Mon Plan Anti-Stress

Niveau Expert

Tâm veut dire le coeur. voici donc un Coeur envoyé dans les airs!

Hey Ho… Ho Ho!

Comment allez-vous lecteurs adorés? j’ai l’impression de ne pas être venue ici depuis wow… 3 semaines?!… mais nan? siiii! wow on se souhaite un « welcome back » alors! welcome back!

Alors 3 semaines, j’ai vu pas mal de posts passer sur leur bilan de l’année 2016 et ça m’a naturellement fait réfléchir au mien. Et alors, que je faisais mon mini crash de mi-décembre, j’ai vu devant moi se créer un panorama bien plus large que simplement « 2016, cette année de merde ». Car finalement lors de cette année passée, j’ai rencontré un homme extra-ordinaire, vécu des expériences incroyables qui ont changé ma manière de voir, de raisonner, de créer et d’aimer. j’ai continué à construire des relations d’amour avec mes enfants, mes familles, mes amis, et bien sûr, vous. Des relations qui sont loin d’être simples mais qui semblent prendre un chemin d’authenticité (toute une problématique pour une ex-première de la classe comme moi pour qui aimer ou être aimée rimait avec « bien faire » les choses, et non « être vraie »)(oui c’est tout un autre post à venir). Il me semble n’avoir jamais autant été entourée par autant d’amour, et par autant de personnes que je trouve tout simplement exceptionnelles. Cette année passée m’a bouleversée et pas uniquement dans le mauvais sens. Tout au contraire, profondément et durablement dans le bon.

Cette année m’a confrontée aussi à mes limites. Et la plus grande d’entre elles est ma gestion du stress. un mini burn out en été, plus un mini crash pour l’hiver… ca va pas. Du tout! Du coup, j’ai mis en place depuis 1 mois, un plan anti-stress très simple et si cela peut aider certains d’entre vous, alors, GO!

Pour préambule, j’avais appris lors de mon stage MBRS (oui toujours applicable aujourd’hui!) à faire la différence entre le stresseur (extérieur) et le stress (produit et, parfois, ressenti par chacun). Ainsi un bruit incessant de voiture va créer du stress chez l’un et pas chez l’autre. Ce qui amène à la conclusion que nous avons chacun des « boutons » différents activateurs de stress. mais que surtout, chacun a une manière différente de gérer l’information stressante, transformant, OU NON, le stresseur en stree. Ainsi il importe à chacun de comprendre si le stresseur « bruit incessant de voiture » est actif sur lui et si oui, de le gérer afin de ne plus développer du stress. Vous me suivez? donc à vous de faire le taffe.

Me concernant, j’ai détecté 3 grands stresseurs :

  1. je vis plein de vies

eh oui, j’ai plusieurs boulots, plusieurs (plein!) de clients, un blog que j’ai énormément nourri depuis… toujours, mais surtout depuis Septembre, avec de plus en plus de réactions et de commentaires de votre part (MERCI!!!!!!), mon premier long métrage en préparation. j’ai aussi plusieurs enfants, un ex- mari, des ami.es, une garde partagée à Paris, un homme à Londres… c’est… weuhou! Je ne m’en plains pas et ai une propension à l’hyper-activité, ça n’est pas ce qui me stresse le plus, mais là, j’atteins mes limites. il m’a fallu le reconnaitre et ré-évaluer chacune de ces facettes pour les remettre à leur juste place, avec cette contrainte que tout est vital! (putain merde, on est pas sorti).

Cela explique pourquoi j’ai mis autant de temps à ré-ouvrir le blog. il me fallait réfléchir. et cela ne veut pas dire que je me désinvestis de lui. au contraire, je veux continuer de manière « durable » sinon je vais exploser (encore) en plein vol.

 

2. je suis addict

J’avais du mal à me l’avouer et en lisant pas mal d’articles, notamment celui de Géraldine, et aussi celui qu’elle a relayé sur comment littéralement, on « fabrique » de l’addiction dans la Silicon Valley (ça m’a écoeurée), je me suis rendue à l’évidence : je suis totalement addict à mon smartphone… MAJOR LOL tellement le déni était d’un niveau +++. le lol passé, c’est en fait pas très joli. parce qu’en plus de créer ce brouhaha incessant, comme toute addiction, celle-ci peut abîmer les relations aux miens. notamment à mes enfants. J’ai donc regardé en détail tout ce qui développait ces addictions et ça été facile : il n’y en avait que 2 : facebook et instagram. J’ai donc enlevé FB de mon tel et réduit considérablement le nombre de mes abonnements sur IG (il y a donc beaucoup moins de nouveautés à voir à chaque fois). pour fb, j’ai trouvé ça dur les 2 premières semaines, car j’adore FB. je n’ai jamais lu autant d’articles passionnants, developpé autant de réflexions (politiques notamment), découverts d’artistes ou de vidéos sublimes, ou tout simplement échangé. Mais trop d’intérêt tue l’intérêt. C’était trop! Donc fb, uniquement sur mon ordi, ça suffit amplement. cela explique pourquoi j’ai décidé de ne plus faire de *mai Partage etc* de manière aussi suivie : ça me fatigue et participe à ce brouha stressant.

Ne plus être connectée sans cesse à l’actu, me dégage un temps (de cerveau disponible) incroyable. D’une certaine manière, je suis moins « au courant » mais infiniment plus « aware ». Jean Claude style!

 

3. je voudrais que tout aille bien

Bon bah évidemment, avec l’année qu’on a eu, ça m’a « un peu » stressée.

D’un point de vue plus personnel, on parlait d’authenticité plus haut, cette année m’a amenée à gérer beaucoup plus de conflits. Parce qu’être plus authentique, ou en tout cas tenter d’être plus vraie, m’a amenée à exprimer des choses que je n’osais pas exprimer avant (pour ne pas blesser/ parce que ça se fait pas / parce que au fond ça fait tellement peur etc… ).

On y reviendra aussi mais… que c’est complexe! plus riche et plus profond aussi. Donc là aussi, j’apprends, c’est en cours. j’apprends notamment qu’une relation sans conflit ne veut pas dire une bonne relation.

Que c’est plus riche et plus profond aussi. Donc là aussi, j’apprends, c’est en cours. j’apprends notamment qu’une relation sans conflit ne veut pas dire une bonne relation. Donc le conflit me coûte moins, il me stresse toujours mais moins et moins longtemps.

Du coup, prendre la vie, les êtres, les sentiments, comme ça vient, et pas comme on voudrait que ça soit (ie. « bien », ce qui ne veut rien dire) MAIS tout en écoutant ses sentiments MAIS sans se laisser déborder par ses émotions négatives, c’est pour moi un long chemin (avec cette grosse côte au démarrage que représente le fait de m’exprimer). mais c’est le chemin que j’ai décidé de prendre.

J’ai aussi repris danse et médiation, toujours avec HeadSpace. Je me suis rendue compte que je n’avais pas médité depuis Septembre! (ah bah oui évidemment!) ainsi je suis passée de 20 a 10 minutes. cela est devenu indolore dans mes journées remplies, ce qui me permet d’en faire quotidiennement, parfois 2 fois (ce qui est bien mieux que 20 minutes toutes les 2 semaines!). ça fait un bien fou! ça fait 1 mois, et je vais donc sans doute continuer!

Voilà, voilà, pour ceux et celles qui me suivent depuis longtemps, vous savez que je fête davantage le nouvel an viet (le 28 janvier cette année), mais pour tout ceux pour qui cela compte, je vous souhaite avec ce post mes meilleurs voeux pour cette année 2017. je vous souhaite de la lumière, de l’amour. et donc peut être moins de stress ;p

ca peut paraitre banal, mais ça ne l’est pas. Car toute cette énergie retrouvée, c’est de la vie et de la lumière et de l’amour à insuffler pour tout ce qui se profile, et surtout pour vous même. cqfd non? j’espère que ce post peut vous aider!

mille mille bises!

Il y a 8 mois / Bouche 53 commentaire(s)

53 commentaire(s)

  • Bonne année Mai! Ahaha au moins en Chine comme Facebook est censuré et qu’il faut passer par un VPN pour y accéder, je ne rencontre pas ce problème. En revanche pour ce qui est des messageries instantanées.. aïe!
    Je t’envie la façon dont tu arrives à poser les mots sur les choses, ta situations, tes ressentis…: Comment tu fais? J’aimerais aussi pouvoir savoir quand ça va ou quand ça va pas, sortir de ce conditionnement mental qui fait que je n’arrive pas parfois à être honnête avec moi-même. Comme si « je » était quelqu’un d’autre, tu vois? Comme si je m’autorise à penser que ce que je peux admettre en publique. Ahhhh c’est compliqué à expliquer, je ne sais pas si tu peux comprendre.
    Bref, tous pleins de bonheurs, d’amour, d’expériences, de rencontre et de partage pour cette nouvelle année!

    • belle année vicky! beh… tu t’exprimes très bien au contraire! on a tous un petit truc existentiel..; qui suis je? c’est l’objet d’une vie entière de le savoir. c’est LA quête donc éprouver des difficultés sur ce chemin, c’est juste… LA norme. et au fond tu entends cette petite voix qui te dis « tu sais bien que c’est pas ça ». il faut juste un peu de volonté pour l’écouter.
      belle route à toi!

  • Bonjour Mai, je ne suis pas d’un naturel stressée (en même temps je ne fais rien pour me stresser!!!) mais le 3ème point que tu abordes me parle, de plus en plus je dis les choses qui vont et celles qui ne vont pas (selon moi) j’essaye toujours de le dire avec bienveillance même si parfois ce n’est pas facile. Avant je n’osais rien dire parce que ça ne se faisait pas. Dernièrement je suis allée aux urgences, deux fois, j’ai estimé que la première fois le médecin qui m’avait reçu n’a pas pris en compte mes besoins et mes attentes, la seconde fois j’ai refusé de l’avoir pour médecin! Ce genre de choses était impensable pour moi avant!! Je n’osais pas car je croyais que j’allais vexer les gens mais c’est moi qui en faisait les frais au final. Aujourd’hui j’ose car je pense qu’il est important que je m’occupe de moi et de mes émotions sans froisser les autres mais s’ils le prennent mal alors on en discute mais je ne peux plus m’occuper des émotions et du ressenti de tous mes interlocuteurs c’est trop lourd à force!!
    Merci pour tes posts qui sont, je trouve, d’une grande justesse.
    Gwenahelle

    • merci gwenahelle! merci! oui c’est incroyablement difficile. on a souvent pas été éduqués dans ce sens. et c’est tellement bien de pouvoir le faire. c’est plus lourd à gérer, et en même temps, c’est d’autant moins à gérer pour ensuite. tout rentrer est à terme… mauvais pour la santé! et oui, cela suppose que l’on se « sépare » des autres, mais c’est une séparation qui n’en est pas une. il faut juste cesser de fusionner avec les autres, en ne prenant que leur intérêt en compte. cette fusion empêche l’altérité et ne rend service finalement à personne! bonne continuation!

  • Merci, Mai!
    Que ça me parle!
    Je me sens dispersée par moment avec l’énergie que je ne mets pas là où je voudrais. Resulat, je suis fatiguée et frustrée (voire même fâchée contre moi-même).
    Je suis arrivée à la même conclusion que toi pour l’addiction aux réseaux sociaux mais n’ai pas encore sauté le pas.
    J’en ai marre de me perdre dans toutes ces distractions. J’ai envie de retrouver mon chemin, mon fil. Ça vient mais en effet, ça demande certaines dispositions (argh ce smartphone. Va falloir virer ces applications ; ).
    Ça me frappe dans ces moments de transition comme un trajet en bus où je rêve moins. Le smartphone m’offre certes de très belles photos sur Instagram… Mais je rêve le rêve des autres. Pas le mien.
    Belle année à toi et merci pour cette belle réflexion.
    Bise

    • oh oui alors ça c’est important ce que tu dis! vivre le rêve des autres plutôt que le sien. c’est bien dit! et c’est stop en 2017 non?! allez brooklyn, c’est quoi TON rêve?
      xxx

  • Bonjour Mai, je commente peu mais ce matin je voulais juste prendre le temps de t’écrire un grand Merci pour toutes ces pistes de réflexion que tu partages, ces prises de conscience et ces cadeaux bienveillants. Continue c’est très chouette ce que tu proposes! Belle journée

  • Quand stress rime avec sagesse. Pluie de tendresse pour nos Multiples Aspects Intérieurs ( nos MAI 😉 conflits éventuels avec nous-m’aiment ou m’aiment pas ) et extérieurs ( conflits éventuels avec les autres ).
    C’est très juste ! : mieux vaut des relations frictionnelles que des relations fictionnelles. Cela n’empêche pas l’amour, bien au contraire ! Welcome back sur ton / nos long(s) chemin(s). « Putain merde on est pas sorti », c’est ça qui est bien, AUSSI ! Nous des sages parfaits ? Qu’est-ce qu’on s’emmerderait ! En même temps ce n’est pas demain la veille, dieu merci !
    Pluie, soleil et arcs-en ciel de tendresses pour toi en 2017.
    Petite question : tu fais quoi de la Maiaddict à laquelle je dis MERCI ? 🙂 Mille mille bises.

    • hahahahaha! merci Edouard! tous mes voeux pour toi aussi!
      alors la maiaddiction, je vais me pencher sur le sujet pour vous empêcher de tomber dedans… j’ai qq pistes! hahahahahahah

  • Lu les liens que tu nous invite à lire. Oui ! Vigilance envers ces armes de destructions passives et la servitude plus ou moins volontaire de nos petits cerveaux disponibles. Allez, au boulot !

  • Merci Mai pour tes posts toujours sincères, je crois que c’est ça qui me touche le plus chez toi ! Tu as bien raison de prendre soin de toi, c’est vital, la dispersion n’est pas simple à gérer quand on est rempli d’envies…mais ton chemin encore une fois m’apporte plein de pistes de réflexions, et ça c’est fantastique ! Merci et belle année à toi, je te souhaite de la douceur !

  • et le commentaire de vicky me parle beaucoup aussi, je trouve ça très clair ce qu’elle dit, certainement parce que je ressens souvent la même chose…!

  • ôôô^Mai que ce post me parle…
    addiction, être bien avec tout le monde…
    Pour ma part, cette année internet ne sera que pour m’inspirer la création (comme si je créée quelque chose…tu parles). Pinterest, et insta sont mes favoris.
    Vivre par procuration en voyant toutes ces belles photos, ces belles vies ça engendre tellement de frustration. Lili avait fait un super post sur la vraie vie…ça m’avait tellement touché et sa dernière vidéo avec Fred est carrément hilarante mais tellement parlante http://www.ma-recreation.com/mood/article/une-journee-avec-moi-et-cut-by-fred

    Etre bien avec tout le monde est un vrai problème pour moi. Ca m’a valu pas mal de mal être. A force de vouloir protéger les autres, je ne sais pas me protéger… tellement pas, que parfois lorsque je me réveille ça fait mal.
    Ca m’a valu des ruptures violentes amicales et ça me vaut encore des noueux à l’estomac parce que je ne sais pas dire « non » à la famille. Du coup je reste à me ronger et à proscratiner (envoyer mes vœux pour cette nouvelle année)…
    Parfois j’ai l’impression d’être encore la petite fille et ça m’énerve. Mais ça c’est pareil, il va falloir travailler travailler et encore travailler sur moi là dessus…pinez y a du boulot 😉

    En tous les cas je suis tellement contente de te revoir ici ma belle Maï. Je te souhaite une belle année toute pleine de couleur, de chaleur et d’harmonie …Yalah 😉

    • merci Jocy! la difficulté est la même pour tout le monde, quelque soit le nombre de like qu’on s’attirent sur les réseaux sociaux. et toute l’énergie qu’on a, on doit l’accorder à soi et aux siens. ce chemin est complexe et en même temps merveilleux. parce que la qualité d’une relation « vraie » ou chacun sait pourquoi il est « véritablement » là est la seule relation qui importe dans la vie. la seule même pour laquelle tout cela a du sens. je t’embrasse sur ce chemin. mille bises et à très vite

    • je repense a ton com et a ce qui t’a touchée dans le post de lili : elle le dit très bien, ig, comme pinterest, ça n’est pas la vraie vie. donc quand tu dis vivre par procuration en fait, c’est insidieux car derrière ces images, il n’y a pas « la vie ». ce sont de belles images. pas la vie. c’est hyper important de faire la part des choses. on a tous nos difficultés, nos manquements. le nombre de likes n’y fait rien. seule importe la vie elle même. mille bises

    • « Je préfère tes lèvres à mes livres » … Prévert
      Livres d’images, livres de mots, vraie vie, vie rêvée, « vie digitale » comme dit Lili.
      Ivre de toutes ces vies, ivre de la vraie vie, ivre de la vie digitale, de la vie rêvée, rêver sa vie, faire que la réalité et le rêve deviennent frère et sœur .

      ….  » Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
      Brûle encore, même trop, même mal
      Pour atteindre à s’en écarteler
      Pour atteindre l’inaccessible étoile ». Brel

      « Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question.
      Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
      Mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise, mais enivrez-vous.
      Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé , dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront : « Il est l’heure de s’enivrer ! ».
      Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous ; Enivrez-vous sans cesse ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »
      Charles Baudelaire
      Les poètes ont très souvent raison.

  • Mai … je te souhaite une belle et magnifique année !!! Un maximum de bonheur qu’il soit mini, petit, moyen, grand … énormissime. Il est là encore faut-il réussir à l’apercevoir tous les jours !
    Ton post a réveillé en moi tel un ghanta (être une fille parfaite, addict FB …). Conclusion, on se rend bien compte qu’être bien dans sa tête, dans son corps est un travail de longue haleine mais pour y arriver, il y a des choix qui s’imposent pour diverses raisons. Et, dans ce cas, il faut essayer (facile à dire) de les assumer et de les accueillir avec sourire. Je reste convaincue que pour être bien avec les autres, il faut d’abord être heureux avec soi-même. Disons que c’est de l’égoïsme bienveillant ! C’est une tâche de longue haleine mais chaque jour, il y a des petits signes qui témoignent de l’avancée (non ? ).
    C’est toujours un plaisir de te lire !!!

    • Merci Gaia! Oui on entend souvent ca, être égoïste de manière bienveillante. Ce sont des notions que je trouve de plus en plus complexes, ou l’on peut se perdre, MAIS ca vaut le coup d’aller explorer ca. Car oui on ne peut rien donner si l’on ne s’aime pas! Plein de bises!

  • Bonjour Damepoule
    Je trouve la réponse de Mai très juste.
    Quelles qu’en soient les raisons et les histoires de chacun(e) nous avons tous plus ou moins d’élans de contribution.
    Etre « rempli d’envies » comme dit Isabelle. Ne pas pouvoir mettre par moment l’énergie là où je voudrais dit Brooklyn. Oser prendre en compte ses besoins et ses attentes dit Michalot. Pouvoir mettre des mots sur ses ressentis comme le souhaiterait vicky. (beaucoup d’idem pour moi !)
    Se laisser bouffer, ne pas pouvoir poser un « non » qui n’en donnerait que plus de valeur à un « oui » … ! Vigilance aussi par rapport au ni oui ni non, à la tiédeur, à la conscience de nos moyens limités à dire oui, mais aussi à la force et au pouvoir de notre oui, et à la sensation, l’écoute, de notre propre joie !
    Faire la différence entre dire non à une demande et non à une personne ou « à la famille ».
    Qq pistes qui m’ont bien aidé, parce que cela me parle, et qui vous seront peut-être utiles dans votre « travail » et que avez peut-être déjà vues ( je me permets cela, sans aucun jugement et parce que vous aviez apprécié certaines vidéos de cette personne ( il y en a tellement ! ) ) :
    https://www.youtube.com/watch?v=UffnbNzy-Ho
    https://www.youtube.com/watch?v=SSDaDPpveCY&feature=youtu.be&t=578
    https://www.youtube.com/watch?v=66pE0qLQ6yM
    https://www.youtube.com/watch?v=SSDaDPpveCY
    https://www.youtube.com/watch?v=nUivlpmOs_s
    Très belle année Damepoule !
    Je me suis promis de prendre moins d’espace dans ton blog chère Mai, parce que j’ai besoin de dire oui et faire face à un engagement. J’avais envie de partager cela qui me parait essentiel à l’épanouissement de l’authenticité de chacun(e), sans désir de vouloir donner la leçon (je déteste cela) ou d’étaler quoi que ce soit ou tirer la couverture vers moi. Juste partager ! Mai, je te remercie pour cette possibilité que tu nous offres.

      • Oh là là, l’émotion ! Merci Mai pour le cadeau que tu viens de me faire avec tes mots si bienveillants ! 😉 Je vais continuer de te suivre ainsi que les lectrices et les lecteurs avec le désir de revenir très vite dès que mon cœur sera plus léger d’avoir semé les petites graines nécessaires au chemin par lequel je souhaite passer.

      • Mille merci Mai, pour ton talent, ton temps, ton ouverture de cœur et d’esprit, pour ta bienveillance et ta générosité, et pour les êtres et les paysages infinis que tu nous invites à découvrir, via cet espace de libre expression et de partage. Tu fais partie des êtres qui embellissent la vie.

    • ôôô merci Edouard…j’ai regardé, j’ai écouté, j’ai aimé…mais surtout j’ai noté 😉
      Uen très belle année 2017, remplie d’amour, d’harmonie et de partage…(ici aussi avec Mai et nous autres …ahahaha)
      des bises

  • Comme ça me parle ce que tu dis Mai! Tu crois que c’est une coincidence qu’on réagisse tous de la même façon à tes mots ici ;-)?
    Merci à toi Mai et à toutes tes lectrices, tes lecteurs – tu/vous me faites réfléchir, avancer (ou au moins pauser) un instant, dans cette vie que je n’arrive pas à rattraper. Cette vie vaut bien la peine qu’on l’apprécie, non? ralentir, de façon bienveillante et aimante bien sûr, et petit à petit se délaisser de ce qui nous embourbe, ce qui nous alourdit, ce qui nous stresse … tout un programme, à croquer, pour 2017!

  • Chère Mai. Je te lis et je me demande « est-ce que c’est ça le passage de la quarantaine »?
    Ce que tu écris résonne avec mon expérience.
    Oh boy, oh boy quelles belles découvertes nous faisons…

  • De tout coeur avec toi, j’ai moi aussi fait un grand menage dans ma « vie digitale »… mon année sear focalisée sur les actions avec intentions et pleine conscience: ai-je besoin d’etre sur mon telephone? ai-je vraiment besoin de grignoter? Ai-je besoin d’acheter (le post de Geraldine sur sa consommation de la mode m’a bien inspiré)? Prendre conscience des choix que l’on fait et se recentrer sur l’essentiel. Bon c’est sur que ca ne sera pas facile, mais pour l’instant je suis motivée! Je te souhaite une très heureuse année, du repos, de l’amour et de la santé, merci pour tout ce que tu partages!

  • Coucou Mai, contente de t’avoir un peu aidée. Je te souhaite de trouver un rythme qui sera le tien pour 2017. Les réseaux sociaux, c’est insidieux, en parler pour prendre de la distance me paraît essentiel, on n’a pas de modèle à suivre, on est la première génération à être confrontée à ça. Je t’embrasse fort !

  • « Insidieux » noté hier par toi, Mai, dans ton com suivant celui de Damepoule et aujourd’hui par Géraldine. Les réseaux sociaux insidieux, de nouveaux dieux au cœur de nos doudous numériques, c’est ainsi ! En parler et prendre effectivement de la distance vis à vis de ces dieux chronophages dotés d’ yeux algorithmiques. Merci à vous dieux, euh … à vous deux ! 😉

  • En 2015 l’atelier 20 ans… !!
    En 2016 Mem… J’aime tellement.
    2017 … a encore à offrir son bijou 🙂
    Des pensées Mai… Tu m’accompagnes souvent.
    <3 <3 <3

  • oui comme tout, je crois et suis certaine qu’il est important de parler des réseaux sociaux. Pour ma part en tant qu’adulte je pense savoir prendre du recul, regarder simplement ce qu’il y a de beau ou noter des livres qui m’intéressent, m’inspirer d’une photo pour plus tard…mais je vois bien que pour les plus jeunes c’est diffférent…j’en parle pas mal avec mon fils, qui n’était à la base pas du tout addict de tout ces réseaux (et pour cause nos télèphones étaient trop trop vieux pour pouvoir se connecter…ahahaha). Il en ressort que l’addiction arrive très, trop vite et que pour les filles on a encore un oeil très différent par rapport aux hommes sur ces réseaux 😉
    mille bises

  • tu sais quoi Mai…j’étais en train de regarder les 8 ans de Léo (un peu la chiale quand même hein) et je me dis « waow trop beau d’avoir cette âme d’enfant…regarde comment tu joues à tout sans te prendre la tête avec ces réseaux sociaux… »…ahahaha (c’est un joke évidement hein…quoique tiens je ferais bien une bataille de polochon là maintenant tout de suite…;-) bises

  • Coucou Mai, heureuse de te lire à nouveau, car moi-même, j’ai aussi un peu décroché d’internet! Par volonté, pour m’isoler un peu comme toi, trop de brouaha, et aussi par manque de temps, j’ai donc décidé de garder mon peu de temps disponible pour mes proches et pour moi. Et de ralentir un peu ce temps et cette énergie qui me file entre les doigts… Je ne fais pas vraiment les voeux, car pour moi, il est évident que je souhaite à tous d’avoir surtout la santé, et de l’amour, et de se sentir bien, alors bien sûr, j’espère que tous tes travaux en cours vont te permettre de te sentir mieux, et vivre mieux pour toi, et donc aussi pour tes proches…et moins proches! et cette année, je vais essayer de fêter le nouvel an Viet, mon mari étant de là-bas, et comme ça nos enfants verront aussi cette partie de leur culture! Biz

  • Bonne année Mai ! Cette année, en 2017, love will rule the world, j’en suis sûre ! Faut que je relise ton post sur le célibat ..! Et ravie d’avoir fait avancer ta réflexion en 2016, un peu.
    Je suis responsable communication sur un site industriel, et je suis morte de stress dès que je dois organiser un événement et que je suis « visible » (un drame pour une chargée de comm!) tout ça parce que je ne supporte pas le regard des gens sur moi et que je manque de confiance en moi. Ca aussi c’est l’ancienne première de la classe qui ressort, j’en suis sûre .. bref j’ai encore du chemin à faire ! merci de m’aider !

    • Merci Hélène et belle année. Oui tu peux relire le post sur le célibat! MAIS j’en est un qui arrive bientôt pour toi et ton manque de confiance (on en manque tous un peu hein…). Bises

      • Impeccable ça !! Oui on en manque en peu tous .. Surprise d’entendre une collègue adorable et qui réussit bien me confier la semaine dernière qu’elle n’avait pas osé utiliser la photocopieuse toute sa première année professionnelle parce qu’elle tombait en rade tout le temps. On a tous nos hantises !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *