La Beauté de la Cosmétique

(mon cul)

salut les poulets,

Je ne sais si ce sont mes différentes explorations boudhistes ou seymouriennes, mais je viens de réaliser un truc énorme sur le monde cosmétique, souvent appelé « Monde de la Beauté ».

C’est cette histoire de doigt qui montre la lune. mon père, qui l’avait appris des enseignements de Bouddha, me disait tout le temps : ne prends pas l’un pour l’autre.

Et en regardant l’autre jour certains fils IG (huda beauty, ou nyx etc…) je me suis dis : c’est ouf! ouf de ouf! Que nomme-t-on Beauté déjà? j’adore que ces femmes se montrent dans leur transformation massive, et que donc, elles montrent leur vérité, honnêtement je trouve ça beau. Mais cela montre bien que la cosmétique, ça n’est pas « la beauté »! il n’y a pas de jugement, mais la force des mots est telle que je pense que c’est bon que l’on nomme les choses par leur nom.

Une creme hydratante, solaire, un rouge à lèvres, je trouve ça génial : nan mais un rouge à lèvres, c’est rouge et ça se met sur les lèvres, piting mais j’A-DORE! mais ça n’est pas « de la beauté », ça n’est pas « une arme de séduction », ça n’est pas « be who you are » etc…

Bien sûr, c’est créatif, c’est ludique, c’est social, mais ce qui est beau, c’est de créer, de s’amuser, de dire à quelle tribu on a envie d’appartenir. c’est… vous. Pas le rouge à lèvres. Vous me suivez?

Et ne laissez personne, aucun mec, aucune copine, aucun magazine, aucune publicite, ni même vous memes, vous dire que vous avez besoin de cosmetique pour « êre belle ». Fuck les « must have ».

L’autre jour, une journaliste « beauté » m’a demandé mon avis sur le… butt contouring… SANS DECONNER?! (j’ai du répondre que je n’avais (malheureusement) aucune expertise en la matière…)(hahahahahahahahahaha)

Je ne remets pas en cause les équipes marketing/journalistiques qui bossent pour réaliser des produits/papiers qui vous plaisent, vous rendent service. Je n’en suis pas à dire « bandes d’ordures, vous mentez », mais je pense qu’il faut aimer les cosmétiques pour ce qu’elles sont… c’est à dire cosmétiques et pas forcément belles. Et dès lors que tu confonds l’un pour l’autre, alors, tu es en passe de créer beaucoup de… laideur. Car en vérité, l’objectivation de la beauté, c’est moche! Il n’y a qu’à regarder la majorité des publicités du secteur cosmétique…

Il y a 9 mois / Bouche 54 commentaire(s)

54 commentaire(s)

  • Ces mots que tu écris entre beauté et cosmétique, effectivement dans notre monde ce paralelle est toujours fait. Tu poses les bons mots Mai, le cosmétique ne fait pas qui tu es c’est une certitude, peut être ai je tort mais le cosmétique est peut être comme un masque pour cacher ce que nous sommes vraiment … Il y a de quoi développer en tous les cas. Ton article fait du bien ce matin. Des bises et bonne semaine.

    • ophelie! merci pour ton com, c’est un masque oui et non! c’est un masque derrière lequel tu te montres. donc si tu es punk, tu montres qui tu es en cerclant tes yeux de noir, en teignant tes cheveux etc… tu utilises le makeup pour dire et montrer qui tu es, a quelle tribu tu appartiens. mais quand tu vas te coucher, t’es démaquillée, et au fond, tu es toujours punk. me suis tu? la ou ca se corse c’est tout le temps et toute l’énergie que l’on met pour rentrer dans des codes qui au fond ne nous conviennent pas. dans ton cas, on avait parlé du lissage de cheveux, si tu sais que ca te permets d’être mieux prise au sérieux et que c’est un effort « utile » pour ta vie, alors c’est ok. si tu lisses les cheveux parce qu’on t’a fait croire que tu étais plus belle comme ça, alors là je ne suis pas d’accord. qu’en dis tu? mille bisous, à toute la petite famille aussi! mouah!

      • Je répond à ton commentaire qui est un peu vieux mais une chose que tu dis m’a « choquée » (je mets de gros guillemets je ne suis pas colère!). Pour moi, se lisser les cheveux parcequ’on sait qu’on sera plus prise au sérieux est aussi violent que se les lisser parcequ’on nous a dit qu’on serait plus belle ainsi…. Quoi qu’il soit j’ai beaucoup aimé ton article et je dévore ton blog depuis plusieurs années ! Merci 🙂

        • hahahah coucou pauline,
          ah mais on est tout a fait f’accord, l’un et l’autre sont aussi choquants et violents! ce que je voulais dire c’est que tout dépend de ton niveau de conscience, que ce soit l’un ou l’autre. fais tu les choses en conscience ou sans même le comprendre? c’est là où quelque soit le message envoyé par la société, tu peux l’utiliser ou le refuser pour te servir « toi ». merci pauline et bise

  • Merci Mai pour le partage de ta réflexion, c’est libérateur de se dire que la cosmétique ne nous rend pas plus beau, juste nous jouons avec et en avoir conscience c’est déjà énorme 🙂 Bonne journée

  • Bonjour Mai,
    pour rebondir sur tes propos, je suis tombé sur une série photo, de Barbara Iweins, qui prend en photo ses modèles au saut du lit (à 7h) et le même jour à 19h, on voit le changement d’apparence qui s’opère sur chacun (ou pas, certain reste « nature »)
    ça m’a fait réfléchir, car pour la plupart (surtout sur les femmes où le changement est plus prononcé), je les trouvais plus beaux au réveil. Plus cool en fait. Plus « accessible ». J’ai trouvé que le maquillage, les fringues, la coiffure rendaient ses personnes plus « froides », presque robotique…
    Bref j’ai trouvé cette série intéressante, et ton article aussi!!!

    • merci, je vais aller voir cette série. oui plein de mecs disent qu’ils chopent leur meuffe à la boulangerie du coin un dimanche matin. plus qu’en soirée. c’est très difficile de remettre les choses à plat. et c’est bien de le faire si cela rentre dans une recherche de vérité et de bonheur.

    • oooh mais merci de m’avoir fait découvrir Barbara Iweins, je viens de passer 20 minutes sur son site, ses photographies sont magnifiques!

  • Merci Mai pour cet article et cette réflexion.
    Pendant longtemps je n’osais pas sortir de chez moi sans mon maquillage de tous les jours plutot light pourtant,qui en quelque sorte me servait de masque et surtout (dans la tête tout ça hein) me servait à me cacher, à créer une distance.
    Mais ca c’était avant 😉

    • yes! on remarque d’ailleurs, que les femmes ne se maquillent pas en vacances, quand elles sont relax et heureuse. je ne dis pas que j’aime pas le makeup, j’adore ca. et les cremes, c’est pareil. et porter un masque? why not? (voir le com d’ophélie plus bas), par contre, je le fais en conscience, pas pour me cacher, j’aime qu’il soit flamboyant et plein de joie.

  • J’ai autant adoré la photo que le billet en lui-même. J’imagine que les be who you are sont plutôt statiques, l’affirmation de soi passant par un style que l’on considère alors comme « bold » d’affirmer. Ma cosmétique à moi, elle évolue toute la journée, tous les jours. C’est une palette de cosmétiques que j’ai, celle qui va me faire être ce que je veux à ce moment précis, celle qui va sublimer ceci ou cela sur le visage de quelqu’un puis le lendemain disparaître pour laisser place à un autre bout de nous-mêmes. La cosmétique, à mon sens, c’est une évolution, pas un avant/après, mais un avant, pendant, après puis on recommence tout le temps, selon l’humeur, l’envie, l’environnement, là où l’on a envie de trouver du plaisir et de le prendre. La cosmétique ça reflète l’intérieur, avant tout.
    Super billet, hyper inspirant, comme d’hab. Passe une bonne journée <3

    • oui je suis d’accord, c’est une célébration du moment, et de sa propre beauté.
      il faut juste garder à l’esprit que sublimer un trait ou un autre se fait tout de meme dans un sens social : si demain un mec en faisant autant, on trouverait ca bizarre ou genial (parce qu’il est gay). vois tu ce que je veux dire? mais si la société me propose du rouge comme attribut féminin, ça me va de l’adopter, consciemment. merci pour ton com. x

  • Je suis ravie de voir ce post Mai car j’ai longtemps voulu te poser cette question! Je porte un regard de plus en plus different sur les cosmetiques et maquillages. Je me demande ce que j’ai envie qu’ils apportent a ma peau, ce que le fait de me maquiller me procure et finalement je me rends compte que je ne regarde pas assez souvent ma peau. Typiquement il a des fois ou j’ai l’envie de me maquiller (car je peux aussi passer plusieurs jours sans) et au final j’ai comme l’impression d avoir un masque ou de me dire que je n’avais peut-etre pas besoin de mettre de l’anticerne ou la bb creme et que peut etre juste un peu de mascara et de paillettes au coin de la paupiere illuminent suffisamment mon visage. Finalement c est ce dire: de quoi jai besoin et de quoi a besoin ma peau aujourd’hui? Si elle me semble hydratée et souple juste avec ma creme alors pourquoi ajouter autre chose? Ai-je envie de camoufler ou de reveler une partie du visage? J’aime avoir pris conscience de ca car c’est aussi m’ecouter, m’observer et prendre soin de moi. Merci Mai pour ce post!

    • oui le coeur des choses est la relation à soi. au sens littéral lorsque l’on parle de sa peau, mais au sens « profond » aussi de « se regarder » « s’observer » « s’aimer ». c’est génial d’avoir des produits qui nous permettent d’exprimer cela. mais l’empowerment dont tout le monde parle, est en chacun de nous. pas dans le produit. xxx

  • Salut Truc-Mai.

    Je pense qu’il y a plusieurs lièvres à soulever derrière cette discussion que tu ouvres cette fois « frontalement » bienqu’on la lise en filigrane depuis un moment. Un peu comme un contouring bien fondu – t’es arrivé au bout de quelque chose.

    Tout d abord, il n est pas inutile de rappeler que le terme de cosmétique tire son origine quelque part entre la décoration et l’arrangement – on peut y voir une parrure. Comme son nom l indique elle vient sublimer une base déjà existante. A ce titre, je te trouve drastique de dire que le cosmétique est en contradiction avec la beauté. C est juste une déclinaison. Le sentiment de beauté, une inclination. A chacun son heure –

    Pour en revenir a tes promenades autour du « moi », qu elles empruntent le terreau familial, le parcours seymour ou l héritage bouddha de papa – je te ferais la même remarque que tu fais s agissant de la distinction cosmétique/beauté. Doigt/lune.

    Je m explique. On pourrait te dire – Ne confonds pas le doigt (seymour) et la lune (quiétude intérieure). Puisque c est le chemin qui importe pas le moyen. Je dois dire Truc-Mai que tu jouis d une sincérité assez grande dans tes posts, tellement grande qu on sent même quand ça te saoule un partenariat (même choisi, il faut bien manger). Nous lectrices, le savons et revenons avec plaisir. Voir ta fragilité au grand jour a eu quelque chose d impudique je trouve, on a vu plus que la faille – le malaise. Se recouvrir de cosmétique parfois ce n est pas si grave, ça protège aussi de la malveillance et de la manipulation. Quand on voit l essor et l appui que le discours seymour prend, il y a de quoi se poser des questions. Un peu comme on entre en psychanalyse, en retraite etc – il y a du bon a intégrer une matrice qui temporairement vous love dans ses bras (et on sent toutes le love chez toi (mais pas que). Tes posts ne me tire jamais de larmes, j ai envie d être solidaire de toi. Pas toujours, parfois je te perds mais si je t apprécie alors je te le dis. Lorsque je lis qu une expérience qui entre a ce point la dans l intimité du moi lancée sur internet (il y a de quoi se brûler les ailes) je ne suis pas étonnée de te sentir si ébranlée. C est un peu comme le cosmétique du « moi », et j en reviens a ce que je disais au début, c est une déclinaison. Prendre sa place est une inclination. Le parcours est long entre le doigt et la lune – l’imagination et pas l application.

    J espère que ces paroles trouveront grâce a tes yeux. Avec ou sans khôl.

    • Oh mahot, je suis désolée je n’ai pas compris… j’adore la cosmétique. je dis juste qu’il ne faut pas la confondre avec LA beauté. je vais te relire pour essayer de comprendre. et tout ce que je fais ici c’est avancer, à mon rythme, y compris de ne pas comprendre ou de me tromper. c’est pas important. par contre rien de ce que fais ici n’est obligatoire ou contraint. donc si tu sens que je me saoule moi-même, alors je ne sais pas quoi te dire. notamment par rapport à seymour, es tu en train de me dire que je l’affiche comme une fierté alors que ça n’est pas important?
      allez, je vais te relire! bise

      • J aime ton blog parce que justement tu essaies. Ni plus, ni moins. Je suis un peu dérangée lorsque tu sollicites a ciel ouvert les instances du moi (qu on a tous fragiles!). Ça ne tient pas lieu de conseil. Je mettais en perspective des bribes d informations que tu distilles. Comme toi je peux me tromper. Ou pas.

        • hahaha, oui je comprends. ou pas… hahahah
          je cherche, c’est tout. et si par hasard tu penses que je penses être arrivée qqpart parce que Seymour me demande d’écrire pour eux, c’est pas du tout ce que je pense. et si une lecture sur les enseignements de bouddha m’a fait « enfin » arriver qqpart, ca n’est pas non plus ce que je pense. en revanche, si mon impudeur (c’est pas la premiere fois qu’on me le dis/reproche), permet de verbaliser pour moi meme des réflexions et à d’autres de se questionner et d’avancer eux mêmes, si ça nous permet de communiquer, de s’épanouir, de se dire qu’on est pas ok etc… alors je continue.
          de toute façon, si on reste dans ces fameux enseignements de bouddha, si je continue dans cette voix, je devrais arriver à la conclusion qu’il n’y a pas de moi! et tu as raison il y a un long chemin entre le doigt et la lune. encore une fois je dis jamais que je suis arrivée. je suis juste à un lieu à un moment donné. sur le chemin. qui reste encore long.

          • C’est exactement le contraire que je dis. Que tu avances par toi-même et que les méthodes n y font rien – cosmétique ou rhétorique. Encore une fois, je dis que j aime ton blog parce que tu essaies « ni plus, ni moins ». Pas parce que « tu penses que je pense que tu penses que X a valeur de Y ». Lorsque je parle d’impudeur, je ne dis pas que tu l’es mais que c est ce que j y lis. J’aime bien ton blog.

            • hahahah mais c’est fou comme on se comprend pas!!! hahhaha; je suis désolée! et ai bien compris que tu aimes mon blog, tu l’as écrit dès le premier com. je vais continuer a relire ce que tu m’as écrit. ca viendra peut etre ! bise

  • Salut Mai, je trouve l’image de la lune très parlante pour exprimer que la « discipline cosmétique » peut en même temps, poursuivre un objectif (séduire, ou plus paradoxalement et négativement, ne pas déplaire), et être une fin en soi. Les cosmétiques peuvent être considérés comme une cellule autonome (une autre lune ?), un cadre fermé de références, de critères « déconnectés » du monde social, comme un parallèle artistique en fait. D’un autre côté, en général, les cosmétiques ne sont que le véhicule de la mise en valeur, parce que la finalité ce n’est pas soi mais la réception par les autres de ce visage qu’on leur présente… Pour ma part, plus j’avance dans cette réflexion, moins je me ravale la façade : parce que pour moi c’était aussi une façon de ne pas se poser de question, se maquiller comme tout le monde. Alors mon enjeu c’est de passer de peintre en bâtiment à impressionniste ! Et quand je vois une fille dans la rue qui s’est ravalée, j’ai tendance à penser qu’elle subit, plus que moi, la puissance du système. Peut-être que c’est vrai, mais peut-être pas : peut-être qu’on lui interdisait de se maquiller, peut-être qu’elle tire son empowerment, elle, de cette démarche parce que c’est CE visage qui l’aide à être forte… C’est complexe !!
    Cette sociologie de la beauté, c’est passionnant. Si tu le connais pas, il y a le podcast d’une conférence très intéressante d’E. Azoulay, 100 000 ans de beauté, sur le site de l’IFM.
    Et sinon merci pour ces articles qui questionnent beaucoup !

    • merci Louise, pour ma part, je pense qu’on n’est jamais totalement affranchie. en tout cas, on sait qu’on ne l’est pas si on se positionne par rapport a autre chose (qi n’est pas nous) : faire une chose ou son contraire, procède de la même logique, c’est toujours se positionner par rapport à cette chose (l’éducation qui t’a interdit de faire qqchose dans ton exemple). les 2 faces d’une même pièce en somme.
      et tu as raison quand tu dit que c’est peut être surtout une manière de présenter à l’autre. je me souviens d’un beauty portrait de Valérie Solvit ou elle disait que c’était une préparation à la rencontre. et oui, c’est un début de montrer qui tu es. bises

  • Hello Mai!
    Moi je te comprends tout a fait. Je suis pour la cosmétique pour le plaisir et le jeu. Dernièrement j’ai un peu l’impression que ca devient une dictature (surtout aux US et dans bcp de pays asiatiques) de l’image. Les tendances sont excessives et se ressemblent toutes… Comme s’il n’y avait plus qu’une définition de la beauté: contouring, lèvres violettes, extension de cils, sourcils gros et épais… heureusement que d’autres pousse la tendance un peu plus minimaliste (comme Glossier)
    bisous!

    • il faut de tout pour faire un monde. mais les reseaux sociaux ne refletent pas la realité du monde, juste ce que les gens qui veulent montrer, montrent. et évidemment que des makeup geek ont plus envie de montrer que d’autres. ca fait sens non? bisous lili!

  • Hello!!! C’est super de lire ton post….je me maquille peu et très léger ( rouge sur la bouche justement et un peu d’ombre à paupières dorées depuis que je t’ai vu semer du doré aves tes yeux!)…et ma fille de 7 ans elle adore se maquiller, comme si elle avait 16 ans ….du coup je lui ai offert de l’ombre à paupière avec une couleur douce et un gloss que je croyais léger jusqu’à ce que je la vois en mettre quatre couches sur ses lèvres 😉. Je restreint cette pratique aux moments spéciaux,genre on a des invités ou on va au resto ou je me déguise en princesse…moi qui suis plutôt stricte avec la peur que ma fille franchisse trop vite certains codes et ne comprennent pas les subtilités de la féminité, par exemple elle dit souvent et je ne sais pas si elle le pense, qu’une femme pour etre belle doit avoir les cheveux longs et porter des jupes-robes (donc l’inverse de ce que je suis..)…je me suis rendue compte que lui autoriser un peu de maquillage de temps en temps et aussi lui expliquer sur ce point précis pourquoi les petites filles ne se maquillent pas pour aller à l’école…lui donnait finalement l’occasion de découvrir ces notions dont tu parles,le masque, ce que le maquillage t’apporte, qui tu es avec ou sans…alors c’est sur elle est peut être jeune pour tout capter mais je constate que chez les enfants le jeu de la transformation est quotidien et que nous l’oublions en devenant adulte….et toi Mai tu nous rappelle à quoi nous jouons! T’es trop forte!!! Bises! sinon je voulais te suggérer d’aller voir les photos de Nadia Wicker,sa série les larmes de Saint Laurent est beĺle de couleurs…je pense à toi à chaque fois que je vois ces photos 😍

    • merci pour Nadia Wicker! merci!
      on doit je pense élever nos enfants : les aider à « monter de niveau », « aller en haut ». c’est génial que ta fille ait déjà ses idées sur la beauté/féminité. il faut juste la guider pour qu’elle comprenne que ces constructions sont extérieures à elle. et qu’elle sera belle quelque soit ses choix. elle est déjà belle. et je pense que c’est pareil pour un garçon. plus on dévleoppe leur confiance et mieux ils feront leurs choix « à eux ». bisous

  • Mouahahah, merci Mai de remettre les choses à leur place. J’ai ri avec la découverte du butt contouring. Et je suis bien d’accord, rire, appréhender la légèreté, savourer la vie, c’est sans doute avant tout ça la beauté. Je ne résiste néanmoins pas à partager la dernière absurdité entendue ce week-end, le blanchiment d’anus, rien que ça. Un indispensable pour vivre belle, sereine et en harmonie dans son couple!

    • je pense qu’il fat tout faire pour préserver l’harmonie du couple. donc si ca passe par un blanchiment de l’anus… why not?! je veux dire, je parle pas de moi, moi ce serait « SANS DECONNER » mais peut être que pour d’autres… qui sait?!

  • Oui. Pour prendre le versant plus sérieux de la question, je pense malgré tout que le couple, même s’il est forcément contraintes par moments, ne doit jamais représenter une oppression sur l’autre, qui plus est sur son propre corps. Mais sinon je suis d’accord, chacun fait fait fait, c’qui lui plaît, plaît, plaît. Disons que je trouvais que la référence était un bel hommage à ton sous-titre 😉

  • La cosmétique, c’est comme les vêtements parfois ça peut sauver aussi. Ca peut donner un cadre là où on n’en voit plus, de la stature quand on se sent mou, de l’épaisseur quand on se sent transparent, le sourire quand on ne réussit pas à l’avoir. Ce sont des leurres, des artifices, certes mais aussi parfois de formidables pistes d’envol pour se projeter dans le quotidien. (bon je dis ça alors que je n’ai vraiment pas la patate. sans doute qu’un jour de soleil dans la tête, j’aurais réagi différemment). Merci pour ce post ! bises

    • tant que le vêtement ou le maquillage t rend service, alors on prend, on prend tout. c’est quand les choses s’inversent qu’il faut se poser des questions. merci pour ton com!xxx

  • « Fuck les must have » ahhhhhhhh j’adore j’adore j’adore, c’est tellement ça en plus tu as tout à fait raison finalement soyons nous et oui jouons avec ces cosmétiques, créons, rêvons notre beauté. Bisouuus

  • Salut Mai! et bien, tu as bcp de chance de relativiser à ce point. Perso, moi je ne me trouve plus belle le matin sans maquillage…. de moins en moins, faut croire que c’est l’âge. ^^ Avant, il y avait encore des jours où je me disais en me regardant dans le miroir après ma douche « wow t’es canon ma fille » et hop, je sautais la case maquillage (même si tu le regrettes souvent vers 15h qd t’as un gros coup de barre dans ta journée et que tu ressembles à un fantôme). Mais maintenant, ca n’arrive plus. Je ne me maquille pas énormément, mais je n’oserais plus me montrer sans… surtout si je sais que je suis susceptible de croiser des amis ou des voisins… et si j’ai RDV avec des potes pour un verre après le boulot, j’embarque ma trousse de maquillage et je me refais le portrait avant. C’est presque devenu obsessionnel… Et ça me rend triste, pcq ça diminue clairement ma confiance en moi… Est-ce que je suis bien maquillée? trop ? est-ce que ça se voit que je viens de me remaquiller (la fille superficielle) ? est-ce que j’ai assez de RAL ? trop ? est-ce que ça se voit que j’ai pas dormi de la nuit ? pfffff… Bref, le maquillage ne résout aucun problème, c’est un fait !!

    • Marie! Ce qui est merveilleux c’est ta clairvoyance : te concernant, plus tu avances en age, moins tu as confiance, plus tu te maquilles. Alors peut etre reprends au debut : pourquoi perds Tu confiance? Je rencontre plein de femmes en ce moment « d’un certain age » (as Tu regarde la video de Sophie fontanel?) et Je les trouve d’une beaute! Ne laisse rien t’encombrer l’esprit! En esperant avoir repondu a ton com! Mille bises

  • Bonjour Marie, bonjour Mai

    Je suis dans une situation proche et lointaine à la fois Marie.
    J’ai des problèmes de santé et cela se voit sur mon visage. Cela se voit aussi car je dois me protéger très fort du soleil et donc en cette saison (j’habite marseille), j’ai un paraplol (un parapluie pour le soleil quoi).
    Et très fréquemment, je suis ‘harcelée’ ou interpellée dans la rue.
    Alors, j’ai pris l’habitude de me maquiller le visage (le plus légèrement possible) pour camoufler les grosses rougeurs et ne pas être en mode zèbre; Parce que ce qu’il y avait parfois, quand j’étais au naturel, c’est le regard insistant, de pitié, la question qui tue « ah mais ça va, c’est pas trop dur de vivre ça » et j’avoue qu’au bout d’un moment, ça me saoule voire ça me déprime.
    Le visage maquillé, je ne me sens pas masquée ; c’est plutôt la maladie qui me masque en fait.
    Et du coup, quand je suis vraiment bien avec des gens, en famille, en confiance, en cercle intime, je ne me maquille pas parce que tous me connaissent, et m’aiment, zébrée ou pas!

    pleins de bisous

    • Valerie! Quel temoignage! Genial! Mais Oui, que ce soit d’une maniere ou d’une autre, c’est incroyable et tellement Riche de pouvoir faire la part des choses comme Tu le fais. Le maquillage est Bon lorsqu’il te rend service et non l’inverse!!!

      • Mais c’est toi qui m’a ouvert cette voie Maï grâce à un e-mail où j’étais en quête de bien être avec ou sans veuchs dans la perspective d’une chimio !
        Alors je prends plaisir à témoigner à mon tour … car tout cet amour, il faut que ça circule!!

  • Bonjour Mai,
    Je viens de te lire et j’apprécie beaucoup cette réflexion sur la cosmétique! Je la comprends aussi parce que ma petite soeur il y a deux ans est devenue Maquilleuse Professionnelle. Et grâce à ses conseils elle m’a fait découvrir un univers que je pratiquais pourtant déjà!
    Mais avant, le maquillage était pour moi un camouflage (cacher les cernes, les boutons, les rougeurs, avoir l’air en forme…..). bref rien de folichon..
    Et puis j’ai découvert les couleurs, les textures, la lumière……
    Et depuis je m’éclate! je n’ai plus peur des couleurs sur les yeux ou la bouche (tout en légèreté bien sur!^^), mais me maquiller est devenu un plaisir. Je m’amuse à me maquiller comme je m’amuse à créer mes colliers!
    Alors je n’en ai pas envie tous les jours, mais j’aime parfois craquer sur un rouge à lèvre et le porter comme un bijoux pour une journée.
    Mais pour en arriver là j’ai du apprendre à être à l’aise avec cette matière et me réapproprier mon visage. Et ne plus suivre les dictats des publicités de cosmétique. Aujourd’hui j’aime jouer avec les couleurs et les textures de maquillage comme je joue avec mes vêtements. Et cette liberté de création m’a permit aussi de mieux m’apprécier Sans cosmétique.. Je crois que le maquillage est une liberté que l’on s’approprie pour se redéfinir le temps d’une journée.
    Voila mes pensées après la lecture de ton poste…^^
    gros bisous roses

  • C’est une très belle réflexion sur la beauté et le monde des cosmétiques. J’aime beaucoup ta perception des choses qui n’est ni noire, ni blanche. Les cosmétiques peuvent à la fois nous nuire lorsqu’on se cache derrière eux mais ils peuvent également aider à nous affirmer et à nous représenter tel que nous sommes ! Un beau texte donc qui remet en question certains préjugés sur la beauté et la cosmétique, tout comme ton article du Seymour Magazine.
    Hélène

    • merci, tout part du coeur n’est ce pas… et le coeur, il faut savoir à quoi il est connecté, par quoi il est motivé. après le reste n’est que… poésie! merci pour ton com hélène! xxx

  • Merci Mai pour ce rappel!! Je pense que cette notion devrait être mentionnée sur chaque packaging! Au même titre que les crayons, feutres, stylos, plumes, encres etc…que l’on achète pour dessiner et créer sur des supports papier ou autre, il s’agit de la même chose en fait. Personnellement j’aime le fait de voir mon corps comme une page sur laquelle je peux projeter ce que j’ai envie quand j’ai envie. C’est marrant que je tombe sur cet article aujourd’hui parce que je suis en train de travailler sur un solo -je suis danseuse- basée sur la peau et je réfléchissais à quel point la peau est un écran sur lequel les autres projettent ce qu’ils veulent, ce qu’ils ont envie de voir et par la même leur vision à eux…mais pas la nôtre. Du coup ton article m’ouvre encore une piste de réflexion sur la peau comme terrain créatif et de transformation…encore merci, sache que tes videos et ta vision me nourrissent beaucoup pour ma recherche autour du corps et de la peau. 😉

  • C’est sur cette même constatation que depuis un mois je me suis mise à faire mes propres cosmétiques et ça fait un bien FOU de savoir ce qu’on se met sur la beau et de se chouchouter … au naturel !!!

  • Bonjour Mai.
    Oui, la cosmétique n’est pas « la beauté » !
    Au delà des « must have », la question de la beauté et de l’identité.
    Je vous invite cordialement à aller voir la vidéo « La profondeur du superficiel » avec la philosophe Sophie Chassat sur Philosophie.TV
    Quelques mots clés tirés de son discours :
    Le paradoxe. Que nous dit l’écume légère qui danse au sommet des vagues ? Que nous disent la forme, le fond ?
    Le tragique et la beauté, la belle apparence. La surface : le résultat d’un approfondissement.
    Une sagesse épidermique.
    La profondeur authentique considérée comme le contraire de la gravité / sévérité.
    Le maquillage, le masque : étymologies différentes. Maquier = Faire.
    La vidéo de Cassandra Bankson, (« Pénélope des temps modernes ») sur You Tube : le passage d’un extrême à l’autre. Le maquillage, un moyen de rejoindre son identité.
    Cosmétique, cosmos, le monde et la parure. De l’ordre sur une esquisse d’ordonnancement.
    La beauté comme un Tout. Quand Pénélope pleure … 🙁 ! Beauté, présence profondeur et identité.
    Colette et les soins. Le courage des femmes.
    J’ai trouvé les propos de cette femme passionnants tout comme les vôtres ainsi que les commentaires qui précèdent ma petite contribution à la réflexion.
    Le plaisir, le jeu, la liberté, la superficialité …
    Les hommes sont moins libres sur ce plan dans notre société du politiquement correct.
    Vais-je me refaire une beauté pour aller danser aujourd’hui ? Et vous ? 🙂
    Je vais retrouver ma sœur-cœur. Elle est maquilleuse.
    Et puis j’irai voir Nadia Wicker et Barbara Iweins.
    Maquillée ou pas je trouve que la beauté est bien là, dans la femme que j’aime et dans bien des femmes.
    Que de découvertes depuis quelques jours ! Merci Mai !
    J’ai été très touché par votre vidéo avec Bénédicte et Dominique, Guillaume Gallienne, Sophie Fontanel, … Mais c’est chronophage votre bidule ! 🙂
    Très beau dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *