Tantra

le Corps Sacré

Voilà plusieurs heures que je tourne autour du pot. Ce post est franchement difficile à écrire. La vache! Comme quoi le sexe, c’est pas si facile d’en parler!

Donc voilà, je sais pas pour vous, mais moi, le Tantrisme, je n’y connais absolument rien. Eventuellement, une art de vivre autour du sexe. Dans mon imaginaire, c’était un truc indien, et sans contact… major LOL!

Pour autant, je me décrirais comme assez, très sexuelle. Je ne suis pas libertine, ni experte, je ne me déguise pas, n’utilise pas de jouet (sans me dire que ça n’arrivera jamais…) je suis disons super normcore et pour autant j’adore le sexe. Je pense sincèrement qu’à part donner naissance et voir mes enfants grandir, il n’y a rien de plus beau sur terre que de faire l’amour avec la personne que j’aime.

Du coup, j’étais aussi surprise que partante lorsque j’ai vu cette vidéo de Sasha :

 

euh Really?!

Alors voilà, j’arrive ainsi pour un workshop de 2 jours. Nous sommes une quarantaine, moitié hommes, moitié femmes. moitié couples, moitiés célibataires. Plutôt hétéros. Et pendant 2 jours entiers, nous explorons la puissance de cette énergie sexuelle. Avec plein d’expériences, de discussions, seul.e, à deux, tous ensemble. et c’est… OUF!

 

1/ la puissance du corps

Le plus impressionnant était bien sûr les explorations corporelles. je précise : sans se toucher (non pas de masturbation!!!!). Alors nous avons parlé de mon thérapeute corporel et de la possibilité d’aller chercher et déloger des émotions bloquées, par le biais de la respiration. Donc j’étais déjà « aware » de la puissance de la respiration. La différence de ce workshop avec mes séances chez mon thérapeute corporel, c’est que :

1. tu ajoutes la voix, ce qui rend la chose bien plus puissante encore

2. on est 40, ce qui rend la chose bien plus puissante encore

3. on se concentre sur cette énergie sexuelle…. ce qui rend la chose…. oui vous m’avez comprise… Ça rend la chose TOTALEMENT FOLLE!!!!

Lors de ces « exercices », il y a ton énergie qui monte, descend, remonte à nouveau, explose, parfois ça explose un instant, parfois ça reste et tu ne sais pas combien de temps ça dure au juste. Et puis il y a aussi tout le groupe. donc à côté, ça chante, ça pleure, ça crie, ça orgasme… LE BORDEL!!!! mais wahou, c’est franchement inoubliable.

Comme le disait Sasha : « you are focusing on how sexy looks like, but I ask you to experience what Sexe feels like »

et en fait, ce que j’ai compris lors de ce weekend, c’est qu’il y a certes les émotions, les chagrins gardés par le corps, mais il y aussi sa beauté, sa puissance. Le corps est un temple! Et le sexe, en fait, réunit tout ça je pense. l’orgasme, comme le dit Sasha is a healing modality, mais du coup, cela demande que tu puisses faire face à ces émotions bloquées. sinon, tu les gardes sous le tapis.

2/ alors tu veux quoi?!

Alors il y avait des discussions aussi, par exemple, on devait se mettre par 2, se regarder 3 secondes et dire quel était le désir le plus profond de l’autre (sans le connaitre hein), tout ce qu’il mettait en place pour y parvenir, tout ce qu’il mettait en place pour en même temps… ne pas y arriver. rien que la question était extraordinaire je trouve. et vous savez quoi, les réponses des inconnus étaient stupéfiantes. La conclusion était que le corps dit tout, qu’il te suffit de quelques secondes pour lire quelqu’un. et que les couples qui accusent l’autre de ne pas assez communiquer sont paresseux : en un coup d’oeil, tu peux voir tout chez l’autre. ça m’a fascinée.

 

3/ homme-femme, discutons!

Il y a eu aussi cette discussion hommes-femmes : Chers hommes, qu’aimeriez vous voir davantage chez les femmes/ Chères femmes, qu’aimeriez vous voir davantage chez les hommes. Je sais pas pour vous, mais c’est la seule fois de ma vie que j’ai eu une conversation aussi passionnante et aussi bienveillante avec autant de personnes, sur un tel sujet. et parler de sexe (et de genre) avec plein de femmes ou plein d’hommes sans qu’on s’étripe mais avec une qualité d’écoute incroyable, du jeu, de la curiosité, vraiment rien que ça, c’était beau.

Les femmes présentes disaient aux hommes présents :

« allez-y » genre « au lit, faut pas hésiter à nous… PRENDRE. Quand on a dit oui, c’est OUI. » donc les mecs Go, gO, GoooOOoO!!!

« soyez présents » parfois vous êtes là, mais vous n’êtes pas là. or l’intérêt d’une relation réside dans la qualité de notre connexion. notamment au lit, mais dans la vie en général.

« aidez-nous » une partie des hommes et toute la société nous discrimine, nous agresse. Une partie des femmes et toute la société nous dit que nous ne sommes jamais assez belles, toujours trop grosses, nous sommes attaquées dans notre corps. Nous avons besoin de Vous, de votre aide, de votre amour, de vos actions.

 

Les hommes présents disaient aux femmes présentes :

« soyez plus simples » nous n’avons pas besoin d’autant de sophistication. Plus généralement, c’est parfois difficile de vous suivre car vous changez d’avis, ou rendez quelque chose de simple en très compliqué.

« ne cherchez pas à nous changer » parfois nous avons la sensation de ne jamais rien faire de bien. beaucoup de femmes nous micro-managent sans cesse. et demandent à ce que nous changions. nous sommes comme nous sommes.

« acceptez que nos faiblesses » vous nous dîtes d’être vulnérables mais détestez que nous ayions un gros coup de mou, des doutes, une dépression. nous avons besoin de vous.

Là Sasha a fait un point que j’ai trouvé très intéressant disant que beaucoup d’hommes avaient davantage besoin d’être « empowerés » par leur femme, que l’inverse. Ce qu’elle disait c’est que beaucoup de couples ne fonctionnent pas car il n’y a pas plus castrateur pour un homme que de se faire micro-manager par sa femme, laquelle veut justement que son mec soit plus Homme. c’est le cercle vicieux.

Mille autres choses encore.

En rentrant chez moi, il m’a fallu 2 semaines environ pour m’en remettre. certaines choses étaient remontées à la surface. mais au final, c’est aussi ce qui m’a permis de les évacuer. a healing modality a-t-elle dit?! J’ai eu une très grosse période de création ensuite. Qui a commencé avec la vidéo des 5 ans.

Mais je crois que ce qui m’a le plus marquée, c’est cette relation à mon corps. J’ai envie de le célébrer, je l’aime, je l’adore. c’en est définitivement fini des « kilos en trop » « bonnet en moins ». ça m’a connectée à quelque chose de beaucoup plus grand, de beaucoup plus beau.

et bien sûr, l’amour avec l’autre n’en est que meilleur. parce que si je considère tout d’un coup mon corps comme sacré, alors je vais faire pareil avec celui de l’autre. et l’amour, ça ne peut pas/plus être une recherche simple d’orgasme frictionnel, ça va consister à honorer l’autre, et lui dire combien on l’aime. Sans un mot. Mais dans cette énergie d’amour, cette vérité qui oui est sacrée.

Piouf… Bah j’ai reussi à le faire ce post! Allez envoyez moi vos Com, que je me sente pas trop seule quand même!

Mille bises

le post sur Sasha Cobra

Il y a 7 mois / Bouche 65 commentaire(s)

65 commentaire(s)

  • Bonjour Maį! Tu as pris du temps pour écrire ce post? C’est vraiment fascinant la façon dépouillée et délicate dont tu décris ton expérience.
    Je suis dans un processus de deconstuction de structures dans plein d’aspects de ma vie et maintenant plus que jamais il me semble que ça doit passer par le corps. J’aimerais vraiment faire ce genre de session. Tu sais s’il existe un réseau d’enseignants?
    Merci d’avoir pris le temps de partager, c’est précieux de nous dévoiler cette experience.

  • L’eneegie sexuelle nous donne une puissance creatrice dingue, j’adore l’idee que l’on puisse la convoquer, la canaliser. Je me demande juste comment faire a Paris? …merci pour le partage!! 😘

    • Sasha passera peut être à paname, même si les mentalités sont moins ouvertes ici. Je suis en relation Aussi avec qn de Montpellier qui pratique la méditation orgasmique. Oh il doit y avoir des solutions! Merci pour ton com L. !

  • ah c’est très intéressant tout ça! La vidéo que tu avais postée d’elle m’avait fait beaucoup réfléchir et encore plus ton billet. Pour avoir participé à des ateliers de découverte/yoga/méditation/chakra/toutcequetuveux j’ai aussi été frappée à quel point on lisait juste en tant qu’inconnus chez l’autre et puis on devient plus aveugle avec les gens plus proches parce que on a des attentes/peurs/désirs. C’est paradoxal et ça fait réfléchir…
    Enfin, maintenant que j’ai écrit cette première partie bien sérieuse et que je suis sûre que pas beaucoup de personnes viendront lire jusqu’ici bas (haha): 40 personnes à fond sur leur énergie sexuelle à fond ça devait faire un sacré orgaaaaasme!!!!
    C’est beau, merci beaucoup pour ce partage!

  • Merci beaucoup pour ce partage Mai . Cette expérience à l’air fascinante !
    Je ne pense ne pas être la seule à avoir développer malheureusement 1 milliard de blocages sur ce sujet là, peut-être qu’une approche plus profonde et centrée sur l’essentiel, sans jugement ni de soi ni des autres, serait une solution …
    C’est une belle découverte que tu m’offres aujourd’hui 🙂 , merci .
    Je prend note !!

    Belle journée à toi

    • merci Claire, nous vivons dans une société totalement bloquée sur le sujet. donc cela peut prendre du temps de se débloquer à titre individuel. mais si on a envie… ;D on y arrive ! la bienveillance est une très belle clé pour expérimenter la juicyness! belle route a toi!

    • Les blocages venant de l’extérieur mais aussi ceux venant de l’intérieur ou miroirs des blocages intérieurs couplés parfois à des auto sabotages ! C’est pour cela qu’il nous faut bien vivre ! 😉

  • Trop mignon ton post, merci beaucoup d’avoir partager ton expérience, ça remets certaines pendules à l’heure, ça ramène (encore une fois) à l’essenti(l)el(le). <3

  • Tu « parles » avec beaucoup de simplicité et de naturel de cette « TOTALEMENT FOLLE expérience », Mai. Cette approche de l’autre et de soi-même m’apparaît comme un ailleurs lointain, comme un voyage en terre très étrangère. Et pourtant, c’est sans doute un voyage en soi-moi.
    Je rejoins Claire avec mon « milliard de blocages sur le sujet »: tu n’es pas la seule Claire, je suis très développée moi aussi à ce niveau-là 🙂

    J’ajoute que j’aime beaucoup les deux photos qui illustrent tes deux derniers billets Mai, avec cette impression commune d’un corps-accord qu’elles donnent.

    Belle journée à tous les passants et passantes de ce jour 🙂

    • Merci O. Le sexe est une exploration merveilleuse! Et le corps est merveilleux. On nous a juste pas du tout appris ca. La société, française notamment, n’est que dans la tête. Le corps n’est qu’une machine, qui au mieux est mince et fait du sport. C’est tellement tellement plus que cela. C’est même pas plus en fait, c’est tout autre chose!
      Et La sexualité est totalement bloquée par des valeurs qui n’en sont pas. Il faut faire la revolution!

  • « les couples qui accusent l’autre de ne pas assez communiquer sont paresseux : en un coup d’oeil, tu peux voir tout chez l’autre. ça m’a fascinée ». Mai
    Intéressant de voir ce qu’il y a derrière la paresse, pour être conscient des écueils qui font barrage à l’amour. Orgueil, manque de générosité, de patience, de profondeur, d’intériorité, d’engagement, inattention, égocentrisme, manque de finesse, de réflexion, de discernement, trop de mental (tricoter des nouilles, tricot stérile, tourner dans ses boucles, dans sa roue comme le hamster) , peur de se dévoiler, peur du jugement de l’autre, peur de sa solitude, peur de perdre l’autre, peur de l’altérité, de la friction, ne pas oser PRENDRE, (ne pas oser dévaster l’autre, comme le dit Brigitte Fontaine) peur de prendre des risques, blocages, communication tragique plutôt que pas assez de communication, jugements à travers le prisme de nos croyances, qui tournent à la condamnation, impression que la vie de couple est acquise pour toujours, train train, obéissance à des stéréotypes/normes, manque d’amour, de tendresse, de bienveillance, d’humour, d’humilité, d’empathie, de compassion, vieilles blessures, divergences, désintérêt de l’être au profit de l’avoir, enfermement sur son égo, dans des mécanismes, conditionnements, justifications, non écoute de l’autre et/ou écoute sans considérer ce qu’il y a en arrière plan de ce qui est dit, absence d’écoute de soi-même, de son corps, de ses désirs, clivage entre le corps et l’esprit, manque de présence, de précision, d’attention, se dire accepte moi comme je suis alors qu’il y a des possibilités de changer ! tiédeur, objectivation de l’autre, rigidité, irritations, mauvaise estime comme sur estimation de soi-même, souci de soi (ce qui ne signifie pas un nécessaire travail sur soi, reconnaître ses limites, ses fragilités) ressentiments, projections, interprétations, refus de s’ouvrir, manque de responsabilité, rester dans le monde des apparences, manque de joie, de sourire, d’émerveillement, de curiosité, de courage, de volonté, s’enfermer dans la tristesse, morbidité, auto complaisance, répétitions de vieux schémas, manque de confiance en soi, en l’autre, en la vie, manque d’honnêteté, d’intégrité, de simplicité, être dans le devrait/faudrait plutôt que dans ce qui est, se sentir coupable, culpabiliser l’autre, vouloir avoir raison, rêver à un autre soi-même, dépendances, manque de oui, de j’aime, négativité, négativité envers la négativité de l’autre, se croire séparé du monde et des autres, manque d’acceil de l’autre, l’amour considéré comme non essentiel, espérer dans le sens d’être dans l’attente, déceptions, rester collé à ses émotions ( ce qui ne signifie pas les ignorer car l’émotion permet d’apprendre beaucoup sur soi-même), l’illusion de l’intimité à travers le virtuel, tout ce qui est fuite et il y en a tellement, ne pas prendre conscience de ce qu’il y a de sacré en chacun de nous, que nous faisons partie d’un tout, … tout cela nous éloigne de l’amour et de la liberté et donc d’une relation sexuelle épanouie. Faire place nette ! S’ouvrir, ouvrir les portes de l’amour.
    Merci Mai pour ce post, pour tout toi.

          • Oui c’est sûr, mais l’aimé(e) te révèle à toi-même.
            Ne pas avoir peur de sa solitude tout en sachant qu’il n’est pas bon d’être seul dans le sens d’isolement.
            « A mêler leurs souffles et leurs sucs, l’homme et la femme se livrent l’un à l’autre – corps et âme – au-delà de tout ce qu’ils peuvent imaginer. Si l’autre me montre sans cesse mes limites, trouve aussitôt les sutures dans l’armure, m’arrache à ma superbe, à mes retranchements, c’est qu’il me connaît , au sens biblique du terme. Il a tout naturellement accès à l’être qui me fonde. Il évolue dans ma forteresse intérieure, s’oriente sans hésitation dans des perspectives à la Piranèse. A travers les volées de marches et les dédales, c’est tout droit à la blessure qu’il va, à la blessure ou au placard de Barbe-bleue. A tout ce qu’au prix même de ma vie je suis prêt à défendre – aussi longtemps du moins que je tente d’ignorer les lois de l’âme. Car seule la confrontation avec mes blessures, seule l’effraction des placards – dans une souffrance qui somme toute n’est pas pire que celle que j’endure à enfouir et à nier ! – sont en mesure de me délivrer. » Christiane Singer Eloge du mariage, de l’engagement et autres folies. (je répète cette citation car elle me paraît tellement juste)

    • HAHAHA Edouard, c’est super! Il faut que je vérifie mais je crois que j’ai tous les écueils… Plus quelques autres si ça se trouve. Hé bé, tu parles d’un caillou… :/

      ^^

    • « Un des plus grands obstacles à l’amour tient au fait que l’on fait habituellement contraster les concepts de l’amour et du pouvoir comme les opposés d’une polarité.
      L’amour est regardé comme le renoncement au pouvoir et le pouvoir est considéré comme le déni de l’amour… Ce qui est nécessaire, c’est de réaliser que le pouvoir sans amour est téméraire et abusif, alors que l’amour sans pouvoir est sentimental et anémique.
      Le pouvoir à son meilleur, c’est l’amour mettant à exécution les exigences de la justice.
      La justice à son meilleur, c’est l’amour corrigeant tout ce qui fait obstacle à l’amour. »
      Martin Luther KIng

    • Un autre écueil à l’amour et qui n’est pas le moindre, « la société liquide » « zéro mort » « zéro risque » dans laquelle nous vivons et dans laquelle l’amour est considéré comme une variante de l’hédonisme généralisé, un risque inutile qui s’inscrit dans le libéral et le libertaire.
      Un monde envahit par le souci sécuritaire sans danger, sans infection et désaffecté, constitue une menace à l’amour. On peut voir dans notre monde une correspondance entre 2 analogies : celle de la guerre »zéro mort » et de l’amour « zéro risque » à travers les sites de rencontre (« Ayez l’amour sans le hasard ») et celle du « je ne t’engage pas » que dit l’agent du capitalisme financier et du « je ne m’engage pas » que prononce à sa ou son partenaire l' »amoureux/se » détaché/e. Le ou la partenaire peut être liquidé(e) dans un monde où les liens se font et se défont. C’est un peu le même monde tout ça ! Rien n’est acquis. Cette dernière analogie est un des objet d’étude du sociologue Zygmunt Bauman.
      cf Eloge de l’amour Alain Badiou p 17.
      Revenir au corps ! Réinventer l’amour dans un monde qui change ! Réinventer le risque, l’aventure, contre la sécurité et le confort qui font de nous des morts vivants ! Pas une mince affaire !
      Analogies mises en lumière dans :
      Eloge de l’amour Alain Badiou
      L’amour liquide. De la fragilité des liens entre les hommes :
      http://www.nonfiction.fr/article-1345-la_societe_liquefiee.htm
      Notre monde est liquide, trop liquide
      http://blogs.lexpress.fr/attali/2016/12/05/notre-monde-est-liquide-trop-liquide/

  • Heureusement que tu es là pour nous ouvrir l’esprit à tout ça! C’est passionnant et questionnant et je trouve ça super triste que cela soit caché. Si on ne connait pas ou ne te lit pas 😉 ben c’est comme un secret bien gardé et difficile d’accès.
    Peu de personnes « l’enseignent » et puis c’est aussi pas très accessible niveau prix… En tous cas c’est vraiment l’impression que ça me donne.
    j’aime à rêver qu’un jour, cela sera dans l’éducation de tout un chacun comme si de rien n’était, même plus de triturage de cerveau!! naturellement 🙂
    Mais bon tu nous ouvres plein de pistes de réflexions et c’est déjà super de ta part de partager ça avec nous, c’est tellement intime…
    Bon sinon on en parle de cette photo ultra stylée ou pas? 😉

    • merci virginie, oui il me semble que ces stages sont assez onéreux. ce qui est « gratos » en revanche, c’est le partage des expériences! et c’est ma démarche ici, dans ce post, comme dans tout le blog. j’aurais adoré qu’on me dise il y a 20 ans que ces choses existaient. et je suis tellement heureuse que l’on puisse échanger et que l’on puisse avancer ensemble. notre relation au corps et au sexe est totalement « fucked up ». il y a tant de beauté là dedans…
      et merci pour la photo ;p

  • Un grand merci Mai pour ce très beau post. Ce qui m’agace par rapport à la place du sexe dans la société, c’est le côté « performance » qu’on lui concède. Il y a tellement de choses écrites dessus et finalement, au milieu de cette tonne d’informations, on finit par être soit perdu(e) soit on essaie de s’y adapter, se remettre en question. Alors que cela serait tellement plus simple, doux si chacun s’écoutait et regardait l’autre avec bienveillance. Finalement, ton post confirme tout ce qu’au fond de nous, nous refusons de comprendre: ce lien sacré entre le corps et le mental. Le corps n’est pas qu’une simple machine bien huilée. Le nombre de fois où le corps envoie des signaux pour montrer qu’il y a quelque chose qui ne va pas, que quelque chose se passe. Et durant ces moments, on refuse de les voir, on se dit que dans la tête tout va bien … Alors où est le problème ? Et pourtant, on apprend très tardivement que prendre soin de son corps fait du bien à son mental et que, la réciproque fonctionne parfaitement.

    • bonjour gaia, oui, notre société entière est tournée vers la performance. et la vie c’est pas ça… et je suis tellement heureuse de l’avoir compris. et puis comme je le dis plus haut a O. notre lien au corps et au sexe sont totalement biaisés par des principes faux. ne serait ce que la dichotomie entre esprit et corps. et la supériorité de l’un sur l’autre. pffff. que de bêtises!

  • « Nous repérons bien au-delà d’un décodage impossible, celui ou celle qui va s’inscrire dans un jeu où chacun jouera la reproduction des rôles initiaux.
    S’il se trouve que les attentes inconscientes se rencontrent, en une émulation qui peut faire croire au destin, il faudra du temps pour que l’articulation pathologique soit révélée, soit par la maturation d’un des deux partenaires, soit par la réalité d’une souffrance –et souvent d’une maltraitance plus ou moins insidieuse- devenant insupportable.
    Tant que nous n’avons pas reconnu cela, nous ne pouvons comprendre nos attirances, nos ambivalences, nos contradictions, nos schémas de répétition et nos échecs. Tant que nous n’avons pas accepté cela, nous ne pouvons comprendre la façon dont nous perdons la maîtrise et la raison, submergés par l’enjeu de la quête d’amour originelle.
    Ce n’est pas l’autre que nous aimons réellement, mais par ce que notre inconscient devine et ressent de ses failles, c’est le contexte de l’amour initial que nous cherchons à reproduire, sans en percevoir l’illusion ». Patrick Morisset-Chevalier
    J’espère ne pas trop plomber ce post, mais cela me semble essentiel cette lucidité par rapport à l’amour.
    « Ring the bells that still can ring. Forget your perfect offering.
    There is a crack in everything. That’s how the light gets in. » Léonard Cohen
    Eclairant ! : http://patessais.over-blog.com/article-l-illusion-de-l-amour-122399512.html

    • d’où la quête de soi. je suis passée à côté de tellement de rencontres merveilleuses parce qu’elles n’allaient pas refléter la profondeur de mes névroses…

      • id’aime ! jusqu’au jour où j’ai été empoweré 😉 avec patience et fermeté par mon amoureuse !
        La vie jusque là m’avait représenté les mêmes plats ! Mais ces névroses à côté desquelles tu es passée n’ont-elles pas permis finalement, avec la bienveillance de ton frère, ta rencontre avec ton Jerry chéri ? Pour moi, je vois la vie cheminer comme ça. Ne rien regretter !

  • Ah non mais vraiment t’es incroyable. Tu nous avais promis du « out of box.. » je ne sais pas pour les autres, mais moi je ne suis pas déçue hahahha.. Je suis totalement en phase, c’est une énergie au delà de la sexualité même, une énergie liée à la création. Pas certaine de mettre encore totalement autorisé à y aller.. mais je suis en route !

  • Ton blog était beau, et il s’enrichit post après post de toutes ces réflexions. Que tu parles de Captain Fantastic ou de sexe, ça me parle et ça me fait réfléchir, tout en me donnant envie de me poser pour entreprendre mon propre voyage intérieur. Merci.

    • Allez en voiture Simone ! (Simone Louise de Pinet de Borde des Forest c’est pas votre petit nom ?)
      Taquin et un peu lourdingue en ce moment ! C’était le prénom de ma grand-mère que je trouve maintenant délicieusement démodé (elle était un danger de la route).
      Plus sérieusement à nous tous / toutes un beau voyage.

  • Merci pour ce partage. Le tantrisme m’intrigue depuis quelques temps déjà, je travaille régulièrement d’un point de vue énergétique et j’ai la chance d’avoir réussi à aimer mon corps, à l’accepter tel qu’il est, avec les kilos en trop, avec l’IMC qui ne plait pas aux médecins et à l’honorer et le remercier chaque jour. Je l’aborde comme mon temple, ma maison charnelle et c’est beau de voir cette approche très différente et très complète en même temps, une unicité bien plus forte après cette expérience j’imagine. Merci à toi de défricher tout ça pour nous <3 Coeur avec les doigts

    • Merci Marie-Camille! Oui qd on arrive à aimer son corps pour ce qu’il est, ce temple. On ne plus revenir en arrière. Les normes n’existent plus.,C’est génial!

  • Bonjour Mai!

    Merci pour cet article très intéressant. Je trouve cette approche passionnante et partage avec vous l’idée que la sexualité est un long chemin très très éloigné de ce que l’on croit jeune.
    En revanche, je serai très mal à l’aise face à un tel lâcher prise devant 40 personnes. Je ne suis pas très pudique mais l’orgasme devant tout le monde (même sans se toucher) je crois que je ne suis pas prête et que d’ailleurs je ne le souhaite pas. Tu n’as pas eu de souci avec ça ?

    • Ah MAIS oui j’ai totalement oublié de parler de ca alors que c’est tellement important! Alors effectivement, il faut « surrender ». En revanche personne ne fait rien devant personne. On ferme les yeux pour se concentrer sur soi. L’énergie globale du groupe te porte dans ton exploration MAIS elle ne doit ni te guider ni t’interrompre ce qui La Aussi est en soi un exercice riche d’enseignements. Beaucoup de mes copines m’ont Aussi dit qu’elles ne pourraient pas. C’est Aussi ce que j’aurais dit si on m’en avait parlé il y a quelques temps. Et puis après tu explores et vient ce qui vient!
      Par ailleurs, même si on parle de sexe et d’intime psy ces 2 jours, ce qui est partagé n’a rien à voir avec le fait de faire l’amour à la personne que tu aimes qd il n’y a que vous. C’est autre chose! Merci pour ton Com Julie! X

    • Je me suis posé la même question ! je pense que j’aurais eu du mal aussi, que j’y serais allé à reculons. Après, la curiosité, en parler autour de soi … Merci merci Mai de nous en parler !
      Cela m’a fait penser à de la transe (pas pratiquant) ! à ce que j’imagine être un état modifié de conscience.

  • Bonjour Mai,
    C’est hyper intéressant ce que tu partages ici & les commentaires aussi ! ça renverse plein de représentations, c’est hyper riche & stimulant ! Le rapport au corps qui échappe aux normes & aussi ce que dit O. dans son commentaire en parlant de « redéfinition de la dimension sacrée du corps » , ça m’avait échappé mais en lisant ce commentaire, ça percute !!!
    Bien sûr l’idée de performance tellement valorisée à tort par notre société & la vision très pauvre qu’elle nous offre de la sexualité, je partage aussi à 2000%
    Il y a juste une chose qui m’échappe & me questionne depuis la vidéo sur Sasha.
    Et du coup, je rebondis sur le commentaire de Julie ! Il doit y avoir un sens à ça : le fait que cette expérience soit collective ! Mais il m’échappe (hormis pour l’aspect discussion) & du coup comme Julie je ressens une gêne par rapport à ça, une expérience aussi intime, vécue en collectif … Pourquoi ???
    Merci pour ces partages Mai & les réflexions que cela permet !!! Ton blog nourrit aussi l’esprit 😉

  • Oh Mai, merci! merci! merci! parce que je le savais moi que j’avais des blocages, j’ai mis du temps à trouver d’où puis j’ai su de manière brutale, puis je me réconcilie petit à petit avec moi-même mais tellement de mercis de nous rappeler le rôle de l’éducation mais aussi de la société dans tout ça! Virginie Despentes explique très bien aussi à quel point c’est une manière de nous retirer notre pouvoir originel, que l’on soit homme ou femme. Sa théorie avait résonné comme très juste en moi et là le discours de Sacha c’est tout pareil. Ce que tu dis sur le fait de voir clairement en l’autre même si on ne le connaît pas, je vois tout à fait de quoi tu veux parler, en pratique de constellation familiale on revient surement à ce même endroit en soi qui nous permet cette ouverture magnifique à l’autre, mais bon le but est autre.
    Ce qui m’intéresse aussi c’est le lien avec le rapport à l’argent, ce n’est pas la première fois que j’en entends parler et je ne suis pas vénale hein, mais bon je serai bien curieuse d’en apprendre plus parce que bien entendu c’est aussi un petit souci, comme par hasard 😉
    J’ai adoré « entendre » ce que tu nous a rapporté sur les besoins des hommes et des femmes, j’ai trouvé tout cela très rassurant quelque part, ça n’engage que moi…
    Bref encore merci, je vais aller voir le site de Sacha, j’aimerai beaucoup participer à un de ses stages un jour, le jour où je serai courageuse !!!

  • Bonsoir Mai
    J’ai réfléchis, (re(lu et fais des recherches par rapport à ce que tu disais : »Je viens de finir un bouquin « HE » sur La psyché masculine et effectivement il serait complexe et lent de passer du petit garçon a l’homme. Ce processus est lent voire impossible. Les femmes nous avons d’autres problèmes, Mais pas celui de devenir femme. On en reparle… » Mai

    L’embryon humain n’est ni mâle ni femelle jusqu’à la 7e semaine après la conception. Jusqu’à la 7e semaine de gestation, chaque embryon possède toutes ces structures et a conséquemment le potentiel de devenir une petite fille ou un petit garçon. Vers la 8e semaine de gestation, ce sont les chromosomes sexuels qui déclenchent la différenciation et qui, en quelque sorte, décident si c’est la voie féminine ou masculine qui doit être prise. Chez le mâle, le chromosome Y porte un gène (SRY) qui agit comme déclencheur d’une cascade d’évènements qui font en sorte que l’embryon se développe en tant que garçon. De l’autre côté, l’embryon féminin ne possède pas de chromosome Y et par le fait même, ne dispose pas de ce gène déclencheur. Le modèle de développement de base ou par défaut est en fait féminin, à moins de l’intervention du chromosome Y. Si celui-ci est absent, ou déficient, l’embryon deviendra une fille, du moins d’un point de vue génétique. En général, au bout de 12 semaines de gestation, le fœtus voit tout son système reproducteur ainsi que ses organes génitaux externes complètement différenciés.
    http://www.stresshumain.ca/chaire-sur-la-sante-mentale-des-femmes-et-des-hommes/chercheurs-cliniciens-et-medecins/sexe-et-differenciation-sexuelle.html

    la femme « EST », l’homme, lui doit être « FAIT »
    Le masculin est une « qualité ajoutée ». Au niveau psychologique, cette réalité biologique semble expliquer le fait que l’identité masculine a un constant besoin de renforcement et qu’elle doit être soutenue régulièrement par d’autres présences masculines pour pouvoir demeurer stable, d’où l’importance des rites d’initiation par une série d’identifications à un archétype. Pour un enfant, le premier investissement d’objet, la première identification est la mère. Un transfert d’identification à la mère vers le père doit avoir lieu pour que le jeune mâle devienne « homme ». Si la femme « est », l’homme, lui doit être « fait ». En d’autres mots, les menstruations, qui ouvrent à l’adolescente la possibilité d’avoir des enfants, fondent son identité de femme; il s’agit, pour ainsi dire, d’une initiation naturelle. Chez l’homme, un processus éducatif doit prendre la relève de la nature afin de briser l’identification première avec la mère. Le rite initiatique avait pour but de rendre officielle la séparation d’avec la mère et de faire passer l’ado au rang d’homme.
    cf Père manquant fils manqué. Que sont les hommes devenus ? Guy Corneau

    « En discutant et vivant avec des femmes tantriques, je me suis rendu compte que cet état d’union cosmique leur est beaucoup plus naturel qu’à nous….. elles connaissent ….. des états qui utilisent les mêmes mots et qui donnent l’impression d’être très proches des expériences mystiques….. C’est uniquement dans l’accueil, dans la dissolution du moi que s’effectue cette transformation dont on n’est pas maître. C’est donc en allant profondément dans son féminin que la femme vit “naturellement” l’expérience du divin. » En cela, la femme archétypale rejoint la prêtresse, l’initiatrice, celle qui révèle la voie… Mais toute femme doit conquérir elle-même sa féminité intérieure, et encore plus de nos jours, plutôt que de chercher une égalité imitative dans un masculin qui la rend opaque à sa vocation.
    « Le yang ne connait pas l’intériorité: tout est du domaine de l’intellect, du savoir, de la raison. Il ne voit pas du tout l’intérêt de travailler sur lui, d’aller à la rencontre de ce qu’il est, d’aller creuser ce qui fait qu’il agit d’une manière ou d’une autre. Et cela est vrai aussi bien pour les femmes très yang que pour les hommes yang. Je ne dis pas qu’aucun homme ne connaît cette expérience extatique, mais que le manque d’ouverture au yin est ce qui constitue un obstacle vers cette transcendance….. L’ouverture au féminin n’est pas uniquement sexuelle: elle s’exprime chaque fois que l’on accueille l’autre profondément en soi. En s’ouvrant il peut alors découvrir un nouvel état, plus profond, dans lequel il fait à la fois l’expérience de la fragilité et de l’union….Cette expérience est initiatique: elle est transformatrice de l’individu qui peut alors comprendre effectivement et profondément le féminin et, ce faisant, s’ouvrir naturellement au divin.. »
    http://patessais.over-blog.com/article-eros-et-voie-spirituelle-91874282.html

  • ha ha, Mai, tu me fais trop rigoler! enfin, non pas que le sujet ne soit pas sérieux, mais l’idée d’un mega orgasme de groupe… comment dire….ben, fallait oser et tu l’as fait ;-))
    Bon, merci pour nous!
    A part ça, oui bien sur que ça me parle cette notion de libération du corps (et je pense à ton article précédent), moi qui penche du côté cérébral. J’aime cette idée de la symbiose corps-esprit (âme) auto-renforçante/dialoguante, etc. Et l’idée d’une thérapie corporelle me tente (on verra après pour un workshop tantrisme ;-)) .. mais comme pour toute thérapie, j’aimerais me fier à quelqu’un via le bouche-à-oreille. Je suis preneuse donc 😉

  • Merci Mai pour ce post enrichissant!
    C’est beau de prendre conscience de son corps de réaliser qu’il fonctionne comme une temple sacré et d’essayer d’entrer en dialogue avec celui-ci pour mieux le comprendre, et par corollaire mieux se comprendre.

  • Il faut que je réfléchisse, mais t’as dit de réagir…. Alors MERCI, ça va faire son chemin, ce qui est sur c’est qu’il faut qu’on le fasse à deux avec Chat.
    Et comme les choses ne se font pas sans se donner un peu de mal ( t’as dit!!!! ), je vais me pousser aux fesses !….
    MERCI

    • alex! oui ça vaut le coup, ça construit des choses, sur la durée. ça n’est pas qu’une expérience, c’est une transformation au long cours qui s’opère. c’est vraiment magnifique! belle route!

  • Ça doit être une sacré expérience en effet. Ça m’a fait penser à une Colombienne qui pratique et enseigne la « respiración ovarica ». Donc la respiration des ovaires. Partant du fait que l’utérus, les ovaires et les seins sont sources énergétiques du corps, elle travaille en profondeur par la respiration, la conscience pleine, la connexion et y’a du tantrisme là dedans aussi !
    Je n’ai jamais assisté à un de ses ateliers, mais je l’ai rencontré et ça m’a intriguée.
    (comme Sasha elle enseigne un peu partout)
    Des amies sont ensuite allées à une session de groupe, et par, entre autre la respiration, la connexion – à soi – aux autres- elles ont décrit cet orgasme collectif et libérateur dont tu parles.
    Elle s’appelle Sanjeeva, et en anglais ça donne « ovarien breathing ». Je sais pas en profondeur de quoi il s’agit, mais je me suis dit que ça pourrait t’intéresser ! (elle m’avait dit aussi qu’elle faisait des sessions de deuil de l’avortement, mais pour le coup j’en sais encore moins et j’ai pas googlé)

  • Bravo, je viens de tomber sur cet article, et mille merci il est super. Quand je découvre un blog et que je l’aimer j’adore découvre des pépites. Mille merci et très vrai, je vais réfléchir à tout ça puis peut être re-commenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *