être excitée à l’idée de te suivre tout au long de cette expérience. si tu as des doutes, des questions, ou même des bonnes choses à partager avec nous, n’hésite pas, nous serons là pour te rassurer, te guider, et surtout t’écouter. je suis dans l’excitation de voir ton film, déjà parce que j’adore la manière dont tu filmes, tu nous transmets des émotions; ce don que tu as d’entrer dans l’intimité des gens pour en faire ressortir toute leur beauté, tout en restant discrète et à ta place, chapeau! et en même temps, je trouve ça un peu bizarre d’être excitée de voir et connaître ton histoire familiale…un peu comme si c’était du voyeurisme, bon et pourtant c’est toi qui choisit de partager ton histoire..bref, en tout cas Go go go et encore bravo!

  • Hello Mai,

    Je te suis aussi depuis très longtemps, j’adore regarder tes vidéos et ne peux que te soutenir pour ce film. C’est immense comme projet. Ton préambule est déjà très touchant. Quand tu parles de la perception de la beauté. Je vis au Cambodge, ici les notions de beauté, d’amour, de famille sont tellement différentes. Le métissage donne encore plus de richesse aux histoires. J’ai très hâte de découvrir la(les) tienne(s).
    Et bien sur si tu as besoin de venir au Cambodge… tiens moi au courant !

  • bravo Mai, c’est très beau et courageux de te replonger dans l’histoire d’une famille, de ta famille. Notre histoire et notre vie prennent racines dans nos origines et il est important de bien les connaître et les comprendre. je ne suis pas certaine de pouvoir concrètement apporter de l’aide, mais nous sommes beaucoup ici et ailleurs à te soutenir, à être excitée à l’idée de te suivre tout au long de cette expérience. si tu as des doutes, des questions, ou même des bonnes choses à partager avec nous, n’hésite pas, nous serons là pour te rassurer, te guider, et surtout t’écouter. je suis dans l’excitation de voir ton film, déjà parce que j’adore la manière dont tu filmes, tu nous transmets des émotions; ce don que tu as d’entrer dans l’intimité des gens pour en faire ressortir toute leur beauté, tout en restant discrète et à ta place, chapeau! et en même temps, je trouve ça un peu bizarre d’être excitée de voir et connaître ton histoire familiale…un peu comme si c’était du voyeurisme, bon et pourtant c’est toi qui choisit de partager ton histoire..bref, en tout cas Go go go! et encore Bravo!

  • Coucou !
    Comme dans un commentaire précédent, cette histoire faite de transhumances, de femmes et de magie me rappelle le Coeur cousu de Carole Martinez, histoire andalouse envoutante. Peut-être est-ce un roman qui pourrait t’aider pour l’écriture ?
    Et pour l’équipe de tournage, tu peux regarder du côté des écoles de ciné, il y a des gens déjà très doués 🙂

    Dis nous comment ça avance, ça serait chouette de suivre le montage de ton projet, ça créerait du contenu et nous inviterait à nous impliquer encore plus ! Good luck

  • Un livre encore : Hanna et ses filles. 1er livre d’une auteure suédoise. Il n’a pas fait grand bruit mais il a la grâce qui touche les premières fois …

  • Superbe projet ! Ton arrière grand mère était incroyablement belle et son histoire est très triste.

    J’ai lu un bouquin qui relate l’histoire d’une famille chinoise au travers du XXeme siècle qui est en fait l’histoire de la famille de l’auteur: Les Cygnes Sauvages de Jung Chang. En te lisant, cela m’a fait penser à ce livre que je te recommande. Je l’ai vu récemment en pièce de théâtre et c’était magnifique.
    Je te mets le lien. http://www.youngvic.org/archive/wild-swans
    Pour ton film tu le vois plutôt romancé ou plus documentaire ?
    Je trouve qu’il serait intéressant de faire comprendre aux gens le contexte historique qui a pu influencer l’histoire personnelle de ta famille etc.

    Si tu as besoin d’aide pour relire le script ou avoir une opinion extérieure sur des séquences, je serais ravie de t’aider.
    Dans tous les cas, bon courage pour cette incroyable aventure !

    N’hésite pas à faire appel à nous tes lecteurs pour t’aider à financer ton projet via les plateformes de crowdfounding 🙂

  • Bonjour Mai,
    Difficile de savoir comment nous pourrons t’aider, même si ce que tu racontes et tout ce que tu montres dans ton blog nous touchent au quotidien. Mais pour être femme d’un producteur de cinéma, je sais qu’il peut être difficile de travailler sur une histoire aussi personnelle et chargée affectivement. Tu nous parles ici de ta lignée, de l’histoire des femmes de ta famille mais je pense qu’il va falloir te « protéger » de cette charge émotionnelle pour analyser et garder le cap vers ce que tu veux raconter. Je ne crois pas que tu veuilles réaliser ni un documentaire ni un biopic, tu nous parles d’un film. Un scénario de long-métrage de fiction doit respecter une forme de « grammaire scénaristique » qui ne fait pas forcément bon ménage avec la vraie temporalité des faits. C’est tout le travail de ta productrice et des gens qui t’entourent sur ce projet et tu n’en serais pas à ta douxième version si tu n’avançais pas dans cette voie là mais il ne faut pas culpabiliser avec les libertés que tu prendras avec l’histoire réelle de ta famille (et aussi le faire accepter à ta famille, justement…). Te documenter ou te faire conseiller sur le contexte historique de l’Asie à cette époque ou sur d’autres histoires de lignées, de résilience, de transmission…Te nourrir de ces autres histoires, leur emprunter éventuellement des éléments qui servent ce que tu veux raconter. Si tu bloques, travailler avec un « script doctor » peut aussi être très riche. Finalement, ces regards extérieurs peuvent t’aider à garder le cap, justement… A ta disposition pour discuter plus longuement de ton projet si tu le souhaites ! Corentine (fille de Bénédicte et femme de producteur, donc…)

  • En te lisant, j’ai pensé à un bouquin lu l’été dernier : Un miracle en équilibre de Lucía Etxebarría. L’auteur écrit une longue lettre à sa fille qui vient de naître.
    En relisant le résumé, j’ai un doute mais je crois me souvenir qu’il y a une histoire de transmissions et de souffrance dans la famille.

  • Bonjour
    Je ne sais pas si cela peut t’aider mais comme écrivaine publique, j’utilise la technique des ‘ lignes du temps’ pour aider les gens.
    Je superpose par ex. la ligne ‘moi’, ‘ famille’, ‘pays’ …. et les gens peuvent l’illuster avec des sons, des affiches, photos, mots … et cela permet de combler les blancs, c’est un travail qui peut se faire ensemble …. cela aide pour structurer l’écriture.
    Il y a aussi la technique de l’arbre généalogique mais pas tant les noms que la façon dont il est construit ou alors tu peux aussi travailler avec des thèmes ( amour , abandons, révolutions) bref …
    Je te conseille les livres sur le récit de vie ( ex: Faire de sa vie une histoire : Théories et pratiques de l’histoire de vie en formation), je sais qu’ici (en Belgique) il y a une très bonne formation universitaire ( https://www.uclouvain.be/364400.html) sur le récit de vie cela pourrait peut-être t’aider si tu cherches une méthode…. Voilà j’espère ne pas avoir été trop théorique.
    Très bonne découverte de tes racines.

  • C’est marrant, lorsque je lis ces quelques lignes sur l’histoire de ta famille, je visualise le film l’Amant.
    Mai, on est toutes derrière toi, fascinée par ces images, ces ambiances, ces rencontres, ces bouts de vie que tu partages.
    Ton talent et ta bienveillance transparesse toujours.
    Ajoutée à une B.O de dingue à chaque fois (je tombe toujours amoureuse de tes musiques)

  • Il faut aller chercher du côté de la mémoire cellulaire. On passe sa vie à se chercher, à comprendre les pourquoi et les comment. Tout est tellement interconnecté.

  • Un jour, une meuf a dit « on pense que la réponse est chez l’autre mais en fait tssss… le graal est en chacun de nous » ; elle a dit aussi « en un mot comme en cent : fais ce qu’il te plait! plaisez-vous à vous, ça c’est précieux » ; elle a surtout dit « ce film c’est pour… ‘réaliser’ ce que je suis; marcher sans cesse au plus près de ma vérité ».
    Tu n’as pas besoin qu’on t’aide. Tu as déjà toutes les réponses en toi; dans tes couleurs, dans tes émotions, dans ton instinct de t’entourer de gens qui sauront t’aider là où tu te sens plus fragile…

  • Quelle belle histoire, cette histoire de famille… Ce film, c’est un projet génial, et j’ai hâte de voir ce que ça va donner, j’ai toute confiance dans le fait que ce sera génial !

  • Mai,
    Des années que je te lis, que tu me touches dans tout ce que tu es, dans ton humanité et ta sensibilité, ta délicatesse…ton projet va être magnifique, comme tout ce que tu es déjà.
    Je suis psy alors les histoires de vie, l impact du transgenerationnel, ça me parle! Je peux si tu veux te lire et t aider à penser des liens entre les choses, à en trouver d autres…je serais très heureuse de me pencher avec toi sur ces histoires que tu as à transmettre, à transformer! Tu peux compter sur moi.

  • Tu parle de tristesse, exprime ces tristesses et mets y de la couleur 😉 un peu comme une façon de « dédiaboliser » (je trouve pas le bon mot en fait) tout ça.

    • merci, mille mille mercis! ça me donne tellement de force!
      @ corentine : t’inquiète, le but n’est pas de coller à ma life mais bien de faire un film ;p merci pour les conseils et bisous a benedicte!

  • Hello Mai,
    Bravo pour ton projet et ta sensibilité. Tout cela me touche beaucoup car au delà de l’idée de tragédie familiale, pleins d’éléments s’entrechoquent et se mêlent: l’idée de transmission, mais aussi des fardeaux invisibles, de ce qu’on a reçu, de ce qu’on voudrait garder, de ce qu’on a acquis par nous-même, mais aussi de l’identité non? Ton arrière grand mère est métisse, ta fille aussi, mais vous semblez trés attachées à vos racines, au(x) pays de vos parents qui sont aussi les vôtres. Comme la France? Ou pas? Ces notions d’identité me questionnent en tout cas beaucoup, étant moi même issue de parents immigrés, quelque peu déboussolés d’elever leur fille en France en voulant absolument qu’elle s’integre mais aussi qu’elle leur ressemble le plus possible en gardant de cette Terre lointaine. Tout cela génère parfois quelques instabilités dans la construction de soi, de l’adulte qu’on voudrait être. Je commence à travailler sur l’ecriture d’un documentaire sur ces idées d’identités, de transmission, de ce qu’on porte sans forcément le savoir, ce qu’on voudrait parfois aussi laisser derrière nous. Précision, ce n’est pas du tout mon métier à ma base, je suis architecte 🙂 Mais il faut savoir varier les plaisirs .
    Si l’envie te prenait qu’on parle de tout cela plus amplement, j’en serai trés heureuse.
    Bises
    Niaina

  • Bonjour Mai,

    Tu nous offres tellement par ce site qu’un financement participatif serait forcément un succès, un peu comme un merci de notre part.

    ça a déjà été dit dans certains commentaires, mais ce qui m’est venu à l’esprit à la lecture de ton article, c’est la question de la « psychogénéalogie », ou la transmission du non-dit, la reproduction de schémas inconsciente. Des choses que j’ai découvert dans des échanges avec mes copines éduc’ spé’ !

    Et ce qui me frappe également dans ce que tu écris, c’est la façon dont tu insistes sur la beauté de ton arrière-grand-mère (à juste titre), et à quel point sa photo fait écho à la tienne, à 20 ans, que tu as partagé avec nous, et sur laquelle tu ne savais pas combien tu étais belle !

    Hâte de suivre ce projet !

  • Quel beau projet, qui va dans la continuité de ce que tu racontes sur ton blog depuis le début. Cette photo que tu publies est très belle, et pleine d’histoires (et de secrets?). Il y a en effet toujours beaucoup d’anecdotes, de récits à découvrir dans toutes les familles. C’est ce qui en fait leur identité, leur chemin et leur histoire… en cherchant à comprendre ses parents, ses ancêtres, on se comprend aussi un peu soi-même.

    Comptes-tu réaliser ce film comme une fiction ou un documentaire? Souhaites-tu le filmer en Asie?
    Dans tous les cas, je pense qu’un financement type KissKissBankBank fonctionnerait très bien, puisque tes lecteurs sont assez fans et fidèles ! 😉
    Tu pourrais également partager sur ce blog et FB tous les avancements du projet, les missions qu’il reste à accomplir, si tu as besoin d’acteurs, de figurants, de lieux pour réaliser des scènes. Parmi tes lecteurs, certains pourraient sans doute prêter leur visage, ou leur maison, ou même des vêtements (que sais-je?), si besoin. Bref, un projet participatif !
    Et si besoin, j’ai l’habitude de rédiger des histoires d’amour (cf : limagierdesamours.com ) donc si tu as besoin de relectures… je suis partante.
    On est tous avec toi ! 🙂

  • Vraiment hate de voir ca. Enfants de viets kieu tes histoires de familles comme tu le sais c’est nos histoires aussi..Tu fais un travail et tu vas decouvrir et mettre en lumiere des choses qu’on ose pas tous aller chercher…En attendant, en direct de Saigon, si tu as besoin de quoique ce soit du Vietnam, n’hesite pas. Bonne chance, ca va etre top!

  • Vraiment hâte de découvrir ton projet ! Je fais des études de lettres modernes, je ne sais pas trop comment je pourrais me rendre utile : relecture ? Brainstorming ? De la figuration ? Des envois d’énergie positive ? Ce que tu veux ! Ce qui peut t’aider ! En tout cas ça me fait penser à un bon jaune doré tout ça ! Un jaune soleil des fins d’après midi, chaud et enveloppant ! Des bises Mai !

  • Bonjour !

    Si ton histoire est une histoire de femme, peut être que tu pourrais incorporer des portrait audio de femmes fait par tes lectrices (je me porte volontaire, ma mère, mon héroïne.) et les coller sur tes si jolies images.

    Bonne journée à toutes !

  • Je ne prends pas le temps de lire les commentaires précédents, parce que j »ai envie de te dire mon idée … ce que j »adore dans tes vidéos c »est la sensibilité, la lumière…alors j »ai envie de te dire de peut être ne pas trop cristalliser cela avec de la narration … Je pense au film l »odeur de la papaye verte ou un the mood for love…. beaucoup de suggestions et d »appel aux sensations aux sens odeur toucher….
    Et aussi la beauté dans le malheur…comme dans les films de Kusturica
    La peine le chagrin la solitude mais d »abord la beauté, de la nature de la végétation, de la nourriture du quotidien et de la maternité peut être ce lien si beau mais qui fait souffrir…. la nature humaine quoi du genre on est seul au monde au final….mais c »est beau….
    et puis la beauté des gestes, des mains du travail en train de s’accomplir…. voilà tout ce que l »inspire ton univers alors je t »en fais écho …. hâte enfin non pas hate… mais désir de voir comment tout cela resonner…..

  • Je ne prends pas le temps de lire les commentaires précédents, parce que j »ai envie de te dire mon idée … ce que j »adore dans tes vidéos c »est la sensibilité, la lumière…alors j »ai envie de te dire de peut être ne pas trop cristalliser cela avec de la narration … Je pense au film l »odeur de la papaye verte ou un the mood for love…. beaucoup de suggestions et d »appel aux sensations aux sens odeur toucher….
    Et aussi la beauté dans le malheur…comme dans les films de Kusturica
    La peine le chagrin la solitude mais d »abord la beauté, de la nature de la végétation, de la nourriture du quotidien et de la maternité peut être ce lien si beau mais qui fait souffrir…. la nature humaine quoi du genre on est seul au monde au final….mais c »est beau….
    et puis la beauté des gestes, des mains du travail en train de s’accomplir…. voilà tout ce que l »inspire ton univers alors je t »en fais écho …. hâte enfin non pas hate… mais désir de voir comment tout cela va resonner…..

  • Qu’est-ce que c’est un kickstarter , un financement participatif ? Si c’est le cas , je veux bien mettre quelques « pépettes » comme on dit , dans la mesure de mes (petits) moyens , ça me plairait de  » participer « , même de loin à un film de toi , je suis sûre que ce sera beau. Tiens nous au courant.

  • Bonjour Mai,
    Je suis addict aux histoires qui se racontent en supercolors dans la trame de tes billets.
    Je ne sais pas si ca peut t’aider mais j’ai travaillé 6 ans dans la production de spectacles, je n’ai jamais évolué dans le secteur du cinéma, mais je viens de quitter mon boulot. j’ai donc du temps si vous avez besoin d’un coup de main Marine et toi.
    Dans tous les cas, continue !

  • Bonjour Mai,
    il m’est difficile de mettre des mots sur cette émotion que je reçois à travers toi en lisant ton post! Saisir la chance de réaliser un tel projet est un cadeau… Un cadeau incroyable… C’est beau! Merci de le partager.
    Si on peut t’aider ça serait formidable, mais à l’inverse, sais-tu que tu nous aides toi aussi en partageant ici sur ton blog? Tu nous aides à croire en nos envies, en la beauté qui nous entoure, tu nous aides à comprendre que « c’est possible » de réaliser ce que l’on a dans les tripes…
    Merci!!!

  • Ca m’a toujours frappé l’absence des hommes dans tes vidéos. Je me demandais où était le mari de mini mémé, s’il était toujours vivant. Les grand-pères, les pères, les maris où sont-ils? Sont-ils expressément effacé du tableau? Ce sont-ils eux mêmes rendu absents? Je n’ai jamais posé ces questions parce que ca ne me regarde pas et je n’attends évidement pas de réponse. Je partage simplement ma surprise quant à cet fait.

    Évidemment ton article donne un éclairage sur la question…

    Tu as un regard unique et un clair talent pour les vidéos, réaliser un film ce sera très différent, mais je ne doute pas du toi ! 🙂 Ca pourrait être beau.
    Ce thème me fait penser aux films de Naomi Kawase. Je n’ai vu que le dernier, Still the water, et j’ai beaucoup aimé.

  • C’est super, bravo! Mille encouragements.
    Pour les fantômes du passé, il y a des pistes à explorer avec des auteurs comme Abraham et Torok, Nachin ou Tisseron.
    En te lisant, impossible de ne pas penser à Duras et son amant.
    De tout cœur avec toi.

  • moi ce que j’aimerais savoir c’est si votre histoire est connue de la famille de cet homme , et comment cet homme a vécu cette histoire. « L »autre » n’est jamais totalement inconnue, on entend vaguement parler d’une enfant qui est quelque part, née d’un amour qui n’était pas « acceptable » par la société. celle qui a éconduit ton arrière grand mère, qui le lui a commandé?

  • Si le talent se partageait… on le saurait depuis longtemps.
    Tu es seule à créer et tu seras seule à aller au bout de ce rêve.

    Le financement participatif est un des moyens qui te permettra de réaliser ce rêve, tu peux aussi travailler sur des courts afin de gagner une bourse…de toucher un public plus professionnel … bref tu le sais, quoi que tu décides
    nous serons là.

  • Coucou Mai,

    Je trouve toujours ton blog aussi touchant, surtout que je suis d’une nature très sensible et que pour le coup, cette « confession » me va droit au cœur. Je ne sais pas trop en quoi je peux t’aider car mon métier, c’est la création de contenu pour les marques (aussi bien en entreprise que pour mon blog) mais j’ai longtemps fait de la musique, en conservatoire et chez moi, j’en suis passionnée. Aujourd’hui encore, la musique a une grande importance pour moi, au quotidien quand je me lève ou quand je me couche, quand je fais une soirée avec mes amis ou en amoureux, ou tout simplement quand je regarde des films.
    Si jamais tu me fais confiance, je te concocte une très belle bande originale pour ton film (aussi bien à partir de musiques existantes que de compositions exclusives si mon ami Alix est disponible pour faire ça). Bon, faudra qu’on se renseigne pour les droits mais si tu es d’accord, je serais ravie de participer à ce projet.

    Voici mon adresse mail si jamais : ma.ledet@hotmail.fr

    Belle journée,

    Manon

  • Que dire de plus qui n’ait pas encore été dit dans les nombreux commentaires? Pour ma part, j’ai aussi eu un « flash » Marguerite Duras en voyant la magnifique photo superposée aux mots de ton histoire familiale. Et je pense très fort à la méthode des constellations familiales, avec ta volonté de faire sortir un « secret », une constante lourde et dont tu ne veux plus. Peut-être te sens-tu démunie pour initier un tel projet de film. Mais en fait, tu es déjà extrêmement forte et puissante pour cela!
    Je n’ai pas de conseils ni de compétences à te donner malheureusement, mais bien des encouragements sincères, des encouragements enthousiastes et émus! Je suis absolument certaine que ton film sera magnifique, et j’espère que tu réussiras à y mettre ta spontanéité et ton énergie positive, ta fraîcheur et ta profondeur comme tu l’as toujours fait dans tes petites vidéos! Peu importe finalement, puisque tu feras encore d’autres films après… 😉
    Merci Mai et bravo pour ton projet! <3

  • En attendant les pépettes… Si tu as besoin de lectures, d’un regard extérieur (en plus de celui de ta productrice) ou plus que ça, je suis scénariste ! Et je nourris une passion pour les histoires de famille !
    Et j’adore ton travail. N’hésite pas.

  • Ton idée me parait fabuleusement incroyable. J’ai fait un travail de psychogénéalogie qui a changé ma vie, je suis à fond convaincue par ton thème !

  • Salut Mai,

    Déjà, tout le meilleur pour ce projet qui promet d’être aussi beau que complexe..! S’attaquer à un tel thème, pour un premier long qui plus est, c’est très courageux, j’ai hâte de voir tes réalisations (je veux dire à la fois le film et ce que ce processus de création t’apportera, puisque je vois avec plaisir que tu partages cela aussi avec nous).
    Pour ce qui est de t’aider, à part en envoyant des vagues d’amour, je ne sais que te dire que tu ne saches peut-être déjà… Etrange complexité de l’échange internet, différé par nature. Mais sait-on jamais… Je suis monteuse et étalonneuse (d’ailleurs tu te doutes du coup de l’afflux créatif que ton blog me procure concernant mon travail sur les couleurs !), et ce dont je pourrais te parler, c’est de l’expérience du montage d’un long. Le premier long que j’ai monté était justement le premier long du réalisateur, qui comme toi avait avant cela fait quelques vidéos mais pas de court-métrage au sens classique du terme ; comme toi, son film partait de la vie de sa famille, syrienne elle, pour tisser ensuite des liens fictionnels. A vrai dire, j’ai lu ton post quelques minutes après sa mise en ligne, et je n’ai pas commenté sur le coup parce qu’encore maintenant, c’est pas évident… Je dirais que le choix du monteur est capital, bien sûr, et que la synergie à trouver tout au long du montage est un travail d’équilibriste, à réajuster en permanence. C’est toujours vrai pour le travail de montage en soi, confrontant par nature, mais quand il s’agit en plus de mettre la dernière main à l’écriture d’une histoire qui a un fond aussi personnel que le tien, et qu’en plus on fait ses armes de long avec, c’est… Pfiouuu 😀 Extraordinaire, magique, extrêmement éprouvant. N’hésitez pas à faire des pauses, pourquoi pas de quelques semaines même, quoi qu’en dise éventuellement la prod ! Préserver l’acuité de son regard est une nécessité capitale pour la réussite du projet, et c’est naturellement plus difficile avec un terreau comme celui-là peut l’être.
    Les deux meilleurs conseils qui m’aient jamais été donnés sont que 80% du travail de montage se fait en dehors de la salle de montage, et qu’une vision critique n’est pas un sondage d’opinion. Désolée, c’est confus ce que je te dis.. Mais cela englobe tellement de choses ! Je crois que la clé est de rester ouvert, à l’affût de ce qui se passe à la fois à l’intérieur de toi mais surtout, à partir d’un moment donné, de la matière elle-même : tu l’as sûrement déjà expérimenté, ce moment magique, tellurique, presque effrayant de puissance, où la matière prend vie, et réagit presque physiologiquement pour accepter ou rejeter ce qu’on en fait. Arriver à l’écouter et à ne pas forcer les choses, si personnelles soient-elles, est une des clés… Sinon on devient Dr Frankenstein et on accouche d’un être tronqué qui nous en veut à mort, à raison d’ailleurs :p Je sens dans ta démarche de vie comme dans ta démarche artistique les germes de cette recherche d’écoute et d’acceptation, donc vraiment, je ne me fais pas de souci… Quant aux couleurs, si je m’y met, ce com n’aura jamais de fin !
    Je ne sais donc pas trop si ce que je dis peut être utile. En tout cas, tout mon soutien va à toi et à ton très beau projet. Je te souhaite toute la force et la joie du monde, pour ce projet et évidemment pour le reste aussi… Et je resterai, comme tant d’autres, à l’affût de ce que tu nous en dévoileras. Et bien sûr, si tu as envie d’une quelconque aide que je pourrais apporter, n’hésite pas, des extraits de mon travail sont dispos sur la toile 🙂

  • bonjour mai
    wouha quel post plein d’émotions!
    et quelle drole de question, t ‘aider à raconter ton histoire c’est beau et c’est fort, ça crée un lien intense entre toi et nous les lecteurs du blog.
    bref si cela peut t’aider je me dis qu’il faut avant savoir ce que tu veux raconter : l’histoire de ta famille ok mais va plus loin, cherche ce que tu veux faire sortir de cette famille ( le courage? l’amour? les joies ? ) je ne sais pas si c’est clair mais à mon avis il y a ( surtout dans une famille telle que la tienne ) quelque chose d’exceptionnel, un souffle qui vous porte tous et vous disperse dans tous les coins tout en vous unissant très fort.
    je m’égare mais enfin voila mon idée.
    je t’embrasse et très bon courage

  • Chère Mai, ma pensée est déstructurée mais votre post et vos vidéos m’inspirent les mots suivants que je voudrais partager avec vous: vous parlez d’histoire malheureuse, il en ressort une forme de déterminisme… Or, dans vos vidéos, ce n’est jamais l’histoire malheureuse qui ressort mais bien la bienveillance, la sensibilité et même l’universalité du message à partir de votre héritage et de vos racines!Et ça, c’est top. Bon film! Et merci, tout simplement!

  • Salut Mai,

    Je tombe par hasard sur ton post après avoir consulté ton interview maman sur le blog de Géraldine. Je ne commente jamais mais l’histoire de ton arrière grand-mère m’a tellement émue car il fait écho à ma propre histoire.

    Ma mère est également métisse franco-vietnamienne. Je connais nos albums de famille par coeur. Il y a dedans une photo de sa mère, ma grand-mère maternelle donc, absolument merveilleuse. Elle doit avoir la vingtaine, elle est d’une beauté, lumineuse, confiante! Je ne l’ai connu que vieille et malade, presque incapable de parler. Elle aussi a eu une vie amoureuse très tourmentée et malheureuse avant de finir seule avec six enfants et de devoir vendre ses bijoux pour fuir le Vietnam à l’arrivée des communistes. J’ai voulu faire un portrait d’elle, à partir de cette photo. En l’enlevant, je découvre au dos quelques mots raturés que j’arrive finalement à déchiffrer. Surprise, c’est du français : « Souvenir à mon amour. Ne m’oublie pas tu m’aimeras toute ta vie. » Autant te dire, ça m’a bouleversé. Je n’ai pas cessé d’y repenser depuis. La photo trône maintenant sur mon bureau.

    Je découvre ton blog au fur et à mesure. Merci de nous raconter ton histoire au fil des pages avec autant de sensibilité et de pudeur. Oui, c’est extrêmement dur d’être issue d’une lignée de femmes malheureuses et de trouver sa voie en tant que femme. Quand en prend conscience et qu’on l’accepte, c’est pourtant un héritage humain beau et riche. Bravo pour ton courage, ton parcours !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *