Fatima

Présidente

HEY YO !

 

Je suis très émue de vous présenter Fatima, pour ce nouvel OUT OF THE BOX. Je l’ai rencontrée sur un tournage pour Kerastase en novembre dernier, et elle m’a franchement bouleversée. émotionnellement, mais intellectuellement aussi. Je la regardais évoluer, marcher dans cette coopérative qu’elle avait rêvée et construite, accompagnée de son mari, parlant et riant avec « ses » femmes. Wahou !

 

 

1- Fatima m’a montré comme j’avais tord

Je me suis rappelée l’affaire du voile il y a 20 ans. Comme j’étais contre. Comme j’étais con peut être aussi. Désolée d’enfoncer des portes qui me paraissent ouvertes aujourd’hui et ça n’est pas la première fois que je filme et mets en avant une femme portant le voile, mais je voulais vous re-dire qu’on peut être voilée et bien plus féministe qu’une femme en body, soit disant libérée.

Parfois on est sincère, mais on se fait des idées qui sont fausses. Parce qu’il nous manque parfois la conscience des choses. La discussion, la rencontre qui nous montre de nouveaux horizons. J’aime bien avoir tord, ça fait avancer.

 

2- de la différence entre Succès et Réussite

C’était beau aussi, cette rencontre, parce que je filmais des bloggeuses incroyables, hyper « cotées », hyper belles, hyper successful. Mais à ce moment là, quelque chose d’autre parlait. Quelque chose de l’ordre de la réussite. La réussite de cette femme, voilée donc, et de toutes ces femmes si modestes, si heureuses. C’est pas pour minimiser l’importance des premières, au contraire, on peut avoir les 2, et Yoshiko, Marie-Laure, Jamie et Samantha ont d’ailleurs certainement été choisies justement parce qu’elles réussissent autant à être successful qu’à imposer leur propres valeurs, leurs quêtes personnelles. c’était beau, on était toutes ensemble tellement émues. Donc voilà, ça m’a fait réfléchir sur cette dualité succès/réussite. L’un peut aller avec l’autre mais vu comme ça, la réussite me paraît être une ambition bien plus grande. Car elle se fait sur des normes qui seraient miennes et non extérieures à moi. Le succès vient d’une validation extérieure, souvent quantifiable (mensurations, diplôme, argents, nombre de likes, de followers, etc); la réussite couronne un désir de réaliser ses propres rêves.

 

3- La valeur du travail réside dans la valeur donnée aux humains qui le réalisent

Je voyais ces femmes trier des noix, puis les casser à la main. Arf, pas franchement le rêve d‘une femme occidentale. Et en même temps, je les voyais rire ensemble, heureuse et remplie de gratitude pour Fatima. Et ça m’a fait réfléchir sur notre relation au travail que l’on réduit souvent à l’intérêt des tâches à accomplir (je me rappelle en Ecole de Commerce, cette obsession du « job INTERESSANT »). Il n’en est rien, la valeur d’un travail devrait avant tout être une opportunité pour valoriser l’humain.

 

4- Le féminisme n’est pas qu’une affaire de femmes

Ces derniers temps (et ça va pas s’arrêter là), nous parlons beaucoup de féminisme et de droits de la femme. Je suis à 100% pour. Mais j’aimerais que l’on considère aussi cette idée que le féminisme est un projet de SOCIETE (mêlant femmes, hommes et enfants)(on parle de la loi sur la fessées bientôt ?!) plus global que l’égalité entre hommes et femmes. Et ça m’a touché que le père et le mari de Fatima la soutiennent et se battent pour elle et ses, leurs idées. Le féminisme ne pourra avancer que si les, nos, mecs ne sont sensibilisés à « notre », « cette » lutte.

 

5- Il faut accepter la réalité d’une violence pour la combattre

Quand Fatima nous racontait les difficultés qu’elle avait rencontrées au début de son projet, je me suis dit « mais quelle femme! » Sans doute manquons nous parfois de force pour mener nos combats parce qu’une partie de celles ci vont dans l’acception de l’inacceptable « comment c’est possible? » « c’est vraiment dégueulasse » « hein quoi, il/elle n’a pas le droit » etc… toute notre énergie passe dans notre dégoût, notre colère (légitimes), il ne reste alors rien pour continuer la lutte. et l’on baisse les bras. Fatima semblait nous dire « oui c’était difficile, mais les gens étaient ignorants, ça faisait partie de ma tâche de les convaincre, quelque soit leurs réactions ». Quelle claque.

Travaillons dur pour accéder à nos rêves!

Au déjeuner, je regarde (encore) Fatima et lui dis :

«    – quel est le rôle de ton mari ici ?

– il est le gérant (dans son accent inimitable)

– et toi alors ?

– hé ! moi, je suis la Présidente ! »

 

SU-BLIME !

 

 

 

Merci infiniment à Fatima pour nous montrer ce chemin. Merci aussi à Kérastase qui m’a donné confiance sur ce projet très long et très ambitieux (allez voir ma vidéo pour eux). Et sans faire trop de promo, j’aimerais vous dire quand même que l’huile bio d’argan fabriquée par la coopérative de Fatima est l’un des ingrédients principaux de leur nouvelle ligne de soin naturel, Aura Botanica, et que les produits sont absolument dingue (je ne me sépare plus du duo shampoing/soin). et que nous avons un poids et une responsabilité en tant que consommateurs (c’est le désir des consommateurs qui guident les marketeurs… allez, allez!)

 

J’espère que ce nouvel OUT OF THE BOX vous plait, vous fait réfléchir, tanguer. J’attends vos réactions avec grande impatience. Et si vous aimez, et bien n’hésitez pas à partager, discutez-en avec vos familles, vos ami.es, vos enfants, vos hommes etc…

 

Mille mille bises !

Il y a 6 mois / Bouche 53 commentaire(s)

53 commentaire(s)

  • Merci Maï, mille fois pour cette vidéo. Ce matin je pleurais, parce que j’ai beaucoup grossi, je me suis regardée dans la glace et je ne me suis pas trouvée belle. Et j’ai regardé ta vidéo, le beau sourire de Fatima sous son voile, et toutes ces femmes, jeunes et vieilles, grosses ou non, danser chanter et rire, et je me suis rappelée de chérir mon corps, car l’important ce n’est pas ce à quoi notre corps ressemble, mais ce qu’il nous permet de faire. Danser, chanter, rire, aimer, aider, construire.

    • Bonjour Leïli! Contente que Cette video ait cette action sur toi. Il de notre devoir à tous en grandissant de reconnaître et « vivre » notre véritable valeur. Et quelque soit ce que tu as pu croire auparavant, c’est magnifique que tu te sois connectée à l’essence de ton corps. Crois moi, je vois pour moi même comme pour mon entourage, les personnages au corps « parfait » (A quel niveau au juste?!) ne sont pas les plus heureuses. Il n’y a pas de corrélation. Belle route à toi!

  • Coucou mai. C’est bien dommage que l’on ne puisse plus cliquer sur le petit cœur qui dit que l’on a aimé ton article, car toi, ce post, et Fatima, vous en méritez tellement… Merci pour tout Mai

  • Merci Mai pour ce post…toutes ces petites graines que tu plantes au fur et à mesure dans ton blog, ça nous crée un joli chemin…j’aime bien prendre des petits bouts par ci par là, et les laisser germer 🙂 ta phrase « J’aime bien avoir tord, ça fait avancer »…ah mais oui c’est vrai ça ! alors je vais essayer de la garder en tête et d’y repenser la prochaine fois que j’aurais tort moi aussi…
    Ce que tu dis aussi sur le féminisme est très vrai, je suis en train de lire un livre d’Arnaud Desjardins qui dit aussi ceci à ce sujet, ça m’a interpellé : « Le monde moderne a privilégié de façon désastreuse les valeurs masculines sur les valeurs féminines, la raison sur la sensibilité, la tête dans tous les domaines, l’action sur la contemplation. Le féminisme ne marque pas le retour au respect des valeurs féminines mais la possibilité pour les femmes d’être encore plus masculines que les hommes eux-mêmes, ce qui a pour conséquence que tout le monde renie les valeurs féminines qui sont pourtant précieuses pour les hommes comme pour les femmes ».
    Après on peut discuter de ce qu’est une « valeur » féminine ou masculine, mais quand même je trouve ça assez vrai…

    • Oui on parle bientôt de la misogynie féminine… ahlala nous n’en sommes qu’au début de ce désir d’égalité. On avance en marchant. Je crois en tout cas beaucoup en l’action et au partage d’idées. BONNE continuation!

  • Choukran Mai et Fatima, choukran à son homme et à toutes ces femmes, pour cette joie partagée ! 😉
    « La Présidente » peut être fière du travail accompli ! Au delà du titre de Présidente, qui n’a de valeur en soi que l’importance qu’on lui donne, j’y vois avant tout la force, le courage, le cœur et la détermination d’un être humain, d’une femme. Quant au titre de gérant ( qui n’a pas le droit à une majuscule 😉 ), ce titre n’a, de même, de l’importance que l’importance qu’on lui donne. Bref les titres m’ont toujours paru définir des identifications dont il ne faut pas être dupe, et j’y vois plutôt de l’humour de la part de Fatima dans sa remarque, tant l’esprit de se prendre au sérieux me paraît éloigné de sa pensée.
    C’est plutôt dans les grandes entreprises, où la hiérarchie marque l’importance de chacun et chacune, que ronflent les titres et la déshumanisation !
    « Ses femmes » appellent plutôt Fatima, par son prénom, il me semble. Ai-je tort ? 😉
    La remarque d’Isabelle et les propos qu’elle rapporte et que je trouve aussi assez vrais, m’a donné envie de retranscrire les propos d’Armelle Six au sujet de la féminité et de la masculinité :
    « on a longtemps été confronté à un masculin de pouvoir, à un masculin démesuré, abusif. J’ai vu comment, à une période de ma vie, j’étais une femme qui fonctionnait à la façon d’un homme. Tout était en force, dans le contrôle, dur, autoritaire, au lieu d’être d’avantage dans la réception, l’accueil, la douceur. Et ce masculin-là n’était pas correct, c’était une forteresse de protections. Aujourd’hui j’ai l’impression que beaucoup de femmes entrent malheureusement dans un masculin de pouvoir, en réaction à un féminin qui a été tellement soumis, voire abusé. En même temps, beaucoup d’hommes semblent aussi avoir peur de leur propre masculin parce qu’il y a une prise de conscience de ce côté abusif du masculin. Si le féminin a été longtemps en souffrance, il me semble que le masculin souffre également. Et sans ce masculin, on ne sait plus comment entrer dans l’action juste. » Robert Emery « Le bonheur quoi qu’il arrive Propos fulgurants d’Armelle Six ».
    Les valeurs, aussi bien féminines que masculines, sont essentielles pour les hommes et pour les femmes. Question d’équilibre !
    J’aime et j’admire qu’une femme puisse être à la fois féministe et féminine.
    Fatima me paraît être profondément dans l’action juste !
    Quant à la réussite, ne jamais oublié que l’on arrive nu et que l’on repart nu.
    Encore Merci Mai, pour tes posts qui nous font chaud au cœur et nous invitent à la réflexion.

    • Oui tellement d’accord avec ce manque paradoxal à la fois de féminin et de masculin. Il faut continuer à débattre, A chercher Et à agir! Encore merci Pour tes com!

      • Mon expérience est que l’on peut accepter / accueillir – ce qui ne signifie pas résignation – la tristesse. Si la tristesse est là, elle n’est pas là, pour être combattue, pour que l’on prenne les armes contre elle. Ce serait faire violence par dessus la tristesse, d’une certaine façon, et déplacer la tristesse considérée comme un problème. La tristesse nous invite simplement parfois à aller au bout d’elle-même, pas dans la résolution d’un pourquoi cette tristesse, mais avec tendresse pour nous-même et pour cette tristesse, tout en sachant que JE ne suis pas cette tristesse. Elle a peut-être qqc à nous apprendre. Ce n’est pas du dolorisme !
        Le combat ( s’entendre sur ce que tu veux dire par combat ) n’est pas, à mon avis, la solution.
        ( La semaine EST la semaine ! rien d’autre. Voir ce qui provoque la tristesse, quels sont les évènements qui viennent appuyer sur la tristesse, sans en faire tout un plat.)
        Un rayon de soleil suivi de l’arc-en-ciel après la pluie !
        J’aime ces citations parce qu’elles sont douces et sages :
        « Pour moi donc j’aime la vie. Il faut étendre la joie, mais retrancher autant que l’on peut la tristesse » Montaigne
        « Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au-dessus de vos têtes,
        mais vous pouvez les empêcher de faire leur nid dans vos cheveux »
        « Car partout où l’homme prend soin des choses, un peu de Dieu s’y tient caché » C Singer « éloge du mariage de l’engagement et autres folies »
        De manière générale, le combat, la guerre à quoi/qui que ce soit, pour s’en débarrasser, n’amène rien de bon et fait même des dégâts. Ne pas rester seul(e) dans la tristesse. Les ami(e)s sont là aussi dans ces moments là. Xx

        • oui, oui, et en même temps pas tout le temps. on n’y revient bientôt. je suis très novice dans l’accueil des émotions « négatives » et j’y prends beaucoup de « plaisir ». elles m’enseignent énormément de choses sur moi comme sur le monde. donc je suis tout a fait d’accord avec toi, mais parfois, en cas de choc par exemple, il n’est pas bon « d’accueillir » parce qu’on ne peut pas l’accueillir justement. on n’en reparle vite! bisous! x

          • Pendant le choc, pas d’autre choix, parfois, que d’accepter / accueillir même si cela peut paraître insupportable, même si tout de nous dit non. INSUPPORTABLE d’entendre l’autre dire, nous vendre :  » accepte, accueille !  » « tu devrais … » Mais a-t-on toujours le choix de faire autre chose, dans un premier temps que d’accepter ses limites, de rester avec sa peine, lorsque le désespoir nous fracasse ? Impermanence du choc, heureusement ! Bon … ! histoires d’accueillir, de  » rester là  » puis poser une action 🙂 :
            https://www.youtube.com/watch?v=gORzP1M1mvk

  • J’ai mis beaucoup de temps à me manifester ici pour ce post…
    Et pour cause…elle me touche elle m émeut…
    Je me souviens il y a quelques années j ai eu une sacré discudiscussion avec mon fils sur le voile. On était sur Paris a se balader. Moi contre et lui ne comprenant pas. Moi prônant le « mais merde quoi, leur mère se sont battus pour la liberté… » et lui « mais je comprends pas pourquoi un voile empêcherait la liberté si c est choisi… »…waow.
    Et puis j ai vu DOra…j ai commencé à réfléchir à ses propos et puis surtout j ai vu une vidéo où des enfants en primaires dans Les pays nordiques ne comprenaient pas pourquoi on interdisait le voile en France alors que la bas ca ne posait aucun problème…ok ici il a la laïcité…faudrait en reparler aussi…
    Et là j’avoue que j’ai pris une claque…a partir de là j ai commencé à me poser la question  » c est quoi la liberté la vraie… » qui je suis pour dire : t es pas libre parce que tu portes le voile  »
    Quand je regarde ta vidéo quand je regarde Fatima et son mari quand je l entends parler du soutien de son père de la fierté qu’ elle a d avoir construit…putin mais quelle FEMME LIBRE. Quelle Liberté elle nous souffle là…
    Bravo Fatima. J AIME TA FORCE..tes valeurs humaines et dieu seul sait qu’ ici en France on aurait bien besoin de leçons…
    Ok je me lâche un peu là…mais j avoue que je suis tellement sidérée de voir ce qui se passe ce qui se dit…ca me fiche le bourdon et plus encore…heureusement que des femmes comme Fatima nous montrent que oui tout est encore possible qu’ il faut croire en nos rêves et que oui parfois on est cons mais grace à Elles on change 😉
    Merci Mai

    • Merci Jocy pour ton partage! J’étais comme toi. Et nous avons besoin de voir l’autre côté pour le comprendre. Comme toujours La question n’est pas l’opinion mais l’action. À Londres Aussi, il y a bcp de femmes voilées, dans la fonction publique aussi. Ca fait réfléchir à l’intolérance « A la française ». Nous sommes tellement arrogants parfois. Faut juste… le savoir! Je suis heureuse que Cette video fasse bouger les lignes derriere l’écran! MILLE bises jocy Et A bientôt!

    • Au delà de la question du voile, se pose les questions de la foi, de la religion, et de la liberté. A chacun son chemin ! Il n’est pas juste de critiquer ou d’interpréter négativement les pratiques spirituelles des autres ! Je me sens proche d’une spiritualité laïque et j’ai du mal à comprendre, bien que je respecte, que l’on puisse encore croire à un dieu quel qu’il soit.
      Les valeurs essentielles peuvent s’exprimer dans le cadre des religions ou en dehors de celles-ci. Tant de dégâts au nom des religions ! J’ai été élevé dans la religion catholique du côté de mon père, et la question du choix d’assister à la messe ou de prier ne s’était pas posée pour moi.
      Elle ne s’était pas plus posée à mon père ! Cela allait de soi ! Les enfants d’aujourd’hui ont-ils le choix ? Pas plus aujourd’hui qu’hier, à mon avis. Quand bien même la liberté de pratiquer telle ou telle religion est revendiquée, j’ai des doutes concernant cette liberté. La culture, les traditions et le milieu dans lesquels nous grandissons exercent une grande influence sur les pratiques et les croyances de chacun et plus particulièrement sur celles de jeunes personnes.
      Aguigui Mouna disait au sujet des catholiques, qu’ils feraient mieux de s’aimer plutôt que de prier. Comme tu le dis, Mai : de l’action ! Des preuves d’amour, plutôt que des prières et des opinions même si celles-ci sont respectables !

      • la question pour moi n’est pas la religion, qu’elle soit celle d’un dieu, de plusieurs dieux ou de l’argent. la question est en chaque humain, de savoir sonder son âme, plutôt que de faire ou de croire ce qu’on lui aurait de dit de faire ou de croire. non?

        • Oui ! Ecouter avec attention nos aspirations, en fonction de ce que l’on découvre, à la fois en soi et autour de soi, dans le calme, libre de nos agitations mentales, puis agir au diapason de nos aspirations.

    • Pour en revenir à ce que vous disiez, Damepoule, la liberté de l’autre ne se réduit effectivement pas à notre propre jugement sur sa tenue vestimentaire. Pour en revenir à la liberté, quand bien même elle s’exprime par le choix de porter telle ou telle tenue vestimentaire, elle est qqc de bien plus profond que cela et penser que l’autre est libre de porter ou de ne pas porter la tenue vestimentaire de son choix est signe de bienveillance envers sa liberté bien sûr. C’est la moindre des choses ! Mais dans le fond au delà du choix vestimentaire qui n’est là qu’à la surface de nous-mêmes, qui est mieux placé que moi-même (« je » est un autre) ( et encore ? les illusions par rapport à soi-même peuvent être bien réelles ) pour savoir si je me sens profondément libre ou pas, par rapport à telle ou telle position / situation dans laquelle je me trouve ?
      La remarque de Leili par rapport à cette prise de poids est un exemple, parmi d’autres, qui montre les limites de notre liberté conditionnée par des normes extérieures introjectées. Quand Mai parle de vraies valeurs, elle rejoint, à mon sens, ce qu’a écrit Saint Exupéry quand il dit que l’essentiel est invisible pour les yeux. Le regard de soi-même sur soi ( « je ne me suis pas trouvée belle » ) et l’importance que l’on accorde au regard conditionné de l’autre sur soi
      ( t’es pas libre parce que tu portes le voile ) font partie d’une chaîne de conditionnements.
      Se méfier de nos jugements à l’emporte-pièce et de nos réactions par rapport au jugement des autres.
      Qu’en pensez-vous Damepoule ? Qu’en pense votre fils ?
      Cette vidéo m’émeut aussi. Je ressens la joie de Fatima, celle d’un être qui se sent en accord avec ses aspirations, libre d’être dans une action juste et bienveillante pour elle-même et pour les autres.

  • Oh Mai cette vidéo est superbe! Fatima est lumineuse et avec elle vous nous donnez tellement d’énergie et de bonheur et surtout la Foi en l’humain. Et oui je suis sûre que ce sont des gens comme ça qui font l’avenir, des femmes, des petites filles mais aussi des petits garçons car ce que Fatima construit avec cette coopérative c’est ce dont tu parles, le monde ensemble et solidaire femmes-hommes-enfants! merci merci, et oui on entend à la fin ton soupir de bonheur, merci de nous le souffler à l’oreille Magic Mai! mille bises douces!

  • Encore une fois, merci Mai pour ces participations contre l’islamophobie en France. Le commentaire de Dame Poule me touche aussi beaucoup car c’est magnifique de se remettre en question.

    Personnellement, je suis une francaise expatriée au Canada et je savoure chaque jour la liberté de religion et d’être que ce beau pays m’offre. Et oui, car j’ai aussi embrassé la religion musulmane à un certain point de ma vie. Alors qu’en France, soudain ma boulangère ne me disait plus bonjour, que l’on me disait que j’avais un torchon sur la tête ou que l’on me demandait de retourner dans mon pays (lol), ici, au Canada, un chauffeur de bus m’a dit : ‘Welcome to CANADA’, ou mieux encore tout le monde me traite normalement. Parfois, il y a une question ou deux sur mon voile mais cela ouvre toujours sur de belles conversations respectueuses.

    Au fait, je porte aussi le niqab (un voile qui couvre la bouche et le nez).Cela n’empêche pas ma famille et moi-même de faire la fête à l’église près de chez nous qui nous invite régulièrement (la semaine dernière, c’était soirée chili) depuis que j’ai rencontré l’un de ses membres via ma participation à des activités pédagogiques pour mon fils. Ici, je peux étudier, travailler, … bref vivre et apporter ce que j’ai de bon à offrir aux autres. En France, je serais obligée de rester à la maison.

    Note: je n’ai jamais porté le niqab en France.
    Note 2: en France, il est interdit d’étudier ou de travailler avec un simple voile sur la tête. Il y a eu des cas où une jupe jugée trop longue a fermé les portes de l’école. Sans parler de l’affaire du burkini … ou de simplement avoir un voile (voire un fichu) sur la tête à la plage. Voilà, voilà …

  • J’ai tellement aimé cet article et cette vidéo!! Cette femme est par dessus tout un Humain formidable, quelle chance d’avoir croisé sa route…Et quelle chance de connaître ton site pour y découvrir de telles histoires de vie.
    Merci de nous faire partager ces instants de vie et d’universalité. Quand je viens sur ton blog je me rappelle à quel point NOUS sommes tous l’humanité. Et nous pouvons, même pour un micro-moment, être alignés pour faire naître de belles choses.
    Belle journée à toi et désolée pour mon lyrisme!!

  • Aïïe ! J’avais pas lu ton texte, juste regardé la vidéo et là j’avoue ton commentaire sur le voile m’a un peu piqué les yeux !
    Alors, je suis totalement d’accord avec toi sur la stigmatisation en France qui a plus à voir avec une lepénisation des esprits et/ou un imaginaire colonial pas encore digéré que la laicité en soi qui à priori autorise à chacun à exercer sa religion tant que cela ne va pas à l’encontre d’autrui. Et oui on doit laisser les gens s’habiller comme ils l’entendent.
    Mais mais mais, alors je ne vais pas débattre des femmes musulmanes en Occident et de leur choix ou pas.
    Parlons plutôt des cousines du bled puisque ton reportage est sur le Maroc et très honnêtement je suis très sceptique sur le choix de ces femmes à porter ou non le voile en particulier dans les villages/petites villes.
    Perso, mes parents viennent d’une petite ville algérienne. La dernière fois que j’y ai mis les pieds, il y a une dizaine d’années, avec mes soeurs on étaient les seules à ne pas le porter. On se faisait copieusement insulter à chaque coin de rue quand ce n’était pas des regards insultants qu’on nous jettaient. On y était pour une semaine, honnêtement je suis pas sûre que j’aurais tenue beaucoup plus longtemps.
    Ma mère qui n’avait jamais mis le voile de sa vie ni en Algérie, ni en France, pendant la guerre civile dans les années 90 a dû le mettre quand elle voulait y aller voir sa famille. Je me souviens qu’elle était rouge de colère, ça la rendait littéralement dingue. Aujourd’hui, elle le met toujours quand elle va en Algérie, mais ça la dérange plus du tout, elle se choisit même des voiles avec de jolis coloris dans les marchés parisiens. Elle le met pas en France hein, elle le fait pas par choix, elle est obligé de le mettre mais elle l’a internalisé et le fait qu’elle regarde à longueur de journée les chaînes arabes sur le câble y est sûrement pour beaucoup (soft power saoudien en force).
    Bref … je vais arrêter de disserter il y en a d’autres qui l’ont fait bcp mieux que moi comme Mona Eltahawy, ex-journo au NYT, qui a lgtps porté le voile avant de finalement l’utiliser comme une serpillière, qui explique tout ça dans « Foulards et hymens – Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle ». Ou Joumama Haddad dans « Superman est arabe » qui démontre en tant que Libanaise chrétienne que le patriarcat en Méditerannée est totalement multiconfessionnel mais que voir ces cocitoyennes musulmanes voilées des pieds à la tête sous 45° ça lui irrite un peu les pupilles et désolée mais oui ça devrait aussi nous irriter.

    • merci sultana pour ton commentaire très très riche. je pense, comme toi, que plein d’usages dès lors qu’ils obligent à une soumission consciente ou pas, le voile en fait partie, l’épilation du maillot aussi, montrent comme il y a encore du chemin à faire pour une libéralisation « totale » des choses. ce que je dis c’est qu’une femme voilée peut avoir une action féministe (ie. améliorer la vie des femmes et la société entière) bien plus forte qu’une femme « soit-disant » libérée, qui a les cheveux lachés et les seins à l’air sur la plage mais ne fait rien pour améliorer l’égalité des hommes et des femmes sur cette terre. ça n’est pas un débat sur le voile. vois tu mon point? bises et encore merci

  • Oh mais sur ce point je suis entièrement d’accord ! Le voile ne définit absolument pas un individu, ce n’est qu’un symptôme. Et c’est clair que Fatima Ihihi en s’attaquant directement aux sources du mal (patriarcat et mise sous-tutelle des femmes) en proposant un boulot et une dignité aux femmes de son village (ville ?) fait énormément pour l’évolution des mentalités de son pays et bcp plus que moi avec ma rage. Parfaitement d’accord. Mais en comparant le voile à l’épilation du maillot, aux femmes à poil sur la plage, … tu parles uniquement des occidentales et oui en Occ. il y a (encore) un libre-arbitre et où je suis à peu près persuadé que la plupart des femmes voilées le font par choix (conscient ou pas) (ce qui n’était pas le cas il y a dix voire vingt ans) et c’est pourquoi j’avais contourné le sujet parce que oui nous sommes tous auto-endoctrinés d’une manière ou d’une autre sur un sujet ou un autre. Mais je crois pas qu’avec ce genre de discours (voile vs épilation) on aide bcp les femmes musulmanes non-occidentales (qui pour l’immense majorité d’entre elles n’ont absolument pas le choix de porter le voile mais comme je disais ce n’est qu’un symptome il y a un nb incalculable d’interdits/tabous/maltraitance derrière et il me semble bcp + d’interdits/tabous/maltraitance que derrière l’épilation) et qu’on fait plutôt le jeu de leurs oppresseurs. Et je ne sais pas ce qu’ils ont ces Russes avec les idiots mais Lénine parlait d’idiots utiles pour qualifier les gauchistes occ. qui étaient totalement enthousaistes et naïfs sur le régime soviétique et qu’il pouvait manipuler à son aise. Et quand j’entends des féministes dans les médias notamment anglophones j’entends bcp de naïveté (bon en france j’entends surtout de la haine ce qui n’est vraiment pas mieux du tout). Il y a un agenda idéologique derrière cette recrudescence du voile en Occ. et comme pour le terrorisme islamique les premières victimes et les victimes les plus nombreuses ne sont/seront pas occidentales.
    Et ok tu voulais pas forcément débattre du voile mais qd je vois certains commentaires désolée il fallait que ça sorte.
    Bref … cela dit … merci sincèrement Mai pour la beauté que tu apportes au monde … tu me fait souvent pleurer … mais ce sont des larmes délicieuses. Bises

    • moi je trouve que tu devrais nous dire ce tu verrais pour que les femmes occidentales puissent aider dans cette affaire. allez on compte sur tes lumières sultana!

      • Rhalala si seulement mais j’ai zéro réponse moi 🙁 …
        Juste peut-être commencer par s’informer en lisant des livres dont ceux que je mentionnais + haut de Mona Eltahawy et Joumana Haddad ou « Une femme en colère: Lettre d’Alger aux Européens désabusés » de Wassyla Tamzali et (je ne l’ai pas lu mais) “Féministes du monde arabe” de Charlotte Bienaimé, et/ou suivre des cptes Twitter (dont celui de Eltahawy, Haddad tweete surtt en arabe), ou la presse des pays arabes (y en a bcp d’anglophone ou francophone bon ok c un peu biaisé à priori ils ont pas le même discours que les arabophones mais à défaut) qd il y a des événements du type burkini par ex. pour ne serait-ce qu’avoir un pt de vue différent.
        + un docu. sur une romancière féministe égyptienne https://www.youtube.com/watch?v=3gyvPnst7Bg

      • Extrait de l’article : « Ce livre n’est pas un ouvrage religieux ou théologique. C’est un livre laïque, dans la mesure où il ne vise pas à affirmer ou à réaffirmer la foi des uns ou des autres, ni à vanter des différences ostentatoires, mais à construire, à chercher des ressemblances sous-jacentes, intimes, qui garantissent le vrai vivre ensemble. Voilà. Si ce livre est lu, j’aurai fait œuvre de paix à mon échelle, et, en tant que musulmane, tendu la main – la joue, s’il le faut – pour participer à l’édifice universel. »

        • Merci Edouard, je ne connaissais pas cette auteure.
          Je ne sais pas si elle en parle dans son dernier livre du coup mais dans l’article de Libé on lit « il faut s’éloigner de la théologie, de Dieu et de ses prophètes, pour découvrir que Jésus et Marie sont «dignes de louanges» aux yeux des musulmans qui les ont croisés dans leur enfance et les considère comme des personnages familiers. » et juste pour préciser que Jésus n’est pas seulement digne de louange dans l’Islam, il est bien considéré comme un prophète.

          • Oui merci Sultana pour cette précision. J’ai été surpris, pas plus tard qu’hier, de trouver de nombreux livres consacrés à Jésus dans plusieurs librairies spécialisées sur l’islam. J’ai d’ailleurs tendance à penser que Jésus était un être profondément humain et éveillé et que ceux qui ont écrit les paroles qui lui ont été attribuées sont de grands instructeurs spirituels.
            (pour la petite histoire, je cherchais le livre « La vie n’est pas courte mais le temps est compté » de Leili Anvar sur Malek Jân Ne’mati, une femme exceptionnelle.)

          • Mai et Sultana, si vous ne connaissez pas Malek Jân Ne’mati , la manière dont elle a mené sa vie mérite qu’elle soit plus connue.
            Extrait du livre : « Quand je parle de recherche, il ne s’agit pas d’analyser des livres mais de faire des recherches en soi-même. Il faut polir son propre être jusqu’à se connaître soi-même. En réalité, la recherche n’est rien d’autre que la connaissance de soi »
            http://lemotetlachose.blog.lemonde.fr/2013/11/09/entretien-avec-leili-anvar-malek-jan-nemati-linfime-passante-du-siecle/

  • A la 5ème minute :
    Merci Sultana pour ton témoignage.
    Nous sommes très souvent « auto-endoctrinés » … par nos pensées !
    Marshall Rosenberg :
    « La communauté était divisée. Cela créait beaucoup de souffrances. J’avais demandé quels besoins ne sont pas satisfaits. Au lieu d’une réponse j’ai eu « je pense ».
    Avec cette réponse, je savais qu’il y avait déjà un problème ! »
    https://www.youtube.com/watch?v=zkrvpJY0AeE

  • Bonsoir Mai, je reparcours ton blog ce soir, et je trouve le commentaire de Sultana très intéressant…je viens juste de voir aussi un doc sur Canal qui s’appelle Cagole Forever, a priori rien à voir avec le sujet, et pourtant ! j’ai commencé à le regarder en me disant que ça allait être drôle, et puis finalement c’est beaucoup plus riche que ça, ces filles/femmes de tous âges qui revendiquent une féminité « extrême », ça va bien au-delà du fait de se conformer aux soit-disants idéaux masculins, paradoxalement ce surinvestissement des « atouts féminins », qui débordent de partout, ongles, seins, cils, etc…c’est aussi une revendication de « je m’habille comme je veux et je m’en fous de ce qu’on peut dire sur moi, y compris de façon insultante, c’est ma façon d’être moi en tant que femme, et j’en fais une force ». L’utilisation de la couleur à outrance aussi, d’ailleurs ce serait chouette d’avoir ton avis sur la question, en tant que spécialiste de la couleur, si jamais tu as l’occasion de regarder ce doc, dis-nous ce que tu en penses ! bonne soirée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *