Aurélie Silvestre

La Vie!

<3 <3 <3 <3
Nos 14 Novembre.

Il y a 2 mois / Bouche 51 commentaire(s)

51 commentaire(s)

  • Quelle beau choix que d’avoir choisi la vie, quelle belle force, et quelle mère parfaite dans ses imperfections (les mères parfaites me font peur et ne font pas des enfants qui vont bien)

  • « Chacun avance comme il peut » cette phrase est tellement vraie. Que d’émotions, de beauté, de force, de vie. On a envie de la serrer dans ses bras. Merci pour ce témoignage tout en douceur sans voyeurisme.

  • Belle femme belle force…
    Nous sommes tous imparfaits et heureusement…en tant que personne femme homme et…mère. on doit tous apprendre et prendre de ce que l on nous offre au quotidien.
    Mille bises à vous trois.
    Mille bises Mai

  • Je trouve en particulier que ce que dit Aurélie sur le franchissement des premières fois est très juste. Il y a ce morceau de Blonde Redhead, « Futurism vs Passeism part 2 » (sur l’album ‘In an Expression of the Inexpressible’).
    https://www.youtube.com/watch?v=PQEiWxJIFkE
    « Le temps le plus important c’est la première fois, le temps le plus important c’est la deuxième fois, et après ça la troisième fois… Et on recommence… »
    Réapprendre à vivre pas à pas, à vivre autrement avec et sans. Vivre en tout cas.

    Belle journée Mai, belle journée à chacun(e)! C’est toujours un plaisir de venir par ici.

  • C’est la première fois que ça m’arrive sur une de tes vidéos mais j’ai été tellement émue par cette femme que j’ai failli me mettre à pleurer derrière mon écran. Merci à toi pour cette très belle façon de raconter son histoire, et merci à elle de dégager autant de douceur et de force à la fois!

  • Aurélie est juste exceptionnelle. Je pense souvent à elle. J’avais été très émue par son portrait filmé juste après les attentats, j’étais alors enceinte tout comme elle, et n’avait pu m’empêcher de me projeter dans sa situation. Je l’avais trouvé si digne, si belle, si forte. Durant les mois où la vie continuait de pousser en moi je m’interrogeais souvent sur son vécu à elle, d’une grossesse en solitaire. J’avais vu passer quelques temps avant la naissance de mon fils, un post Facebook annonçant la naissance de Thelma, je m’étais alors dit que la joie reprenait ses droits.
    Je suis heureuse d’avoir des nouvelles d’Aurélie aujourd’hui, de voir que son sourire n’est pas feint et que même si l’on sent beaucoup d’émotions aux bords de ses lèvres, sa force n’a pas flanché avec le temps. Merci Mai de nous livrer de si beaux témoignages avec la pudeur et le respect qui te caractérisent et merci Aurélie pour cette force que tu nous transmets sans misérabilisme mais avec beaucoup d’amour.

  • Yeux plein d’eau… J’ai perdu mes parents enfant, pré-ado. Ça reste très présent dans ma vie, même encore aujourd’hui à l’aube de mes 33 ans. Aujourd’hui j’ai une fille, j’attend un 2e. Mon père est mort à 33 ans, je vais avoir son âge cette année. Et tout ce rapport passé / présent, ma vision d’enfant / ma vision de parents résonnent dans ma tête à chaque jour. Une conscience exacerbée du présent, de ce qui est passé, de l’avenir qu’on ne contrôle pas. L’amour et la peine sont toujours intimement liés. J’aime mon copain et ma fille aussi bien dans la conscience de notre vie présente que dans cette conscience de leur potentiel mort. Ça ne fait pas de moi quelqu’un de dépressif. Et justement ce témoignage d’Aurélie Silvestre illustre un peu ce paradoxe, et ça fait beaucoup de bien. Merci

    • merci M pour ton com. à vrai dire je prépare un post sur la mort car l’on sait auj que le bonheur des gens et tres directement lie à la conscience de leur propre mort. encore merci pour ton témoignage. quelle force. profite bien de ta grossesse! tout plein de belles choses!

      • Merci à toi. J’aime vraiment quand Aurélie parle du « mécanisme de résistance à la folie ». J’en parle souvent à mon copain: gérer la mort, c’est naviguer très très proche de la chute immense qu’est la folie. Il suffit d’un rien pour ne pas réussir à redresser la barre. Qu’est ce qui fait qu’on réussit ou non à redresser la barre d’ailleurs? C’est ça aussi la folie: s’en vouloir d’avoir réussi à redresser la barre. Ou alors accepter de se laisser emporter dans cette chute sans plus rien espérer de la vie. Puis finalement se faire déposer délicatement sur un rivage par la courant, se relever et et être presque fière d’avoir réussi à se laisser « mourrir »… Je pense que le salut se trouve dans cette acceptation de ne plus rien attendre et se laisser porter dans notre peine. Mais quand on a un enfant, un deuxième en route comme Aurélie… quand est ce qu’on a l’occasion de se laisser chavirer sans laisser tomber ceux qui souffrent aussi… Jouer au dinosaure, faire quelques chose de vrai,… chavirer « discrétement ».

  • Quelle femme forte, quelle mère courageuse.. une grande pudeur et une sublime douceur.. une leçon pour nous toutes. Bravo Mai!

  • Merci à vous deux pour ce partage, pour cette force et cette humanité. Quand on voit cette vidéo on se dit qu’on a le devoir de vivre.

  • Bonjour,

    Difficile de rajouter quelque chose sinon les banalités d’usage… Cette femme a juste les mots qui tombent juste et décrivent si bien ce sentiment où tout bascule car on comprend que rien ne sera plus comme avant… Ces moments sans eux.. absents sur les photos…
    J’ai perdu mon père quand j’avais 20 ans et comme elle il sera à jamais dans mon coeur, m’accompagnant dans ma vie… Elle décrit si bien ces moments où ils nous font signe, un morceau de musique, un lieu, un souvenir…
    J’ai passé désormais plus de temps sans lui qu’avec lui et je me rapproche de l’âge qu’il avait quand il nous a quitté…quelquefois une urgence de réaliser combien la vie peut tout nous donner et nous reprendre… Voir l’essentiel et le superflu, le positif dans le négatif et arrêter de penser, « juste regarder le plafond »…
    ET se sentir proche de ceux qui ont perdu quelqu’un soudainement, sans avoir pu leur dire une dernière fois qu’on les aimait pour l’éternité… Faire partie de ce groupe, ceux qui traversent comme des fantômes ces zones où la folie est proche, ne pas penser au morbide, oublier la douleur, celle qui crie en silence, qui étreint le coeur à faire mal…
    Je m’arrêterai là car le monde sait tout ça, et que lorsqu’on a choisit la vie après ça on ne peut qu’avancer avec pudeur et grandeur d’âme et aimer…
    Merci à vous deux…

  • Le livre d Aurélie est magnifiquement touchant, force a elle encore pour tracer son chemin de femme et continuer d illuminer la vie de ses enfants maigres leur tragédie .. belle leçon de vie et très beau témoignage

  • Cette jeune femme a vécu le drame de sa vie et son témoignage est émouvant. En même temps ce portrait très doux très respectueux fait du bien. Merci

  • Complètement touchée par la force d’Aurelie, par ses mots, son combat. Une femme forte qui porte en elle l’émotion, la fragilité, la sincérité et l’amour de cette vie qu’il faut vivre.Avancer avec le poids de cette tragédie.Je trouve ce portrait terriblement poignant et débordant d’authenticité merci!

  • Quelle belle leçon. Merci Aurelie tu m’as donné la force d’y croire et de voir les signes. Ta force et ta volonté d’avancer avec et pour tes enfants c’est puissant! Merci de nous donner ça

  • Ce que nous vivons de présent et de vrai n’est rien d’autre que de vivre dans l’éternité et dans la mortalité. Nous sommes des vérités éternelles qui allons mourir.
    La conscience que nous sommes mortel(les)s : une raison d’aimer encore d’avantage.
    Ils ne sont pas morts en vain, si la mort des êtres que nous aimons contribue à éveiller nos consciences sur la rareté, la brièveté et la fragilité de nos vies et sur le sentiment d’urgence qu’il y a de vivre et d’habiter intensément le goût du présent avec le plus de joie possible.
    Merci à Aurélie et à toi Mai, pour cette piqure de rappel.

  • Je regardais la vidéo vendredi matin avant d’aller au travail et ce n’est que quelque minutes plus tard, entrain de me brosser les dents, que je me suis rendue compte depuis la seconde où j’avais commencé à regarder la vidéo jusqu’à cet instant, j’avais juste vécue dans l’instant présent. Sans plus me soucier de savoir quel jour on était et quelle heure et combien de temps il me restait avant de partir. Alors Merci

  • BAM, la claque. Je la regarde là, à mon bureau, pendant la pause déj’. Je n’ai pas vraiment de mot pour qualifier cette vidéo, cette rencontre. D’ailleurs y a t-il besoin de la qualifier ? Elle se vivait au fil des secondes. Aurélie est juste un soleil, « elle tricote », j’aime ce qu’elle dit. Elle tricote sa vie. C’est une leçon de vie cette nana, à elle toute-seule. Son fil « papa est dans mon cœur »… Enfin bref tout est beauté, merci Aurélie pour nous rappeler l’importance du présent et de nous avoir fait pénétrer dans une partie de ton intimité. Mai.. mille mercis ! Putain des fois je voudrais te dire que je t’aime je crois bien ! Tellement tout me parle dans ce que tu publies ici.

  • Bonsoir Mai, je profite de ce post très touchant pour attirer l’attention sur 5 portraits de femmes qui pourraient éventuellement t’intéresser ainsi que celles et ceux qui te suivent. En replay pendant encore 5 jours :
    Vivre l’Islam. Les rayons de lumière.
    5 portraits et regards de femmes sur la condition féminine. 5 femmes qui ont choisi la culture comme expression de vie et comme moyen pour combattre les préjugés, l’ignorance et les injustices :
    Houria Aichi chanteuse
    Zahia Ziouani chef d’orcheste
    Khadija Al-Salami cinéaste et engagée pour l’émancipation des femmes
    l’histoire coloniale de la France vue par Hakima El Djoudi artiste plasticenne
    Maram Al-Masri Poète
    http://pluzz.francetv.fr/videos/islam_,154750544.html

  • Quel bon moment ! Quel beau témoignage de positivisme malgré des circonstances dramatiques. Nous avons des forces intérieures puissantes & insoupçonnées auxquelles nous devons faire appel sans modération! J’admire le courage d’Aurélie , ses paroles sont tellement belles . Merci Mai pour ton travail rempli d’humanité.

  • Coucou Mai, tu devrais faire un film avec toutes les belles rencontres que tu as fait ces dernières années.
    J’aime voir la beauté et les talents dans toutes leurs différences et je trouve que tu le partage tellement bien ! Merci <3

  • Bonsoir Mai, je profite de nouveau de ce post et te remercie de l’opportunité que tu nous donnes pour attirer l’attention sur Faouzia Charfi, femme de culture musulmane, universitaire, professeur de physique et femme politique tunisienne.
    Science, religion, laïcité, peine de mort, Tunisie, politique, égalité homme femme, frères musulmans, Bourguiba, le texte coranique, les hadiths, l’islam politique, le voile, sont les sujets dont elle parle dans l’émission de ce soir sur l’émission 28mn sur Arte, après son itw sur France culture.
    https://www.franceculture.fr/emissions/questions-dislam/faouzia-charfi
    Son livre « Sacrées questions … Pour un islam d’aujourd’hui » vient d’être publié.
    Faouzia Farida Charfi y montre qu’un islam en phase avec la modernité est possible sur le droit, sur le statut des femmes et le voile, sur la relation de la religion à la science et à l’art.

  • Wahou… Quelle magnifique vidéo. tout est beau, la lumière, la musique, les plans choisis, bravo!
    Elle incarne ce que tout un chacun redoute aujourd’hui: ‘une femme ordinaire à qui, il est arrivé quelque chose d’extraordinaire! La chiale… Tout ce qu’elle exprime, le chemin parcouru, l’émotion aux bords des lèvres contenu, digne. La vie plus forte que ces fous. juste la chiale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *