Mathias Kiss

et le Golden Snake

Vous connaissez ma passion pour l’artisanat, et je voulais refilmer un doreur en action (souvenez-vous), mais Mathias c’est différent. Comme beaucoup, je suis son travail depuis longtemps, je l’adore son travail.

il répond rapidement à ma proposition pour venir le filmer. « super, viens au café de la Poste » et là « tiens ça tombe bien que tu me contactes, on fait bientôt une installation au Palais de Tokyo, ça te dit?! -… oui?! »

Même s’il a fini par avouer qu’il aimait l’or d’amour (NAN MAIS ON ME LA FAIT PAS À MOI!), ce qui l’intéresse, c’est créer. j’ai adoré qu’il compare le langage de la dorure à celui de la politesse, une donne, un acquis pour lui, mais pas forcément une source d’inspiration. J’ai adoré aussi qu’il ne soit pas dans le jeu pur du détournement et de la citation, qu’il ne se positionne pas comme un artiste « à la » Duchamp. il créée… et puis c’est tout!

J’ai grand hâte de découvrir les autres installations et comprendre peut être mieux la schizophrénie entre l’artiste et l’artisan, un sujet qui me passionne. je crois que ce va et vient entre créer l’avenir et restaurer le passé, est divin, qu’il renforce l’un et l’autre. les deux faces d’une même pièce. une immense pièce qui incarnerait le cerveau et l’esprit esthète et joueur de Mathias.

L’exposition « Double Je, Artisan d’Art et Artiste » aura donc lieu au Palais de Tokyo du 24/3 au 15/5. Allons-y nombreux!

Mathias Kiss

 

You know about my passion for craftsmanship but, here, with Mathias is different! Initially I wanted to film a gilder in action (Remember) but Mathias was not interested. Then he added, « Well it’s good that you are calling now because I have made an installation that is opening soon at the Palais de Tokyo. Interested ?! – Err… duh!?! »

Although he finally confessed to me that he loved gold like crazy (YOU CAN’T HIDE THESE THINGS FROM ME!), what interests him the most is the process of creating. I love how he compares the language of gilding to the one of politeness, like a given thing, a must for him, but not necessarily a source of inspiration.

I can’t wait to see the other installations and understand better the schizophrenia between the artist and the artisan, a subject that fascinates me. I personally believe it’s a movement that goes back and forth between creating the future and restoring the past. Something divine. That strengthens both. It’s the two sides of the same coin. A huge room that would embody the brain and the mind of the aesthete and the player that Mathias is, side by side.

The exhibition « Double Je, Artisan d’Art et Artiste » (Double I, Artisan and Artist) is taking place at the Palais de Tokyo from March 23rd to May 15th. See you there!

Mathias Kiss

Jimmy Castor Bunch – It’s just begun 

Il y a 2 années / Bouche 2 commentaire(s)

2 commentaire(s)

  • Merci de nous faire découvrir (encore et toujours) de si belles personnes, Mai. Je ne connaissais pas Mathias Kiss et j’ai eu un gros coup de coeur pour son travail. Cette corniche/golden snake olala!
    C’est très beau ce que tu dis sur « la schizophrénie entre l’artiste et l’artisan ». Continue à creuser le sujet pour/avec nous!!
    C’était un plaisir de t’apercevoir tout à l’heure devant chez Lisa, je venais de regarder ta vidéo et si je n’avais pas été au téléphone je t’aurais fait un bisou de remerciement pour toute la beauté que tu nous offres à chaque post 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *