à nous les fantômes

de la Mémoire Familiale

« ah mais c’est complètement du trans-générationnel ton histoire! »

et voilà comment tu te retrouves à la sortie d’une discussion, à lire deux bouquins sur la mémoire familiale. un super clair et un moins, beaucoup moins, mais dont je me souviens de tellement de passages qu’il devait pas être si mauvais!

l’idée de mémoire familiale est née avec les générations d’enfants de rescapés de la shoah. on constatait, que le traumatisme du survivant affectait jusqu’à 4 générations de personnes à qui « il n’était rien arrivé ».

rien… vraiment?

 

les Familles qui ont la Tête à l’Envers, de Robert Neuburger

dans son bouquin Neuburger raconte à travers l’histoires de familles qu’il a accompagnées, comment un traumatisme survit et continue d’affecter la famille, sur plusieurs générations.

ce qu’il y décrit est parfois éprouvant à lire, mais cela m’a paru passionnant et utile.

la première chose est que ce qui survit à un traumatisme n’est pas le fait lui même, mais les sentiments liés à ce fait. notamment la culpabilité. donc ce qu’on se refile ce ne sont pas que des faits, c’est un ensemble de gestes, de pensées, de postures, tout un inconscient qui charpente l’inconscient de familles entières. le fameux pattern qui se répète à l’infini… comme le dit Eric Caravaca dans son sublime docu Carré 35 : un fantôme qui passe de l’inconscient d’un parent à l’inconscient d’un enfant.

ensuite ce que je retiens c’est que le trauma est non seulement la violence du fait, mais aussi, et parfois surtout l’anéantissement du mythe familial : toute famille repose en fait sur un mythe fondateur inconscient, la générosité, le courage, la liberté, etc, si un événement vient ruiner ce mythe, parce qu’on a abandonné un enfant, parce qu’on n’a pas pu sauver ses amis à la guerre, etc, alors la famille même se trouve brisée.

les événements ou comportements à risque, qui rejaillissent de manière « inexpliquée » 2 ou 3 générations plus tard (dépression, anorexie, conflits, tendances suicidaires etc), viennent souvent pointer que la mythologie familiale est toujours en ruine.

il faut donc prendre acte, comprendre quelle était cette mythologie fondatrice et… en trouver une autre!

les exemples donnés sont absolument magnifiques. cette re-mythologisation passe aussi par des rituels (nous en avions parlé). je vous recommande vivement cette lecture.

 

Psychogénéalogie, de Anne Ancelin Schützenberger

alors le bouquin m’a paru bien foutraque… je ne comprenais rien à … je…

bref, j’ai retenu de magnifiques choses qui m’accompagnent encore. et certainement que nous devons beaucoup à Anne Ancelin Schützenberger, puisqu’elle a inventé cette discipline.

la première est cette citation de Emerson qui nous avait tant fait réagir. bon ok on n’a qu’à la remettre!

ensuite, c’est cette idée de proto-pensée. je sortais tout juste d’une lecture de Fred Vargas. Son héros, le commissaire Adamsberg est un intuitif pur. nombre de ses enquêtes avancent au fil de ses proto-pensées. des pensées pas encore formées. c’est là que se loge ton intelligence intuitive, instinctive. c’est elle qui te sauve la vie quand tu dois mettre un coup de volant à droite, parce que tu as « senti » une voiture arriver par la gauche. si tu avais pris le temps de réfléchir, tu serais mort. si je reviens à nos moutons et à cette mémoire familiale, il est possible qu’une partie des informations « antérieures » soient transmises dans ces fractions de savoir. ces bulles, dont on connait l’existence, sans pouvoir totalement les suivre non plus. nous reparlerons de ça car je viens de faire une « constellation familiale » et cette idée d’information « suspendue » nous a été très utile.

enfin, et nous en reparlerons aussi, il y a toute cette histoire de triangle transactionnel. de relation qui cherchent à réparer tout en maintenant chacun des protagonistes la tête sous l’eau. la tête à l’envers!

évidemment, je ne souhaite à personne de vivre ces traumas, ni même d’avoir à lire ce genre de bouquin, mais je me sens très chanceuse de vivre une époque avec tant d’outils, et de générosité pour aider les humains à guérir. c’est formidable, non? à très vite!


edit : en écho à ce post, mon amie Anne me dédie cette photo de Man Ray :

Alice Rahon (French-Mexican poet and artist, 1904-1987) by Man Ray, 1933

Et de l’accompagner de cette citation : « Nous libérer de tout ce qui nous a conditionné, c’est le sens même de notre existence.’ – Alice Rahon surnommée L’Abeille Noire par Paul Eduard

<3

Il y a 2 semaines / Bouche 14 commentaire(s)

14 commentaire(s)

  • j’ai envie de commenter…en même temps.c.est.trop.fort et surtout tout se mélange …il y a tellement de choses à dire.
    ce qui est.certain c est qu’ enfin on prend conscience de.ce trauma.generationel…On sait maintenant et c est hyper important. je pense par exemple à tous les exilés…il y a et aura ce trauma et en prendre compte dans la relation à l autre c est important.
    Je pense aussi pour se construire tout simplement. Se comprendre pour avancer…
    Je suis en train de lire Le bonheur d être soi de Moussa Nabati. Elle en parle des trauma…et on ne s imagine vraiment pas à quel point il n’y a pas que ce triangle papa maman enfant…je suis comme toi Je suis heureuse de voir tous ces outils et plus on en parle et plus les gens iront chercher…❤❤
    Hâte de lire Ton post sur la constellation familiale. je me demande ce que c.est surtout ahahaha
    mille bises Mai et merci

    • que d’exploration à entreprendre. c’est parfois difficile mais nous avons une chance incroyable d’y avoir droit! quand je pense à ces 2 auteurs, leur générosité me touche incroyablement. c’est un grand cadeau qu’ils font à leurs patients et l’humanité. <3

  • Depuis un moment, et particulièrement dernièrement, chacun de tes posts me touche très précisément dans un endroit qui me travaille. Ce qui rend les commentaires difficiles car, forcément, ça touche à l’intime. Du coup, ce blog, cet espace devient pour moi parfois une nourriture pour mes propres réflexions, parfois un aiguillon qui gratte là où je refuse de gratter.
    Dans tous les cas, c’est vastement enrichissant.

    • sabrina, merci pour ton com qui me touche profondément. loin de moi l’idee de donner des leçons ou de gratter mais je suis heureuse qd ces posts, en plus de m’aider à formaliser mes réflexion aident certain.es d’entre vous à réagir « en eux.elles mêmes ». pas besoin de commenter ou de partager des choses sinon ne veut pas partager. juste observer un ressentiment. c’est bien.
      je t’embrasse et te souhaite une magnifique exploration. ❤️

  • Je suis très contente de ce post, car il répond en partie à certaines questions qui me viennent à la lecture de tes posts.
    Je m’explique : je lis avec beaucoup d’attention et d’intérêt les posts des deux dernières années sur tes découvertes, tes expériences assez intenses, ton cheminement personnel, … et ça m’accompagne moi-même dans mes propres questionnements et dans une période plus large de remise en question. Et une des questions qui me revient souvent : comment fait-on pour se trouver et accueillir de nouvelles valeurs qui ne sont alors plus en harmonie (voir remettent carrément en question) les valeurs de notre éducation et famille ? Comment grandir tout en gérant ce que cela change à nos rapport à notre famille (à commencer par les parents) ? Bon, le poste n’est pas tout à fait à ce sujet, mais il me donne certaines pistes 🙂
    « Nous libérer de tout ce qui nous a conditionné, c’est le sens même de notre existence. ». Ca me parle complètement, et à la fois je trouve difficile de grandir car cela remet en question des valeurs qu’on nous a inculquées, et donc un peu les personnes qui les ont inculquées. Désolée si mon propos n’est pas très clair. Sur ce, bises, et merci pour tous tes partages 🙂

    • madia! merci pour ton com. le prochain post t’éclairera certainement davantage mais tu as tellement raison : comment rester loyal envers nos anciens, tout en opérant sa propre révolution qui nous detache d’eux, voire mémé nous met en opposition?
      c’est un cheminement en soi, et je pense que comme d’habitude le point central est de pouvoir évaluer ce qui est bien “pour toi”, mais je pas juger tes parents en tant que personne pour avoir fait tel ou tel choix. telle ou telle action. nous ne vivons pas les mêmes époques, les mêmes questionnements, tout à changé, et ils ont 10-20-30 ans d’expérience de plus que nous. nous je pouvons jamais être meilleurs qu’eux mais nous pouvons faire ce qu’il y a de mieux pour nous-memes. au temps présent. et tout ça prend du temps (explorer, reconnaître, juger, être en colère, pardonner, interférer, honorer… dans sa différence et singularité).
      bon je vais faire un post je pense… hahahah merci madia! et belle exploration à toi. ❤️

  • CouCou Mai, C’est dingue je viens de m’acheter ce we « Aie mes aieux « d’Anne Ancelin …nous sommes beaucoup à aller vers le même cheminement pour nous comprendre en ce présent, et surtout se débarrasser de choses transmises qui ne nous appartiennent pas…Belle journée

  • Bon soir
    bon ben alors j’ouvre ce post et je reste sans voix; j’ai l’impression de m’approcher toujours un peu plus de ma vérité, de mon essence de mon être . D’abord grâce à mon questionnement et la curiosité qui me pousse vers des lectures et suivre ton journal
    Ce qui vient de se passer est complètement dingue; je suis issue d’une famille qui a fuit la guerre; mon grand père a échappé à la déportation. Alors oui je vais lire ce livre, mais le plus dingue, c’est que je viens juste de comprendre, comment aujourd’hui (peut être), j’ai une maladie auto immune qui est en lien avec la féminité.
    Pour être plus juste, c’est l »émotion ressentie à la lecture du post qui me fait penser que je plus près de moi!
    Je vais aller farfouiller dans ce livre et tenter de trouver un thérapeute qui pourrait m’aider à dénouer tout ça, mais autrement qu’avec la tête… parce que ma tête est super forte pour prendre le contrôle…

    Merci pour ton partage Maï!!
    <3

    • vallée! …wahou. oui lis ces bouquins. ensuite je vais faire un post sur la constellation familiale. je me rends compte à quel point l’analyse pure ne nous permet pas certaines re-connections, certaines guérisons. à très vite et comme toujours, belle belle route à toi.

      • Merci Maï !
        je suis allée voir carré 35 ce matin (restait plus qu’une séance à 11h40 avant qu’il ne disparaisse mercredi) et waaw … c’est vraiment très beau, sa pensée claire, son cheminement aussi.

        Et je relis ton post aujourd’hui et je me dis, et si on parlait de violence? enfin c’est une proposition einh!

        à vite!

          • ouais c’est une claque
            j’avais les larmes au bord du coeur
            je les ai encore un peu
            j’aime beaucoup ces dernières images où la mère vas sur la tombe de la petite christine et que le portrait est replacé là … c’est tellement émouvant comme dénouement, comme une invitation pour dire , regarde ça marche !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *