Drama Triangle

According to Jerry Hyde

j’avais envie de vous parler de ce triangle depuis très longtemps déjà. mais je préférais mille fois filmer Jerry vous le raconter avec ses mots, sa voix, ses exemples si parlants. Comprendre les mécanismes du triangle m’a permis de sortir de beaucoup de patterns, de games, que je jouais sans le vouloir, tout en m’en plaignant, tout en me victimisant, tout en ne comprenant pas pourquoi on ne m’écoutait pas (MAIS PITING J’AVAIS QUAND MÊME TOUT MIEUX COMPRIS QUE TOUT LE MONDE NON?!), tout en faisant s’abattre les foudres d’une colère qu’autrui ne méritait pas.

… sympa.

je reviens aussi sur la notion de toxicité. car j’avais reçu beaucoup de messages sur les relations toxiques « subies » suite à mon post sur la perfection. il est très difficile de changer de position et d’accueillir l’idée que nous participons nous mêmes à la relation toxique « non mais c’est SA faute non?! » (je vous conseille alors de regarder cette vidéo de l’ami Will Smith sur les notions de faute et de responsabilité).  Me concernant, car j’ai été des 2 côtés de la toxicité, des 3 mêmes, et j’imagine que tout en ayant une « majeure » (je suis clairement Sauveuse Compulsive), nous ne cessons de pivoter d’un angle à l’autre du triangle. Le comprendre m’a permis d’arrêter la totalité de mes relations toxiques. et d’initier les changements adéquates pour « leveler » d’une position névrotique à une position « adulte ». cela nécessite de ne pas avoir peur de détruire la relation. quit à ce qu’elle renaisse sous une forme plus vertueuse : une connexion véritable de cœur à cœur. c’est d’ailleurs ça qui m’a permis de voir qu’elles étaient les relations essentiellement toxiques (dont l’essence même était toxique)(ie. où chacun.e rejoue symboliquement des toxicités vécues par ailleurs) et celles dont l’essence était autre, et qui donc pouvaient, se devaient, de prendre d’autres formes. ça peut paraître triste mais pas du tout, c’est assez merveilleux. ce qui doit être, advient!

merci pour toutes vos réactions à la première vidéo sur l’idée de devenir adulte! j’espère que celle-ci vous interrogera et vous accompagnera tout autant dans vos chemins de vie. merci à notre équipe choc de traducteurs.ices de choc!

love love love

Il y a 6 mois / Bouche 53 commentaire(s)

53 commentaire(s)

  • Merci pour cette belle vidéo ! J’ai adoré, c’est très claire et je comprends mieux que la relation toxique dont je te parlais dans ton article sur le perfection est en faite une relation sauveuse (moi) et victime (mon amie) et que je suis justement en train de devenir limite bourreau car amer de voir la personne ne toujours pas sortir la tête de l’eau et rester dans un schéma de victime.

    • aurore c’etait donc toi! ça me parait fou! oui les choses commencent toujours par soi. dans 1 relation, on est 3 : toi, l’autre, et la relation elle même. et souvent la relation que l’on croit mauvaise est en fait “juste” le résultat de 2 névroses personnelles qui TAC s’imbriquent à merveille. en prendre conscience nous aide soi, mais peut aussi aider l’autre. un pas après l’autre et l’on commence par soi d’abord 😉 belle exploration

  • C’est très clair en effet! Merci Mai et merci Jerry.
    J’ai l’impression d’identifier ces 3 polarités en moi. « L’impression », je reste prudente, parce que dans ce jeu qui se joue (dans sa relation avec soi d’abord, avec l’autre / les autres ensuite, le jeu de dupes est volontiers de la partie, ne serait-ce que parce qu’il se joue souvent inconsciemment.
    Ces polarités sont labiles et fascinantes par leur ambivalence, leur double tranchant. La victime peut devenir un bourreau, elle attire le sauveur dans un rôle de soignant ou de preux chevalier, et flatte son désir de toute-puissance. Le sauveur peut devenir la victime, le bourreau aussi… Il y a de quoi se perdre… et se trouver aussi.
    Identifier, s’efforcer de comprendre les mécanismes qui nous régissent, d’assainir autant que possible, en soi d’abord. Concernant la toxicité d’une relation, nous sommes sans doute et avant tout une mauvaise fréquentation pour nous-même. Je m’efforce d’apprendre à être mon ami(e) 🙂

    • … Et merci aussi aux traducteurs.trices pour leur travail!! 🙂

      Mai, pourrais-tu m’éclairer sur ce que tu appelles une relation vertueuse et adulte « de cœur à cœur »?

      • ah oui! merci de demander! te rappelles tu de Mem? il nous dit qu’un bon professeur n’ajoute pas d’apprentissage. il apprend à se dénuder. jusqu’à atteindre le cœur et en sortir les plus beaux joyaux.
        les relations humaines sont parfois encombrées par pas de “junk” des choses definissent plus ou moins la relation mis empêchent la connexion véritable. qui est une connexion d’amour.

        dns le premier cas. les personnes ne font que symboliser un besoin, une névrose. et dans ce cas il n’y a pas de connexion véritable. la relation est véritable mais la connexion est fausse. on ne s’intéresse pas tant que ça a l’autre. ce qui compte est ce qu’il.elle nous apporte.

        dans le second, on dénude son cœur, alors la relation nécessairement change puisque tu changes. mais ça n’est qu’un corollaire. comme le dit jerry, le problème est comportemental, non relationnel.

        c’est plus clair?

        bises et belle exploration

        • Merci Mai. J’aime tellement tes deux réponses! 🙂
          Il y a sans doute des maîtres qui nous « habillent », nous équipent ou s’efforcent de le faire pour que nous avancions dans la vie mieux outillés, bien couverts. Il y a ceux (sans doute plus rares) qui nous révèlent (au moins partiellement) à nous-mêmes. Les deux ne sont pas incompatibles d’ailleurs me semble-t-il.
          Il m’est d’ailleurs très difficile de me dénuder (à tous les sens du terme). Par la parole, sortir de l’enfance en quelque sorte (infans = celui qui ne parle pas, étymologiquement) dire ce que je pense, ce que je ressens ou ce que je ne ressens pas, plutôt que le taire. Au niveau du corps… n’en parlons pas!!! 🙂 Il me semble que j’apprends petit pas après petit pas. Merci pour tes encouragements en tout cas! 🙂
          Concernant ta seconde réponse, oui les aides sur le chemin sont utiles et même nécessaires de mon point de vue (même si la tentation de traverser le désert tout(e) seul(e) est parfois là), à condition bien sûr de ne pas leur assigner le rôle de « sauveurs » lorsqu’on se sent victime en particulier. Les prendre pour ce qu’elles doivent être, des aides qui nous accompagnent, partagent une part du chemin, sans marcher à notre place.

          • osho disait « existence is an alone experience ». on a de parfois de l’aide sur notre chemin, mais le chemin c’est toi et toi seule qui le fait! belle belle route!

    • et oui se trouver aussi, identifier des mecanismes mais ne pas s’identifier à eux. et oui tu as tout à fait nous pouvons être l’auteur.e de nos toxicités comme notre meilleur.e ami.e. ça prend un peu de temps de l’envisager et ensuite de mettre en pratique. pour ça une amie ou un partenaire ou un parent bienveillant est très utile. avec un peu d’humour “tu serais pas sauveur compulsive toi?! ;)” aide grandement!

  • Waow, je viens de me prendre une belle claque en écoutant Jerry, et en réalisant soudain que j’ai des relations pas très saines qui collent tellement à ce schéma que ça en devient caricatural ! Je pense que je suis comme toi axée sauveuse compulsive, avec un chouia de victime. Je vais devoir pas mal réfléchir à pourquoi je me mets dans cette position, et ce que je peux faire pour faire bouger les lignes. C’est un peu effrayant mais en même temps très excitant!
    Merci infiniment de nous transmettre les paroles de Jerry et ses explications, c’est vraiment précieux pour moi (et certainement pour d’autres!)

  • elle tombe à point nommé cette vidéo
    merci !!
    en écoutant, je me sentais clairement osciller entre plusieurs rôles jusqu’à y a pas si longtemps. je ne sais pas ce qui a changé, peut être mon regard, ma façon de percevoir … ou le lâcher prise total sur des situations, des relations pour me concentrer sur moi (mes envies, mes besoins, mon taf par exemple).
    et alors par contre, quand je sens des relations toxiques autour de moi et dans lesquelles je peux encore m’inscrire à l’occasion, je me demande comment m’en extraire. Ok je peux dire non et je le fais mais parfois ça suffit pas. alors est ce que c’est ce que tu veux dire quand tu dis que la relation se transforme ou s’arrête parce que ton comportement change?
    et surtout ne pas s’attacher à cette relation si on la trouve toxique et apprécier le fait qu’elle se transforme ou disparaisse?
    l’autre jour je disais sur maispace que je ne savais pas très bien demander de l’aide. ce n’est pas totalement vrai. c’est juste que je dois y aller davantage quand j’en ressens le besoin; et ce qui est parfois difficile c’est de ne pas trouver de réponse à cet l’appel à l’aide. et évidemment ça renvoie à d’autres problématiques … et d’autres questions

    c’est super riche! Merci à vous deux et toute la trad team

    • oui parfois, on demande de l’aide, on dit « aide moi » mais un autre message peut être envoyé par notre corps, notre esprit. avec les enfants par exemple, ça loupe pas. ils « sentent » tout de suite de quoi il en retourne. les changements chez mes enfants ne se sont opérés que lorsque j’avais VERITABLEMENT opéré le mien. concernant les relations adultes, bah c’est simple : soit je détecte que le manque de répondant est juste circonstancielle, ça arrive à tout le monde de pas entendre, même plusieurs fois, il y a la fatigue blablabla… soit le manque de répondant est dû à une impossibilité (manque d’empathie ou impossibilité de changement chez l’autre) et dans ce cas, tu fais au mieux. je veux dire au mieux pour toi. donc si c’est ta mère, bah tu vas pas arrêter d’aimer ta mère parce qu’elle ne peut pas changer, si c’est une « amie », je la laisse la là où elle est, moi je n’y suis plus. rien n’emppêche de se retrouver… plus tard, sous une forme! et surtout chacun.e fait comme il peut donc pas de hard feelings!<3

  • « Je sais ce que vous allez me dire : il faut rentrer en soi-même. Je suis rentré en moi-même plusieurs fois. Seulement, voilà, il b’y avait personne. Alors au bout d’un moment, j’ai eu peur et je suis ressorti faire du bruit dehors pour me rassurer. » Jean Anouilh
    Le bruit de la victime, du sauveur, du bourreau.
    Antigone, c’etait aussi du bruit qu’elle faisait au milieu de tout ce bruit ?

  • Bon ben ici Donald Trump 😳, il conseille quoi Maître Hyde pour ne plus être un bully? C’est terriblement complexe d’en sortir même quand on a tout à fait conscience du scénario qui se joue. Je ne suis plus toute jeune et pas encore sortir de l’auberge!

    • hahaahahah, Delphine! il y a une chose de sûre c’est que Donald n’en a rien à foutre du Drama Triangle. en prendre conscience c’est déjà mettre un pied dehors. oui Jerry dit qu’il faut faire une différence entre l’autorité que tu peux avoir et le fait d’écraser autrui pour te faire entendre. ensuite, il y a des patterns sont on ne sort pas parce que la colère première, primaire, n’a pas été réparée. donc il faut aller chercher un peu… belle exploration delphine!

  • Non mais la colère qu’on peut se trimballer, c’est décourageant. Allez au boulot et merci à vous deux pour cette salutaire piqûre de rappel. (Thanks Jerry for making me feel like Donald Trump, you made my day! ) 😈

  • Je viens de terminer un livre sur ce triangle infernal et ai trouve ton post hier- j’y vois un signe! Lol 🙂 – J’ai meme achete le ‘cahier d’exercice pour sortir du triangle bourreau, sauveur, victime » de Christel Petitcollin (c’est une sorte de guide avec des questions a se poser pour sortir de ces situations/ faire le point sur ses relations).

    Apres avoir lu sur ce fameux triangle, l’utilisation de la CNV m’a paru plus simple aussi. Disons que la CNV est le travail d’une vie et que denouer les relations triangulaires d’abord me semble utile (pour pouvoir utiliser la CNV efficacement). Je me suis deja vue en train de vouloir utiliser la CNV dans une situation triangulaire et realiser combien je n’etait pas honnete (ce n’est plus de la CNV dans ce cas-la d’ailleurs…). L’idee est peut-être de sortir du triangle d’abord et ensuite d’utiliser la CNV dans des relation saines et adulte?

    C’est un sujet passionant en tous les cas. Merci pour les deux videos. Une chose a attire mon attention dans la première video, c’est l’idee de contrat inconscient avec ses parents. Je n’y avait jamais pense avant. Je medite encore dessus. Il me semble que le « premier triangle » commence dans la relation de l’enfant avec ses parents (parents qui n’ont eux-memes pas remis leur triangles en cause (dans le couple ou autre).

    • oh bah de toute façon tout commence avec papa maman hein 🤪!
      tout nous ramene à ca! pour ce qui est de la cnv, ça n’est pas juste une technique de communication c’est toute une philosophie mise en action qui aide à sortir du triangle du coup! belle exploration!

  • haha trop drôle je parlais justement de ce trio à une copine hier et tombe sur cette vidéo juste après notre diner !!
    Je lui dis : – « moi par exemple je sais que je suis un sauveur… « 🙁
    – « ah oui mais … moi aussi ! Trop bien, je suis un sauveur !! Ouf !  »
    – « oh no … no no no c’est pas trop bien du tout. Le sauveur c’est un sacré connard !! »

    C’est vrai c’est difficile de se rendre compte qu’en essayant d’aider une personne on franchit parfois si rapidement la ligne où l’on fini par l’étouffer complètement…

    • aider qn bien sur, mais tout en le laissant faire son chemin, grandir. laisser chacun faire son chemin. en parler déjà c’est bien… belle exploration.

      • Un élément qui vient modérer les élans de cette part de « sauveur » en soi et peut conduire à être pesant/intrusif, c’est le respect de cette part de liberté que l’on ne doit pas retirer à l’autre. Se souvenir de cette liberté-là. Après, c’est parfois très compliqué, en particulier quand on estime que l’autre met sa vie en danger.

        • bien sûr mais la on arrive sur des cas extrêmes. on une belle partie de nos relations déjà a reapprivoiser. et puis je crois que ce que je viens de comprendre c’est sue au delà de la liberté à l’autre c’est aussi de ne pas le considérer comme inferieur parque ce qunil n’est aussi avancé que soi. c’est la que l’idée d’arrogance prend tout son sens. ❤️

  • Ouais!!!! Encore encore des belles pistes comme celles ci! Je me régale de cette vidéo et de ces commentaires…la citation d’Anouilh superbe…alors ben c’est très clair ce triangle ça me permet de comprendre où ça coince chez moi et ça structure plein d’outils que je découvre (merci le podcast Ouichangemavie) avec des situations du quotidien. C’est génial! Et d’ailleurs Mai toi qui parle à plusieur reprise de désir, que sans cela on n’avance pas, j’ai deux trucs à dire : le roman de Kate Tempest Écoute la villa tomber est vraiment celui du désir (gros coup de coeur) , lisez le c’est sublime! et j’ai eu mon permis de conduire il y a une semaine.. j’ai investit beaucoup beaucoup de désir et donc de plaisir dans cet apprentissage, une belle leçon pour les envies qui suivront! Merci à vous deux , et merci à l’équipe traductrice !bisous

  • CLOWN
    Un jour,
    Un jour, bientôt peut-être,
    Un jour j’arracherai l’ancre qui tient mon navire loin des mers
    Avec la sorte de courage qu’il faut pour être rien et rien que rien.
    Je lâcherai ce qui paraissait m’être indissolublement proche.
    Je le trancherai, je le renverserai, je le romprai, je le ferai dégringoler.
    D’un coup dégorgeant ma misérable pudeur, mes misérables combinaisons et enchaînements « de fil en aiguille »
    Vide de l’abcès d’être quelqu’un, je boirai à nouveau l’espace nourricier.
    A coups de ridicule, de déchéances, par éclatement.
    Par vide, par une totale dissipation-dérision-purgation, j’expulserai de moi la forme qu’on croyait si bien attachée, composée, coordonnée, assortie à mon entourage
    Et à mes semblables, si dignes, si dignes mes semblables.
    Réduit à une humilité de catastrophe, à un nivellement parfait comme après une immense trouille.
    Ramené au-dessous de toute mesure à mon rang réel, au rang infime que je ne sais quelle idée-ambition m’avait fait déserter.
    Anéanti quant à la hauteur, quant à l’estime.
    Perdu en un endroit lointain (ou même pas), sans nom, sans identité.
    CLOWN, abattant dans la risée, dans l’esclaffement, dans le grotesque, le sens que toute lumière je m’étais fait de mon importance.
    Je plongerai. Sans bourse dans l’infini-esprit sous-jacent ouvert à tous, ouvert moi-même à une nouvelle et incroyable rosée. A force d’être nul. Et ras. Et risible…
    Clown.
    Henri Michaux
    La vie est un cirque, un théâtre, n’est-ce pas ? Et comme le dit le moine Luc, joué par Micael Lonsdale, dans « Des hommes et des dieux » : « il faut BIEN la jouer, la vie. »
    Merci à toi Mai et à toi Jerry pour avoir colorié ma nuit blanche ! 😉
    Merci O. pour ce lien ! ( Il y a bien longtemps, je jouais Hémon. 😉 )

  • Très intéressante cette vidéo. Je viens de comprendre pas mal de chose (juste en 7 minutes) ça donne vraiment envie de creuser un peu plus…Merci de partager avec nous tes réflexions et ta métamorphose 😉

  • Holàlà, Mai, Jerry et toi vous tombez vraiment à pic ces temps derniers pour nourrir mes réflexions… Je suis dans un moment pas glop où je me rends compte (ou plutôt j’accepte d’enfin ouvrir les yeux) que celle que je croyais être ma meilleure amie s’est, au fil des années, durcie et terriblement autocentrée, au départ parce qu’elle hait son boulot… Maintenant, elle est dans un cercle infernal où elle glorifie son statut de victime (« conditions de travail trop dures, wah je gère tellement »), elle ne prête plus attention à quiconque autour d’elle (« amie en rupture ? Je lui envoie deux textos, elle répond pas, ouais c’est chaud mais tant pis… soeur qui rentre à l’hosto pour une opération vraiment pas glop et je l’apprends le matin même ? Wah ça veut bien dire à quel point je bosse trop, je n’ai plus de vie sociale et je m’en plains, et je gère trop ») et se justifie en disant « mais comment veux-tu que je fasse autrement ? J’ai pas le choix ! »… J’ai beau tenter de lui parler, de lui demander si tel ou tel aspect ne serait pas bon à examiner, notre relation est devenue une non-relation où elle parle d’elle-même et je l’écoute, parce que mes interventions, si elles ne vont pas dans son sens, ne sont pas les bienvenues.. Tiens tiens, exactement comme avec ma mère 😉 ça en est à un stade où je ne sais pas si je dois encore essayer, vu le mur qu’elle dresse, ou si je dois laisser tomber et espérer qu’elle s’y retrouve un jour. Sachant que je suis clairement une sauveuse compulsive, et je m’en rends bien compte, je ne sais pas si mon envie d’avoir une conversation franche ne relève pas de l’hubris, aussi. Mais en même temps, ne rien faire et me détacher n’est-il pas renoncer, et laisser quelqu’un que j’aime s’enfoncer toujours plus loin ? Arg !
    Bref, tout ça pour dire, dans un moment vraiment très dur à gérer, venir par ici m’est vraiment un bol d’air… Ca m’apaise, et ça me nourrit. Il n’y a pas vraiment de mots pour dire merci à ce point 🙂

  • C’est fou.
    C’est tellement fou.
    J’ai relu ce que j’écrivais il y a quelques années, à propos de mon ami N., de cet amour que j’avais pour lui et de ces mots que je tricotais pour le sauver. Longtemps amour et sauvetage se sont tricotés. J’étais celle à sauver, celle qui sauve.
    Et puis tout s’est brisé.
    Les années ont soufflé sur ces incertitudes.

    Je ne sais plus trop où j’en suis maintenant.
    Je me suis sauvée.
    J’ai été sauvée aussi.
    Étrangement, ça me donne la sentiment que je sais désormais aimer. Que j’en suis capable. Avec apaisement. Parce que je me suis déjà sauvée, et que je n’attends pas ça, des autres.

    Revenir des ombres, conscient du trajet, et pas se laisser traîner de son terrier.

  • Ça me fait songer à ce que Koltès posait, déjà : « Dans l’obscurité il y a une règle qui veut qu’entre deux hommes qui se rencontrent, il faille toujours choisir d’être celui qui attaque le premier ». Cette nécessité (semble-t-il) chez les hommes, de choisir d’être l’agresseur (le bourreau) par peur de devenir l’agressé (la victime). La difficulté de donner, de se dévoiler, parce qu’alors oui, nous deviendrions nus et vulnérables.

    C’est la logique de la peur, du manque d’assurance, qui fait les bourreaux.

  • J’arrive un peu après la bataille mais…comment fait-on pour mettre la traduction ?? Je ne trouve pas! Et je pense être tout à fait concernée par ce triangle et donc je ne veux pas perdre une miette de ce que dit Jerry! Merci! 🙂

      • Super, merci Mai! Alors effectivement j’ai la petite molette qui s’affiche quand je regarde la vidéo depuis mon ordi, mais pas quand je suis sur mon smartphone, que je mette la vidéo en plein écran ou pas.
        Donc info pour toute autre personne de passage qui cherche aussi la traduction : Passez par un ordinateur! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *