A Chihiro

et à Nos Fantômes

Nature célébrée, voyage chamanique, exploration de la psyché, dark side, puissance du féminin, sorcellerie, poésie rendant hommage au Grand Mystère, au Grand Tout, Miyazaki est certainement l’artiste qui m’influence le plus.

Et le Voyage de Chihiro est sans doute le film que j’ai le plus regardé. Bien sûr, le fait d’avoir des enfants y contribue, mais chaque nouveau visionnage m’apprend quelque chose d’autre. Chihiro me fascine.

Ceux qui me suivent sur Instagram, se rappellent peut être que Tâm avait été invitée à faire un exposé en cours de français sur son héros/héroïne préféré.e. Rien que ce choix de prendre Chihiro m’avait épatée, mais en plus, il y avait tout son regard d’enfant qui me laissait songeuse (et fière).

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

tres fière de ma Tâm qui a choisi Chihiro pour un exposé sur les “héros”. après avoir revu le film ensemble samedi, elle me dit “en fait chihiro m’épate parce qu’elle dépasse ses peurs alors tout fait peur (ses parents en cochons, l’esprit putride, la descente de l’escalier, baba yaga!) et puis elle sait dire non (au sans-visage) mais avec bienveillance. les héros sont toujours des hommes musclés qui remplissent leur devoir en sauvant le monde. la elle n’est pas reine du monde mais reine de “elle-meme”” et d’enchaîner sur cette peinture. euh… je suis fière de mon fils aussi qui s’est bien fait chahuter hier en classe et qui va ouvrir son cœur ce matin en mode “communication non-violente” pour leur dire qui il est, ce qu’il a ressenti et ce dont il a besoin. vulnérable mais debout, allez go go go! love mes enfants, gros gros love

Une publication partagée par Mai Hua (@mai_hua) le

 

une amie me disait « quand on lui pose la question de la complexité de ses films, Miyazaki répond : les enfants comprennent tout. » oui nous adultes oublions parfois la sagesse des choses.

 

Alors qui ne connait pas encore Chihiro?! (sans déconner)

 

Chihiro, petite enfant angoissée, n’a au départ rien d’une héroïne. Cette petite chose se retrouve toutefois, ou plutôt, de ce fait, propulsée dans un monde de rêves/cauchemars qu’elle va devoir explorer pour s’en échapper. Elle y devient employée dans un bain public pour les esprits. sous la tutelle de l’incroyable Baba Yaga, elle apprendre à « nettoyer » les autres ou plutôt à les aider à se nettoyer eux-mêmes.

 

(mon but dans la vie est de devenir baba yaga)

 

Les autres, sont évidemment des projections d’elle-même. Tout le bain public, les esprits, ses tâches à accomplir sont le théâtre chamanique de sa psyché en transformation. S’y déroule un rite de passage où elle va apprendre à vivre « à travers » ses peurs.

grandir.

 

 

Arrive le Sans-Visage. C’est un monstre. Il a l’air inoffensif, il n’est pas moche, il ne sent pas mauvais (comme l’esprit putride), c’est pire : sa monstruosité est de ne pas dire qui il est (il est sans visage quoi) . Il distribue de l’or à tout va. tout le monde veut ses faveurs : bah oui puisqu’il donne de la thune!!!! mais, personne ne l’aime : bah oui, il est trop weird, quelque chose cloche…

 

le Sans visage ne dit pas qui il est, parce qu’il n’en a aucune idée. Ce qu’il veut au fond, c’est qu’on l’aime. il pense obtenir de l’amour en donnant aux autres, ce qu’ils désirent. mais l’amour ça marche pas comme ça. Ce qu’il fait n’est pas du don, puisqu’il désire quelque chose en échange (qu’on l’aime si vous me suivez). il n’est pas animé par l’amour mais par son besoin d’amour. on l’a vu avec Gabor Mate, ça s’appelle de l' »attachement ». et…

l’attachement c’est pas de l’amour, c’est du contrôle.

Tout cela étant inconscient mais bel et bien inauthentique, le Sans Visage, au lieu de susciter l’amour,  créée la situation qu’il redoute le plus : le rejet et la tétanie (toute l’activité du Bain Public est arrêtée). il se met donc en colère « nan mais piting je te donne tout l’or que tu veux et tu ne m’aimes pas?! » il devient violent et dévore tout ce qui bouge. Le Sans-Visage est parfois présenté comme le « hungry ghost », le fantôme de l’addiction, qui dans sa souffrance non reconnue dévorent l’être de l’intérieur (Gabor Mate l’utilise d’ailleurs dans ses vidéos expliquant l’addiction).

 

Que va faire Chihiro? elle va le voir. elle le voir, le com-prendre. Elle refuse son argent mais l’accueille lui. Sans un mot, elle lui signifie : je te vois, je te reconnais, mais je choisis de ne pas succomber : ni à la facilité de prendre ton argent, ni à celle d’avoir peur de toi. elle apprend l’intégrité, le courage et la bienveillance. pfffff, que je l’aime cette petite (devenue grande).

Vous savez quoi? on a tous des tas de fantômes autour de nous, assis à côté de nous dans le train (oui, de la vie). mais la plupart d’entre nous, consciemment ou inconsciemment, ne voulons pas les voir et tentons même de faire bonne figure, en avançant masqué. Angelo (merci pour tous vos partages sur les rs, que cette vidéo continue de tourner!!!) nous disait qu’il lui est arrivé lors d’un coaching d’artistes pour leur passage en festival (les franco-folies je crois), de debriefer ainsi : « tu me chantes ta chanson, mais tout ce que tu projettes, et donc tout ce que je reçois, c’est ton syndrome d’abandon. » ah boum. c’est exacerbé sur scène mais en vérité, c’est pareil pour tout le monde je crois.

je, tu, nous nous promenons avec tous nos fantômes autour de nous et, tenez vous bien, tout le monde les voit. bah vous voyez pas comme ils sont énormes?! quand nous entrons dans une pièce, tous les autres les voit. mais, tout le monde n’est pas Angelo, tout le monde n’est pas capable de le verbaliser, parce qu’il faut être soi-même en contact avec les siens, mais sachez que… ça se sent.

tout le monde les voit… y compris, les fantômes eux-mêmes, qui se voient entre eux, se reconnaissent, s’assemblent sans que vous n’en sachiez rien. ils vous entrainent dans des relations, des schémas, plus ou moins heureux, mais si puissants… mais ça c’est encore une autre histoire.

restons sur le rapport à soi : aussi terrifiant cela soit il, Chihiro m’apprend que je n’ai pas le choix : soit j’ignore mon Sans-Visage, vis dans la peur de le voir émerger et une forme d’inauthenticité à le cacher et dans ce cas, je ne suis même plus Chihiro (elle perd son prénom au début de son aventure) mais le Sans-Visage lui-même, ou bien je fais le choix de le re-connaitre, de l’accueillir, et le laisser s’assoir en paix auprès de moi.

l’apprivoisement de son dark side est définitivement l’une des choses les plus terrifiantes et les plus excitantes dans le fait de grandir.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Les dessins des studios #ghibli est une expo absolument saisissante. @monsieurlam @_truc_anh_

Une publication partagée par Mai Hua (@mai_hua) le

Il y a 4 semaines / Bouche 22 commentaire(s)

22 commentaire(s)

  • Bon ben je le regarde ce soir, hein! J’avoue (sans déconner) ne l’avoir jamais vu et, ça y est, tu m’as donné une envie irrépressible de le voir!
    Merci pour cette nouvelle piste d’exploration, encore une fois!

  • Comme la vie est surprenante…
    Mon fils de 3 ans est tombé sur les mangas de son père. Il a une petite collection dont quelques épisodes de chihiro. Et bien mon fils a choisi de jeter son dévolu sur ces mangas là ! Quelque chose lui a plu…
    Son père ne voulait pas les lui montrer, trouvant que c’est inapproprié pour un enfant de 3 ans ….
    Nous les avons tout de même feuilletés puis lu tant il a insisté pour les voir.
    Et ses réactions, ses peurs ne se posaient pas là où je l’attendais.
    Il est en plein dans la phase des cauchemars et de la grande peur du noir…
    Et puis nous avons passé une période de deuil il y a 3 mois durant laquelle nous avons tenté de lui expliquer pourquoi la tristesse, les larmes, la mort, le ciel …. Bref pour lui la mort est un sujet de discussion et les esprits aussi !
    Au grand désarroi de son père !!!
    Attention, il en parle puis il passe sans transition à ses lego 😉 il n’est pas bloqué là dessus !
    Et ce qui me trouble après la lecture de votre poste c’est ce rapprochement que vous faites entre chihiro et nos propres fantômes.
    Je fais un travail psychanalytique depuis plusieurs mois et tout me parle dans ce que vous dites.
    Et ce qui me trouble encore plus c’est que mon fils semble toujours mettre le doigt sur des points essentiels.

    Mon commentaire est sûrement un peu floue mais j’avais envie de le partager. Et là j’ai envie de revoir le Voyage de chihiro !

    • émilie, ça n’est pas du tout flou! au contraire! c’est très clair! et votre fils, comme tous les enfants comprend miyazaki. de manière non intellectuelle mais réelle, profonde. nos enfants sont de grands sages. c’est ensuite que nnous perdons cette connexion universelle et qu’il nous faut la retrouver. belle route émilie.

  • Oui, s’autoriser à avoir un dark side. On a tellement appris à le mettre de côté et faire comme s’il n’existait pas et finalement à vivre sans que l’on s’est perdu de vue! Reste plus qu’à se retrouver! Mais par où commencer!?

    • hey julie! ton dark side est là de toute façon. ce que tu dois t’autoriser c’est de l’explorer… pour le faire tien. et pour cela, il faut beaucoup d’auto-compassion. ça ne veut pas dire que tu dois aimer/apprécier ta colère, mais ça veut dire que tu dois continuer à t’aimer toi quand la colère se pointe. c’est la porte qui te permettra de l’accueillir, de naviguer, de la faire tienne (pour ne pas qu’elle devienne le problème des autres et qu’elle brûle tout ton bain public et les gens que tu aimes dedans). c’est un voyage difficile, notamment quand on a construit un gros égo. mais rien que ça est déjà un apprentissage. et plus tu chemines, et plus cet égo se déconstruit et ton être véritable et complet peut naitre. sous tes yeux. belle exploration julie!

          • Justement je me demandais qu’elle était la finalité de cette démarche que l’on recherche naturellement. Être en paix avec soi même et ce qui nous entoure?

            • tu es par des nécessités. universelles (aimer, être aimée, manger), ou singulière (avoir du prestige, avoir de l’attention, la justice..;). toute nécessité que tu n’obtiens pas vertueusement vont te tenir vicieusement. un enfant qui a besoin d’attention fera des bêtises s’il n’a pas l’attention qui remplit ce besoin. donc si tu ne sais pas quels sont tes besoins, comment ils se manifestent, quels sont les boutons enclenchent de la colère ou du désir ou quoique ce soit, tu vas subir et faire subir au autres. tu vas alimenter ton dark side sans le savoir ni le connaitre et un jour, grosse bêtise et la personne dit : « ah mais je ne me reconnais pas du tout, c’est pas moi je te jure…! » bah si c’est toi. c’est un travail difficile parce que tu vas rencontrer la menteuse qui est en toi, la malhonnête, celle qui contrôle, qui se met en colère de manière violente etc… ce miroir d’une partie de ta vérité est très dur à regarder (dans un premier temps) car il détruit tout ce que tu as mis des années à construire pour être « quelqu’un de bien ». mais en fait, il n’y a pas de raccourci, pour être « bien » et « épanoui » il faut se connaitre… entièrement. belle exploration!

              • @Julie
                Bonjour! Si je peux me permettre d’ajouter … aussi c’est inévitable notre dark side est là, tout le temps (ouf) aussi bien l’explorer et profiter de toute la profondeur de ses enseignements et des cadeaux de maturité et de paix qu’il nous amène quand on apprend à l’apprivoiser 🙂
                Bonne exploration à ton rythme

  • Merci pour cet article Mai!
    Il arrive right on time dans ma vie..
    Le voyage de Chihiro et Mon Voisin Totoro sont mes deux films préférés, ceux qui me font vraiment vibrer et m’aident. Les regarder c’est comme faire une « mini-thérapie expresse »..
    Encore merci <3

  • C’est hyper fort Mai, j’ai tellement besoin d’entendre ces mots… et je voudrais les faire passer à tant de gens autour de moi ! J’ai l’impression que se confronter à ses démons et les apprivoiser, ça prend du temps, et la période d’aménagement peut être si chaotique qu’on a l’impression fausse d’être « en retard » sur ceux qui, en fait, les ignorent, et retomberont dessus un jour ou l’autre… Je suis peut-être encore un peu jeune, mais j’ai l’impression que peu de gens autour de moi entreprennent ce voyage.Merci Mai pour ce partage !!!

    • ce voyage a été décrit par de nombreux « sages », mais c’ est moins vendeur de la « happiness therapy ». car c’est pas toujours joli à voir. et ça détruit tous les narratifs que notre égo a pris le soin de construire (notamment dans le discours « je suis génial » ou « je suis une victime »). le bénéfice principal est tout de même, non pas d’être plus heureux, mais d’être plus complet, moins dangereux (voir mon post « owning your own shadow »), plus libre et plus aimant. amour et liberté chiara! belle route

  • Merci Mai, je l’ai vu tellement de fois ce film, mais jamais comme ça, je n’avais pas fait le rapprochement entre les esprits qui sont en fait les fantômes de Chihiro (= sûrement parce que je n’avais/n’ai pas conscience de mes propres fantômes !!) Du coup….j’adore encore plus ce film, j’ai très envie de le revoir sous cet angle de pensée là. Merci encore d’ouvrir la voie ❤️

    • oui, c’est vrai que je n’en ai pas reparlé, mais nous avions abordé cette lecture possible des contes dans Femmes qui Courent avec les Loups. c’est pour ça que c’est si puissant. il ne s’agit pas juste de raconter l’histoire singulière (et folle!) d’une enfant singulière, mais par des jeux de miroirs de refléter un peu avec l’âme des humains. <3

  • Enfin j’ai pu lire ce post ! Merci Mai pour cet article. Je ne saurais dire combien de fois j’ai regardé Chihiro quand j’étais petite (et plus âgée aussi). Il y a quelque chose qui m’a toujours fasciné dans le voyage de Chihiro. Et j’aime beaucoup cette interprétation qui m’a donné envie de le revoir. D’ailleurs ça me fait penser que j’avais fait le même dessin que Tam de Chihiro (je ne sais pas si mes parents l’ont gardé).

  • Que j’aime ce film! Quel drôle de hasard que depuis plusieurs années quand j’imagine mes peurs envahissantes, j’imagine le sans visage ou le Nago le sanglier noir de la princesse Mononoké et j’essaie de leur accorder la même présence bienveillante que Chihiro accorde au sans visage. J’aime que dans le film après tout le processus d’apprentissage, le sans visage l’accompagne à l’extérieur du domaine de Baba Yaga. Même une fois une épreuve franchie, nos peurs continuent d’etre avec nous mais comme compagnes de voyage qui nous aident à revenir à la maison, à soi.

    Moi aussi je n’avais pas vu que les autres esprits dans l’histoire étaient les projections de Chihiro. Merci pour ce regard éclairant. Je vais raconter cette version à mes enfants la prochaine fois qu’on l’écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *