Sasha Cobra

the Love Maker

Sasha, Sasha, Sashaaaaa!!!!!

Nous nous sommes rencontrées il y a 6 mois déjà (oui je suis sur internet mais trop dans l’instantané!). C’était à Londres, lors de son stage « Seeds of Transformation ». Je vous écrirai un post en fin de semaine pour vous raconter cette expérience… « … » (ie. j’ai pas de mot pour la décrire)(même après 6 mois!).

Mais avant, rien qu’en réécoutant la belle Sasha, dont la parole devenait au fur et à mesure de notre entretien comme un souffle, il y a mille choses qui me viennent en tête et que je retiens de son approche.

1. L’énergie sexuelle fait partie de notre essence

Alors je n’en suis pas encore à dire que je suis un « sexe sur patte », comme le pense Sasha. Cela dit, peut être que ça viendra!!! En revanche, ça m’a ouvert les yeux sur la puissance et la beauté de cette énergie.

Et puis surtout elle m’a fait comprendre que le bon sexe est de type énergétique. Et non mental. C’est pour cela que certains couples peuvent durer dans leur sexualité (enfin je veux plusieurs dizaines d’années) sans avoir à passer par la case « Bon bah on va inviter quelqu’un pour ajouter du piment sinon ça tourne en rond là non? » Ça n’est pas non plus une histoire de friction, de technique, ça n’est pas non plus uniquement du désir, des fantasmes etc. Non c’est une énergie inée, intérieure, qui te connecte à toi-même, puis à l’autre.

euh… nan mais franchement, c’est pas révolutionnaire?! POURQUOI ON M’A PAS DIT AVANT?!!!!

Donc en fait, c’est ça l’idée d’ouvrir ses chakras, faut lâcher les fauves, pour que cette énergie circule, t’anime, te fasse aimer. et éventuellement jouïr.

oui mais..

2. Notre société nie complètement cette énergie

« Chez nous » le sexe, soit on en rit, soit on en parle pas, soit c’est du porno etc… c’est aussi souvent lié à la quête unique de jouissance. il y a aussi l’option « j’attends que l’autre fasse son affaire…! » je sais que ça se passe pas comme ça dans votre intimité et que c’est génial, mais au niveau sociétal, c’est grave…. HELP!!!!

Ce qui, combiné avec le point 1., fait qu’on en voit partout (pub, ciné, n’importe quelle rencontre etc.). Une amie coach m’avait dit un jour : tout moteur vital, interne, essentiel, qui ne peut pas s’exprimer vertueusement, va s’exprimer vicieusement. C’est une règle de base, qui ici se révèle tellement vrai je trouve.

 

Je me rappelle d’une itw de Deniz Gambze Ergüven, la réalisatrice de Mustang disant qu’il y avait un collège en Turquie, où les filles n’avait plus le droit de monter les escaliers en même temps que les garçons au collège, parce que c’était un peu olé olé. Evidemment je pense aussi à mon ami Bouziane (qui vient d’ailleurs d’être décoré Chevalier des Arts et de Lettres…BRAVO!!!); oui Bouziane nous avait parlé de sexualité de substitution dont il a malheureusement été victime enfant….
A force de vouloir supprimer, réprimer ou te priver de quelque chose de vital, tu arrives à le faire voire partout. Ça devient une obsession malsaine, voire violente, voire ultra violente (on en a beaucoup parlé lors des attendants de Nice).

A l’échelle d’un individu, vous savez à quel point on est bien après avoir fait l’amour. Alors à l’échelle d’une société… Evidemment que oui qu’on tient une société (par les cojones) si on leur enlève la sexualité!

3. L’orgasme soigne (is a healing modality)

Quand j’en parle avec des amis, quelque soit leur genre, quelque soit leur orientation, notamment quand j’étais célibataire, on se dit « oh que ça fait du bien! », « ça remet tout à zéro » etc… on a tous l’intuition de ce bien-être profond que l’on ressent au lit.

mais là Sasha va plus loin. Avoir une bonne énergie sexuelle repousse de ton corps les mauvaises énergies quelles qu’elles soient, notamment les vieux dossiers que ton corps a soigneusement gardé.

mais ça c’est pour le prochain post. Je vous raconte mon stage de « full body orgasm » ou pas?!

Ceci était mon 4e portrait OUT OF THE BOX et j’espère qu’il vous a plus autant que les autres. n’hésitez pas à partager!

Amour à tous!

EDIT il y a eu des pb dans l’apparition des com, desolee! Et C’est reparé! Il y a eu Aussi Trump entre temps donc on reprend la discussion plus tard. A tres vite. Mille bises

King – Supernatural

Partager cet article avec vos amis anglophones !

Il y a 8 mois / Bouche 46 commentaire(s)

46 commentaire(s)

  • (Get up get up get up get up…
    Wake up wake up wake up wake up…)

    Mais il doit falloir une énergie et un courage infinis pour faire l’amour avec le Monde! ça me semble hors de ma petite portée… Et tellement d’énergie à consacrer à seulement apprendre, amoureusement, avant de savoir (éventuellement)! Mais c’est sans doute ce qui contribue à faire la (vraie) beauté de nos chemins de vies?
    Pour ton stage, c’est toi qui décides si tu veux raconter.
    En tout cas, la journée commence bien, merci pour cette proposition de « sexual healing » 🙂

  • Très inspirant, comme à chaque fois ♥
    Des fois, on n’a pas super envie de faire un gros câlin, mais on se dit que ça nous fera du bien, ça rejoint ce que tu dis au début du 3e point 😉 ça « nettoie » les énergies (et après on pousse un gros soupir « mmmm ça fait du bien » 😀 )

    moi je suis totalement pour un débrief de ton stage 😉 je te fais confiance pour gérer le côté HYPER intime du truc 😮 !!…

    Merci Mai et Sasha ♥

  • Très fort, merci beaucoup. Ça fait écho (lointainement) à un roman terrifiant que je viens de lire : Les putes voilées n’iront jamais au paradis !. Un livre qui montre (entre autres choses) comment la bigoterie et la frustration n’ont engendré qu’une violence sexuelle inouïe, contre les femmes. Très bon exemple de cette énergie exprimée vicieusement.

    • La sexualité, j’en suis persuadée est l’une des clés de notre bonheur sur terre. Aux niveaux personnel comme sociétal. Merci pour ton Com Louise!

  • Elle rayonne, c’est magnifique à voir.

    J’ai lu et écouter ce matin en prenant mon pti dej (comme d’hab en fait) et j’ai reçu une petite claque. C’est tellement vrai tout ça, tellement vrai…

    On est fait pour faire l’amour oui, mais c’est tellement sale et tabou aussi de parler de sexe.

    Et plus on avance, plus la société et complétement fermée hermétiquement rien qu’au « mot sexe-sexuel-sexualité »…Quand j’entends parfois les parents « touche pas c’est sale » …Ah bon c’est sale???

    Je me souviens très bien de Bouziane, il m’avait touché énormément.
    Je ne sais pas si on parle de sexe que pour parler de jouissance…je crois que s’il on en parler dans ces termes ça poserait moins de problème, on parle surtout de…ben non en fait on n’en parle pas c’est mieux.
    Quant à l’orgasme…combien de femmes (ou hommes hein) connaissent l’orgasme partagé ou l’orgasme unique…combien en parle réellement…Je connais des femmes pour qui c’est tabou, tellement elles en ont peurs. Elles se figent…j’étais hyper étonnée.
    Le sexe c’est tabou en viendra tous à bout 😉

    Quant à faire l’amour avec la nature…eh bien franchement je crois que oui c’est comme ça. Moi je m’extasie carrément devant les couleurs de l’automne, peut être que je suis à la limite de la jouissance coloriale (ok ça ne se dit pas) mais je ne savais pas avant de lire ton post…maintenant j’ai compris que c’est un besoin, c’est une énergie positive…
    Le faisons l’amour pas la guerre c’est pas pour rien qu’on le dit non ????!!!!

    mille bises Mai, tu es vraiment extra. Parfois je relis (surtout ces derniers temps) tes post tellement ils sont puissants…orgasmiques (sisi disons le…ahahahaha)

  • nan mais looooooove ! Je suis tellement d’accord avec elle ! Je commence sérieusement à me dire que je vais faire un séjour en Angleterre avec stage chez Sasha et un séjour chez Spirit Horse, moi.

  • Bonjour Mai. Merci Sasha, merci à toi ! Beaucoup de sujets dans ce post ! L’orgasme, la sexualité, aimer, font du bien, bien sûr.
    Quant aux vieux dossiers, je pense que l’amour, tout comme la sexualité, un psy, se reconnecter avec la nature, se faire du bien, la relation, … participent à cette connexion avec soi-même.
    La sexualité, encore moins l’orgasme, ne me semblent pas la voie royale.
    Penser pouvoir, grâce à la sexualité, grâce à l’autre, à cette énergie, « repousser » les vieux dossiers !!! Les repousser pour les mettre où ?
    Je ne crois pas à la possibilité via l’orgasme de guérir de ses vieux dossiers / anciennes blessures, ou alors il y a qqc que je n’ai pas compris et je désire comprendre, si tel est le cas.
    L’orgasme comme anti stress, comme moyen de se décharger de son stress, bien sûr qu’il permet cela !
    Ne serait-ce pas mieux, plus respectueux de soi-même et de l’autre, de s’engager dans la relation sexuelle d’amour, débarrassé d’une bonne partie de son stress ?
    L’orgasme comme moyen de guérison ! J’ai des doutes. Hum hum ! La masturbation pour se libérer de son stress, pas mal aussi !
    L’humanité libérée de ses vieux dossiers grâce à l’orgasme, cela se saurait, pas vraiment le cas ! Faites l’amour, pas la guerre. Bien sûr !
    Apporter une vibration d’amour autour de nous, ok, à la planète, nettement plus ambitieux !
    Se faire l’amour à soi-même ! Rentrer à l’intérieur de soi-même. OK ! Ne pas y rester.
    L’amour pur et inconditionnel, ça existe vraiment ? La chance d’être là, célébrer la joie : à 200% d’accord.
    La relation saine avec l’autre, avec la sexualité, avec soi-même est un apprentissage qui n’exclut ni les maladresses, ni les échecs.
    « La sexualité peut conjoindre l’égoïsme et l’altruisme, la jouissance et la bienveillance, le désir et la générosité, l’avidité et la gratitude. » Nietzsche cité par ACS.
    Quel magnifique terrain de jeu !
    Nous ne sommes pas que des sexes sur pattes ! Qui voit du sexe partout ? La pub, la pornographie tout cela fait partie de notre monde ! Décider de ce qui est bon pour soi !
    Je me méfie de ceux qui disent apporter une réponse aux demandes de tant de gens.
    Aucun pouvoir ne peut retirer la sexualité à moins de mettre un flic dans la tronche de chacun(e) !
    Me mettre à nu, être présent pour de bon, le désir d’un contact matériel et spirituel essentiel avec qui je suis et avec la perle fleur fascinante que j’aime.
    L’attention à ce qui se présente dans l’abandon, la volupté, les caresses, personne, à part la mort, un accident, où la décision de rompre la relation (masochisme !) ne peut me détourner de ces désirs !
    « It’s about Love ! » L’essentiel ! « Exister est un acte d’amour » Aimer est un acte. Exister n’a pas besoin de nous ! Le suicide un acte désespéré de désamour.
    Pour moi, l’atelier est dans la joie et le jeu de l’intimité. Drôle d’idée, à priori, que celle d’un atelier, mais je ne veux pas avoir d’ornières et de préjugés et suis curieux de ton expérience que tu nous relateras peut-être.
    Envie de re parcourir avec ce post « L’alchimie de l’amour et de la sexualité » de Lee Lozowick. Il aurait lui aussi pu faire partie de tes « Out of the box » 😉 Merci Mai pour tout tes posts qui font réfléchir !

  • Libérer les tensions du corps guérit et cela n’a rien à voir avec la magie. Travailler à partir de l’angle opposé, fonctionne également. C’est à dire, s’occuper de ses blessures/peurs etc… libère naturellement l’énergie sexuelle (même si ne suis pas fan du mot, je lui préfère l’énergie de vie), un peu comme les vases communiquant. Du coup plusieurs chemins possibles pour chacun 🙂

  • La sexualité est une des clés, je suis d’accord. Que la sexualité fasse du bien, ok, mais que l’orgasme soigne les vieux dossiers, je suis sceptique.Je ne veux pas avoir d’ornières ni de préjugés et suis curieux de ton expérience que tu nous relateras peut-être ! Merci Mai, pour tout tes posts qui font réfléchir.

  • Je ne sais pas mai…. Oui Ok l’amour, le vrai, le physique, le vital pour soi, pour se soigner, pour s’ouvrir, pour partager. Ok OK.
    mais ensuite je vais sur le site de Sasha Cobra et elle parle de retrouver pour les hommes leur rôle de guide, de protecteur et pour les femmes leur rôle de récepteur… Et là je suis perplexe.
    Bon je vois bien l’énergie tantrique, ce qu’elle offre par cette voie et oui c’est passionnant ce full body orgasm MAIS ce qu’elle propose sur les relations homme/femme me semble également assez stéréotypé.
    Bon j’attends ton post sur le stage… et elle vient à LA, chez moi, en janvier, alors on verra 🙂

  • Ton texte m a trop donné envie de voir la vidéo …qui malheureusement n est pas soutirée ..je me débrouille très mal en anglais..du coup tes nouvelles vidéo ne me sont pas accessible ….dommage !!!

  • coucou Maï, hier j’ai laissé un com (pas pris), j’ai laissé un autre com (pas pris non plus) j’essaie à nouveau 😉
    oui parce que j’ai adoré ce post, j’ai adoré Sasha, elle rayonne.
    C’est tellement important dans notre société de parler de l’énergie sexuelle…parce qu’on vient de là effectivement (pas que évidement mais quand même quoi…si nos parents n’avaient pas fait l’amour…on est d’accord)
    Maintenant parler de sexe, de sexualité c’est tellement encore tabou voire sale. On l’attend parfois de parents à de jeunes enfants (touche pas c’est sale) ou on est tellement gêné de parler à nos ados ou pré ado (va demander à ton père, à ta mère…)

    Je me souviens très bien de cette vidéo de Bouziane, elle m’avait touchée (Bravo à lui).

    C’est incroyable de ne pas savoir donner ou de ne pas vouloir donner « cette éducation »…parler aimer s’ouvrir pour que justement tout ceci ne soit pas plus violence, vu comme sale, tabou et j’en passe.

    Et puis oui l’orgasme ce mot aussi fait peur pour certain (sauf pour le make up…ahaha), quand on en parle autour de soi c’est un peu comme un grand ? sisi, On ne se lâche pas donc l’orgasme …connait pas quant à l’orgasme avec la nature c’est carrément extra terrestre

    En tous les cas Mai encore merci mille fois pour tous ces post qui me réjouissent de plus en plus…et aujourd’hui oui encore plus…va falloir s’aimer mille fois plus
    bisous

  • J’aurais bien besoin qu’elle réponde à une question : comment se reconnecter à cette énergie quand elle disparaît (alors que toutes les conditions sont réunies ou presque) et qu’on aimerait qu’elle revienne mais sans obligation? Et aurait-elle une explication générale de cette disparition parfois chez l’être humain? Je me pose la question ici (desolee) mais j’ai l’impression que je peux enfin trouver une réponse.ça façon de voir les choses me parle. Mon anglais est scolaire du coup je profite de l’occasion. Merci.

    • Oui ça commence… Seul.e ! La respiration et le fait meme de désirer va te mener naturellement vers un renouveau. Après si c’est en couple, elle expliquait assez bien que s’il s’agit d’une énergie, alors ca n’est pas par des explications ou pire de l’anxiété, des remontrances que ça va revenir. Cette énergie est toujours la. C’est juste qu’elle sommeille. Je le permets de repondre à la place de Sacha parce que la question avait été abordée pendant le stage… ENJOY!

  • Salut Mai ! je trouve ça vraiment très intéressant, et si tu décides de nous expliquer un peu ce stage, ça m’intéresserait beaucoup aussi.
    Belle soirée à toi !

  • j’ai essayé de mettre un commentaire plusieurs fois…mais ça n’a pas pris.

    J’ai adoré cette vidéo et cette vision de la vie, basée sur l’amour, le sexe…la vie tout simplement. J’ai aimé son analyse. ca avait l’air d’être tellement simple de parler de sexualité, sexe et orgasme, c’est vrai que « ces mots » sont parfois tabou, interdit voire sale même…et ce depuis la petite enfance « touche pas c’est sale, c’est pas bien de faire ça »…Arrivé à l’adolescence on ne sait même pas parler à nos jeunes (tabou…) de sexe, d’amour. Adulte, on ne sait pas souvent ce qu’est l’orgasme. On parle de sexe sur la performance et le faire-semblant (pornographie sûrement oblige).
    Les mots, les phrases sont toujours enrobés. J’aime cette idée d’énergie, car elle explique beaucoup beaucoup de choses que se soit comme tu le dis plus haut dans le couple, ou peut être même en solo.
    Encore une fois c’est la peur qui prédomine, la peur de l’ignorance sûrement.
    Merci beaucoup pour ce post…j’ai hâte de lire la suite.
    mille bises Maï

  • Bonsoir Mai
    Mon expérience est que c’est plutôt le fait d’être en relation avec une écoute bienveillante qui guérit.
    C’est la relation qui a blessé et c’est parce que l’on vit un autre type de relation que qqc se restaure parce que il y a eu mesure des blessures par qq’1 d’extérieur.
    Se placer de telle sorte qu’il puisse y avoir un témoin de combien cela a pu être douloureux.
    Faire ce travail seul, comme j’ai pensé pouvoir le faire, ou le faire par procuration n’a pas été pour moi la solution.
    Assez sceptique sur l’orgasme comme moyen de guérison.
    Je suis curieux de la suite ! Merci Mai pour tes posts qui invitent à réfléchir.

  • Je lis ça ce matin, après le réveil d’hier et le Trump Day. Nous fallait-il cela pour réaliser que oui nous avons encore du travail ? Que certains sont si démunis qu’ils votent pour un mec de cette petitesse ? Apparemment oui. Alors Sasha a mille fois raison, soyons orgamisques et orgasmes. Enfin cette énergie sexuelle doit circuler partout sans y voir le mal. Couper l’énergie revient à couper l’eau. Après cette vidéo, j’ai envie de faire l’amour avec mon mec, avec la rue avec ce que je fais au moment présent. Enfin faire l’amour à ta vie pour qu’elle soit la plus douce possible. Je m’égare peut-être un peu ;-). Belle journée Mai !

  • « tout moteur vital, interne, essentiel, qui ne peut pas s’exprimer vertueusement, va s’exprimer vicieusement. »
    Je pense que la réalité est plus complexe que cela. Le texte que j’ai retranscrit aide à mieux comprendre, pour moi en tout cas ! Il y a comme le dit ACS, une forme de violence (vicieux) dans la sexualité et ce n’est pas parce que celle-ci ne peut pas s’exprimer « vertueusement’ ( du fait de la violence inhérente dans la sexualité ) qu’elle s’exprime « vicieusement ». Je pense que la sexualité masculine peut s’exprimer aussi avec une énergie violente (« vicieusement ») . Mais comme le dit ACS, il ne faut pas exagérer cette part de violence et nos esprits ont heureusement nos refus. (cf la retranscription dans mon com précédant) Tout va exactement comme il va ! il ne s’agit pas de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ni qu’il y a pas de mal, mais que le réel est par-delà le bien et le mal. De l’amour plutôt que du jugement.
    « Par réalité et par perfection, j’entends la même chose. » Spinoza (précurseur de Nietzsche)
    « Le couple de valeurs Bien/Mal est remplacé par le couple bon/mauvais.
    Est bon (joyeux) ce qui augmente la puissance d’agir de l’individu, est mauvais (triste) ce qui le diminue. » Coline Ferrarato dans le hors série dont tu parles sur Spinoza.
    « le sexe n’a pas de morale, mais c’est pourquoi il nous oblige à en avoir une. » ACS

  • « A mêler leurs souffles et leurs sucs, l’homme et la femme se livrent l’un à l’autre – corps et âme – au-delà de tout ce qu’ils peuvent imaginer. Si l’autre me montre sans cesse mes limites, trouve aussitôt les sutures dans l’armure, m’arrache à ma superbe, à mes retranchements, c’est qu’il me connaît , au sens biblique du terme. Il a tout naturellement accès à l’être qui me fonde. Il évolue dans ma forteresse intérieure, s’oriente sans hésitation dans des perspectives à la Piranèse. A travers les volées de marches et les dédales, c’est tout droit à la blessure qu’il va, à la blessure ou au placard de Barbe-bleue. A tout ce qu’au prix même de ma vie je suis prêt à défendre – aussi longtemps du moins que je tente d’ignorer les lois de l’âme. Car seule la confrontation avec mes blessures, seule l’effraction des placards – dans une souffrance qui somme toute n’est pas pire que celle que j’endure à enfouir et à nier ! – sont en mesure de me délivrer. » Christiane Singer Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies.

  • Garde tes distances sans faiblir. Il n’est que l’Eros qui puisse les abolir – pour les faire renaître tout aussitôt.
    Garde tes distances non par froideur
    Garde les par ferveur.
    Et cela en sachant -ô paradoxe- que l’aimé(e) n’est qu’une autre part de toi-même.
    L’autre est la frontière que la Vie a dressée devant toi, afin que tu ne sois pas perverti par ta toute puissance.
    Ce que Dieu dit à l’océan dans le livre de job en lui montrant les plages et les falaises : jusqu’ici iront tes flots, pas plus loin ! Il le dit à l’époux en lui montrant l’épouse, à l’épouse en lui montrant l’époux.
    En plaçant la femme devant l’homme et l’homme devant la femme, il leur assigne à tous deux leurs limites.
    Tu iras jusqu’ici et pas plus loin.
    Ici commence le royaume de l’altérité dans lequel on ne pénètre pas. Tes vagues viendront battre aux falaises et se rouler sur les plages et de ce jeu furieux et tendre vous vivrez, de ce murmure, de ce fracas, de ce mugissement qui ne cessent pas. Mais ne rêve pas de révoquer la dualité. La fusion du Deux en Un est œuvre divine. Il n’est que l’Eros qui nous y fasse furtivement goûter. Et la mort.
    Christiane Singer Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies.

  • Hello Mai ! tes vidéos « out of the box » sont toujours des petits bijoux. Cela fait 3 fois que je regarde celle-ci. Ce que Sacha y décrit est exactement sur ce quoi je travaille en ce moment, et que je cherche à atteindre : générer plus d’amour et développer ma connexion aux gens.
    Mais je n’avais pas du tout vu ça sous son angle, elle va beaucoup plus loin en liant tout cela à l’énergie sexuelle et la sensualité ! Cela ouvre tellement de perspectives et de nouvelles pistes pour la réflexion, j’adore <3
    Je suis vraiment curieuse sur la mise en pratique, et j'ai hâte que tu nous racontes ton expérience de son workshop!

  • L’impression que Sasha, peut-être avec la meilleure volonté du monde, souhaite à inviter la part sainte de nous qui est sans limites et qui aspire à dire oui à tout l’amour du monde, alors que nous sommes limités.

  • Bonjour Mai, ce sujet me tient à cœur, et je pense ne pas être le seul, vu l’importance que la sexualité et l’amour tiennent dans nos vies !
    Dans le livre de poche d »André Comte Sponville (ACS dans mon com précédant) ‘L’amour la solitude » un entretien est retranscrit entre lui-même et Judith Brouste dans lequel il est question de sexualité et d’amour. Je trouve cet échange très éclairant. En voici donc des extraits.
    ACS « Ce n’est pas la valeur de l’objet aimé qui justifie l’amour, c’est l’amour qui donne à l’objet aimé sa valeur. Le désir est premier : l’amour est premier ou plutôt c’est le réel qui est premier, mais il ne vaut que par et pour l’amour. Donc, bien sûr, l’amour se nourrit du désir, l’amour EST désir, force de vie en nous, ou la vie comme force. C’est puissance de jouir, et jouir en puissance.(…) Il y a 2 formes du désir : je peux désirer ce qui me manque et c’est une souffrance; mais aussi désirer ce qui ne manque pas, et c’est un amour.(…) on peut désirer cette femme (/homme) qui est là, c à d l’aimer, se réjouir de son existence (Spinoza : « l’amour est une joie qu’accompagne l’idée de sa cause »), ou bien ne désirer que le plaisir qu’on en attend ou qu’on y prend, ce qui est aimer encore mais n’aimer que le plaisir ou que soi … (…) Le plus souvent, ces 2 amours sont mêlés. (…) De là une tension, en tout amour réel, qui peut en faire la difficulté, mais aussi le charme et la force ».
    JB « tu n’as rien dit de l’innocence… »
    ACS  » C’est que je ne sais pas ce que c’est ! Si l’on entend par innocence je ne sais quelle pureté angélique, nous sommes tous coupables, toujours, et c’est ce que la sexualité nous rappelle. Q’il y ait de l’enfant en nous, c’est entendu, mais cet enfant n’est innocent, s’il l’est, que par l’ignorance, pas par pureté ! (…) J’aime aussi, dans la sexualité, ce qu’elle nous apprend sur nous-mêmes : toute la violence du désir, tout l’obscène de l’amour … Qu’avons nous vécu de plus fort ? Les films porno sont plus vrais que nos bluettes sentimentales. (…) Il y a aussi dans l’amour physique, cette fascination de l’abîme, cette attirance pour le plus sombre, le plus trouble… Heureusement qu’il y a le plaisir, la paix qui le suit, la santé qui l’accompagne ! »
    JB « Il y a qqc de terrible dans l’amour physique. Qqc qui m’empêche de faire l’amour avec mon « meilleur ami ». Car s’il y a trop de bienveillance, il n’y a hélas plus beaucoup de sexe. Il y a un moment où ce n’est plus l’amour de soi, ou l’amour de l’autre : qqc se passe de plus grave que dans l’amour. Dans le sexe on risque son identité, celle de l’autre. On risque de ne plus savoir qui on est, de perdre ses petits repères. L’amour renforce l’existence. Le sexe peut la mettre en péril. Que fais-tu de cette violence ? »
    ACS « Je vis avec, j’aime avec comme tout le monde… Et puis je contrôle, malgré tout.
    (…) De là ce halo d’effroi qui nous fascine. Un peu de vie à l’état pur : bouleversante, effrayante.
    Toujours collée à la mort. Toujours collée à soi. C’est l’ange de Rilke (« le beau n’est que le commencement du terrible… »), et c’est le seul. Pendant un temps, on nous a dit que le sexe c’était le diable, et puis voilà qu’on a voulu en faire le bon Dieu… Un ridicule chasse l’autre, mais le ridicule demeure. En vérité le sexe n’a pas de morale, mais c’est pourquoi il nous oblige à en avoir une. (…)
    Le sexe est violence, péril, perte des repères… C’est pourquoi il fait peur, et non à cause de je ne sais quelle morale répressive qu’on nous aurait inculquée. (…) Qu’il faille déculpabiliser la sexualité, ou qu’on ait eu raison de le faire, c’est une évidence. Mais faut-il pour autant n’y voir qu’un loisir agréable ? Ce serait passer d’un mensonge à un autre. (…) N’exagérons pas pourtant cette part d’abîme ou de folie : le corps a ses limites aussi, qu’on rencontre tôt ou tard, le corps a sa sagesse – et l’esprit, ses refus ! (…) je me méfie de cette tendance, en beaucoup, à surévaluer la sexualité, à en faire je ne sais quelle extase, quelle porte ouverte sur l’absolu, comme si l’univers était à portée d’orgasme, comme s’ils voyaient Dieu au bout de leur sexe ! C’est beaucoup d’orgueil. (…) Il ne faut pas exagérer la vie, et la tentation n’est jamais aussi grande d’exagérer qu’en matière de sexualité. (…) J’ai toujours été frappé par la formule d’Adorno, dans Minima moralisa : « Tu n’es aimé que lorsque tu peux montrer ta faiblesse, sans que l’autre s’en serve pour affirmer sa force. »
    Le véritable amour est douceur (…) et c’est ce que la mère sait bien, ce que l’enfant sait bien, et par quoi l’humanité s’invente, de génération en génération en surmontant la bête malgré tout qui la dévore. (…) même le mâle est capable de l’apprendre. (…) « Nous devons nous tenir au difficile. Tout ce qui vit s’y tient… Il est bon d’être seul parce que la solitude est difficile. Il est bon aussi d’aimer car l’amour est difficile… » Rilke.(…) Un ami m’a demandé récemment quel type de femme j’aimais… Je lui ai répondu : « Celles qui ne sont font pas d’illusions sur les hommes, et qui les aiment pourtant. » Ces femmes existent, tu en fais partie, et c’est le plus beau cadeau que vous puissiez nous faire : un peu d’amour vrai… C’est ce que j’aime dans la nudité, dans la sexualité, dans la rencontre risquée des corps : cette vérité parfois qui s’y joue, qui s’y dévoile, qui s’y abandonne… » cela suppose, presque toujours, qu’on prenne le temps de se connaître, de s’apprivoiser, de s’aimer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *