Camille et Christophe

J’ai recroisé Christophe Robin l’autre jour en sortant de rdv. On a discuté et il m’a très gentillement invitée à son salon… dans une suite du Meurice.

Bah… vous commencez à me connaître, j’y suis allée hein!

Quelle vision magique à l’entrée. Il est venu m’ouvrir. Sourires. Des femmes partout (ça m’a rappelé le Japon, faudra que je vous raconte), des hommes partout, du café fumant, de la bonne musique, des photographies au mur, 2 “capsules” (comment ça s’appelle ce truc où l’on fait son shampoing?), de grands miroirs, de beaux fauteuils… une lumière… oh mais c’est, mais c’est, mais c’est Satya Oblet… Il boit du thé à côté de moi. Beau comme les blés (non c’est pas ça l’expression?). Raaon. Tu parles, je reste muette.

A peine le temps de me retourner, “tiens, je te présente Camille Miceli, tu sais de chez Dior” « oui je sais, oui … « , je me fends d’un superbe « j’aime beaucoup ce que vous faîtes. Hum, hum »

… hum, justement, je crois que je viens de voir passer Isabelle Adjani, là non?

Bref,
C’est over chic et très détendu. Forcément vous allez me dire, tout le monde en peignoir avec une coloration en cours sur la tête, y a pas moyen de se la ramener. Mais c’est surtout Christophe je crois, qui arrive à insuffler cette ambiance toute douce, simple, et en même temps pleine de gaité. Maxime s’est occupé de moi. Il m’a posé un soin colorant maison. Brun froid. Ca m’aide surtout à redensifier la couleur sur les pointes pour que la mèche ne finisse pas en méchasse. Et c’est pas mal du tout! Effectivement, j’ai désormais un cheveu qui finit bien. Ahhh. Merci Christophe!

En sortant, Camille, je l’appelle par son prénom maintenant, me propose de me dropper en voiture. Je cligne des yeux et la vois en léger contrejour, derrière sa minie mini d’époque. Elle sourit. Il y a le soleil et les Tuilleries derrière elle. Le vent passe dans ses cheveux noirs et tout vaporeux. Sa fourrure orange électrique s’ébouriffe en même temps et forme un nuage autour de ses épaules. Je suis saisie. Je repense à sa question, mais n’arrive pas à dire oui. Je me demande comment un si beau volume va pouvoir rentrer dans ce pot de yaourt. Je ne sais plus si c’est le vent ou si c’est l’esprit de Gruau qui souffle là.

Et je me dis … que c’est beau !

Il y a 11 années / Bouche 7 commentaire(s)

7 commentaire(s)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *