La Beauté ne me sauvera toujours pas

Ma Colère Peut Etre

Toile de Truc-Anh

Cette peinture a été réalisée par mon frère au lendemain des élections. « Dessiner quelqu’un m’aide à comprendre. à observer sans jugement, comme les bouddhistes savent le faire. Je ne veux pas blamer ses supporters et espère entendre leur voix dominante. je veux comprendre. »

J’étais encore sous le choc, j’étais mal à l’aise devant, et ce portrait et ce que mon frère avait écrit. Je suis revenue mille fois dessus. jusqu’à sentir une colère immense monter.

Cette colère, je la reconnais maintenant, cette colère qui pourrait être celle que l’autre suscite en moi, que cette réalité dégueulasse suscite en moi, mais qui en fait n’appartient qu’à moi. Cette colère que j’ai mis tant de temps à refuser, que j’ai fini par accepter, canaliser, appréhender. Cette colère qui en fait n’est que la porte… de ma propre noirceur.

On dit que l’oeil lit bien le noir sur blanc. moins l’inverse. les fantômes blancs, émergeant du noir sont plus insalissables… pour autant voudrais-je bien les reconnaitre alors qu’ils frappent à la porte de ma conscience?

Alors j’ai continué à regarder ce portrait. Dans les brainstormings, on a parfois ce jeu qui permet à chacun de sortir de son scepticisme, de ses idées préconçues. on lui donne un objet et on lui demande de le décrire en commençant la phrase par « cet objet c’est tout à fait moi, parce que… » Ainsi au lieu de développer de la limite, on développe du liant, de l’écoute et donc de la créativité. Alors j’ai fait pareil avec ce portrait. je l’ai regardé dans les yeux, comme s’il était un miroir de moi-même. et voilà ce qu’il en est ressorti :

1/ ARROGANCE
On a beaucoup parlé de filter bubbles, de ces semblants de réalités. On se rappelle de Jospin, assuré d’arrivé au 2nd tour… Que me faut il encore pour dompter ma propre arrogance? Celle qui me donne toujours raison, et qui traite l’autre comme un gros naze?

Je me souviens d’une lectrice m’écrivant en larmes après avoir lu sur mon post sur Spirit Horse que ma peur de l’autre aurait pu m’amener à « manifester pour tous ». elle me disait « je n’ai rien contre les homo, je n’ai pas peur d’eux, mais je crois en la complémentarité entre homme et femme, n’ai je pas le droit de le dire? » je lui ai répondu un long mail pour lui exposer mon point de vue. Elle n’a pas répondu. Alors, chez combien de personnes encore ai-je nourri ce sentiment d’humiliation? combien de mini-hitler ai je participé à créer, dans mes blagues, mes likes, mes applaudissements? De quelle manière ai je participé à répandre de la haine, de l’intolérance, de l’entre-soi?

ce que je fais ici ne participe t il pas à créer ces « bulles-qui-font-du-bien » mais que l’on confond à la réalité…la réalité étant que DES MILLIONS DE GENS VOTENT TRUMP, FARAGE et LE PEN… DES MILLIONS!!!!

2/ LACHETE

Cette élection m’a mise en rage… contre moi-même. Contre mon inaction! Enfin… non ok, ce serait injuste de dire ça car je fais tout pour me construire moi, grandir, aider mes enfants à grandir, créer de bonne relations avec mes parents, mes frères, mon ex-mari, mon mec, mes amis, ceux avec qui je travaille et même vous d’une certaine manière. Puisque j’envisage ce blog comme une action potentiellement transformative pour moi-même comme pour les autres. et c’est déjà pas mal… je vais pas tomber dans l’auto flagellation.

Mais qu’ai-je fait depuis que Le Pen est passé au second tour? mais putain c’était il y a 15 ans? ai je vraiment mis quelque chose de ma créativité, de mon temps, de ma force dans un effort civique? NON? pourquoi?

… beh parce que ça me fait peur?
pourquoi?
… beh parce je n’ai pas de réponse à donner?
Mais depuis quand les réponses que tu as eu dans ta vie (oui, je me parle toute seule) ont été le fruit d’une providence? Depuis quand as-tu trouvé sans chercher et sans agir? Depuis quand?

Je répète la même erreur que l’année dernière avec les attentats, j’attends que quelqu’un me dise quoi faire, j’attends la becquet, j’attends que ça vienne, parce qu’en fait, je suis pétrie de trouille.

je me souviens l’été dernier avoir été « bloquée » dans un wagon restaurant avec 3 mecs atroces. des mecs de michael page à moitié bourrés en plein « locker room talk ». Nous étions plusieurs à faire la queue, il y avait un père avec sa petite fille. Nous étions tous révulsés mais on a tous fermé notre gueule. En en parlant avec Jerry, je lui ai dit « en fait, je suis tellement lâche. je n’arrive pas à dépasser ma peur. que faire?

– bah j’imagine, qu’il faut le faire et puis c’est tout! »

Donc ok, c’est bon maintenant, je vais chercher et me mettre en action. aider différemment, mettre ma personne au service d’une autre manière de faire de la politique. La démocratie c’est pas uniquement voter tous les 5 ans. Et si moi qui ai tout, je ne change rien, alors ceux qui n’ont rien ont raison de m’en vouloir. La question n’est pas de savoir maintenant si on aura Le Pen comme présidente mais d’être utile comme je peux et de ne pas me dégouter au lendemain des élections. j’ai des mômes putain.

 

3. COLERE
Je vous avais dit l’année dernière que je ne savais rien faire de ma colère. Pourtant, en ne la contrôlant pas, j’ai malgré moi moqué ceux et celles qui ne pensent pas comme moi, et contribuer au système que j’essaie de décrier. Mais pour la première fois, j’ai traversé une colère qui a été extrêmement… créatrice. J’ai compris que m’aimer ne pouvait plus (tout dépend du stade où l’on en ai) passer par le vernis de ma partie positive et rayonnante.

On se disait il y a peu de temps encore que la beauté ne me sauverait pas et cela résonne différemment encore aujourd’hui. Si la beauté ne me sauvera pas, la colère peut être, oui. C’est sur elle que je vais m’appuyer pour devenir cette fameuse « peaceful warrior ».

J’ai regardé le tableau encore une fois ce matin et j’ai encore eu du mal à le regarder et pensais en parallèle à la société que nous créons, qui refuse de voir la réalité en face. à tous ces américains qui scandent « not my président » « This is not America ». well, it is a shame but, yes they are!

La lumière émerge du noir. mais pour cela il me faut accepter la noirceur de mon coeur, comme celle du monde. Penser que je suis bercée de lumière parce que je « pense » ou « fait bien », que le bon arrive parce qu’il est bon, c’est refuser de voir qu’en fait la lumière est peut être loin, c’est un espoir qui fait vivre mais il reste encore loin, comme un horizon à atteindre, alors même que je suis en fait, en plein coeur du tunnel.

Mon frère peint des monstres, mon homme est un spécialiste du dark side. Je travaille moi, depuis tant de temps sur la bienveillance, la joie, l’ouverture. Alors tout cela peut paraitre contradictoire. Mais en fait, c’est complémentaire. Si je vous ouvre les portes de mon petit enfer aujourd’hui, c’est parce que j’ai appris à m’aimer, que je suis capable d’aller regarder ce qu’il y a vraiment « là-dedans ». et même l’utiliser (bon, je suis une créa oui ou merde?!). Cette quête, m’aide à être « whole » et non plus simplement « good ». et pour celles et ceux qui me demandaient comment ne plus être des petites filles/garçons, peut être que cela est un début de réponse pour vous. Alors oui et vous, décrivez moi cette peinture? n’oubliez pas la règle « c’est tout moi parce que… »

je vous envoie plein de liens qui m’aident à prendre du courage, dans une bienveillance et une action à venir.

amour à tous!

Activate your Inner activist : Eric Liu : Why Do People Have to understand Power

We Also want to get Rid of That system. Just begin with yourself : Russel Brand and his Trews

Deepak Chopra : When we can’t face our own shadow, it gets embodied in figures like Trump who gleefully let the dark side of human nature romp in public. After Trump, What Will It Take to Heal?

Bleu Blanc Zèbre

Partagez cet article avec vos amis anglophones !

Il y a 9 mois / Bouche 102 commentaire(s)

102 commentaire(s)

  • Eh bien voilà Mai, ton post illustre la réflexion que je me suis faite le jour de l’élection de Trump…. j’ai entendu trop de gens résigné dire que les prochains c’est nous et je répond que chacun peut agir, en dehors de la politique, pour agir et en ne plus subir ce monde inégal. Je me reconnais quand tu dis que si j’ai tout alors je peux agir pour ceux qui n’ont rien! Je viens de retrouver du boulot et dans mon emploi du temps il sera primordiale que je puisse continuer d’être bénévole à la Cimade au même titre que de pouvoir récupérer les gamins le soir 🙂 à une heure décente! Je comprend la démarche de ton frère et pour répondre à cette question….c’est tout moi parce que ….c’est la peur qui m’accompagne trop souvent ( et je suis en train d’en faire un simple passager et non plus le conducteur de ma vie), cette peur créé le besoin de contrôle qui génère un autorité souvent illégitime ( et pareil, je bosse à fond là dessus parce que ça me coupe de ma spontanéité et de ma créativité)…c’est un début, j’y reviendrai, en attendant je vais partager ton poste! Mille merci et mille bises

  • eh bien moi je te trouve bien dure avec toi-même. Il m’est arrivé de lire des articles de ton blog, et d’être scotchée par l’audace de tes opinions ( qui vont pas dans le sens de la bien-pensance ( je suis pas sure de l’orthographe) actuelle en france). Je me souviens qu’on a brièvement échangé après les attentas, et je crois que tu fais partie des personnes qui dépassent les pensées convenues, encerclées, qui acceptent celles des autres, même si elles peuvent paraître dérangeantes. C’est souvent l’impression que m’a donné ton blog. Et au delà de la beauté, c’est surtout de la douceur que tu partages, et ça ça nous sauvera. Ca m’a sauvé en tout cas. Et je crois que d’une certaine manière, tu as pu faire partie des personnes qui y ont contribué.

    • Merci Mina, merci infiniment. Je tente ici de me transformer, par dela Ce que Les autres peuvent en penser. Et si cela aide, alors continuons. Encore une fois ce post n’est pas de l’auto- flagellation mais juste une tentative de trouver de la force et des embryons de réponses que la zone de confort ne le donnent pas. Merci pour ton Com. Power To the people! Xxx

  • C’est tout moi parce que c’est beau. Je trouve ce tableau tout simplement magnifique. J’ai toujours dessiné, j’ai toujours chercher du beau (au sens très large, pas d’opposition au laid), une leçon à apprendre, un rationalité à garder dans tout. Et j’en trouve dans ce tableau.

    Ce tableau magnifique montre la grandeur de Trump, sa prestance, sa réussite aussi qu’on ne peut dénier, qu’on soit partisan ou pas. Cet homme me fait ni chaud, ni froid, je n’accepte pas ces discours, ces gestes mais il est intéressant à étudier. En terme de communication, en terme de détermination, il a été fort. Ce sont mes études en philo/socio/com qui me font penser comme ça et c’est bien. J’en oublie l’affreuse chimère perdante qu’on décrit avec arrogance (médias, etc.) pour prendre conscience de cette réalité comme elle est. S’il est là, ce n’est pas pour rien. Des leçons peuvent être apprises : quelles ont été ces voix qu’il l’ont rendu grand ? Les ai-je entendus ? Ai-je fait quelques choses mis à part dire que « Ce n’est pas possible, le monde est censé ? » Qui suis-je pour affirmer cela ? Malgré mon ouverture d’esprit, je n’ai pas su ouvrir le regard pour voir cette réalité.

    Et comme toi Mai, je me dis que pour changer le monde, la société à notre petite échelle, il faut agir tous les jours, agir quand on voit une chose qui nous déplait parce qu’elle nous fait mal au fond mais j’ai peur. Ma peur est plus profondément enfouie que mon dégout. J’ai peur d’être brusqué, blessé par la réalité si j’agis, si je m’investis personnellement dans une cause. Ce n’est pas un problème d’esprit mais un problème de corps. Introspection à poursuivre. 🙂

    • Oui la peur tient notre corps c’est pour cela qu’il faut la sonder (cette peur) qu’il faut le découvrir (ce corps). Nos meilleurs ennemis aujourd’hui mais peut être nos alliées de demain si l’on s’attelle à cette tâche. Tout commence par soi. Allez go go GooooOoo Sam!!!! On se tient au courant!

  • Je suis franco-américaine, je vis aux Etats-Unis et au lendemain des élections, j’étais surtout abasourdie et en colère contre moi-même, en colère pour mon aveuglement de ne pas avoir vu que c’était ça l’Amérique (et je n’en veux à personne, ce n’est pas mon pays à moi toute seule), en colère d’avoir vécu dans ma bulle, de m’être gargarisée de mes propres opinions, renvoyées par tous mes amis et par tous les médias que je choisissais soigneusement pour valider mes valeurs, en colère contre mon inaction car si les résultats m’avaient déçue amèrement, qu’avais-je fait pour essayer de changer les choses sinon aller mettre mon bulletin dans l’urne?
    Je ne sais pas encore quelle forme prendra mon changement, mais c’est un bon début. La bulle est crevée.

  • Merci pour ce post, je pense qu’on en avait tous un peu besoin. Essayer de se comprendre soi-même avant de d’essayer de comprendre ce qui s’est passé. J’admire ta façon de penser, tu es un personne tellement inspirante et lumineuse. Vraiment merci 😊
    Pour poursuivre avec toi, je dirai que c’est moi parce que c’est l’autre. Cet autre qui ne veut pas parler, cet autre qui ne veut pas se montrer car il a peur d’être dérangé voir heurté, cet autre qui préfère attendre plutôt que d’agir. Cet autre qui veut être bon mais qui parfois ne l’est que par égoïsme, parce qu’il veut se sentir lui même mieux par la suite.
    C’est moi parce que cet autre c’est aussi moi, c’est nous. En réalisant la réalité de cet événement, j’ai compris que l’Humain était bien plus humain(s) que je ne le pensais…
    J’essaie toujours d’aller plus loin que ce que l’image ne laisse paraître, j’essaie toujours de comprendre la divergence même quand je ne l’accepte pas. Comment et pourquoi pouvons nous si facilement basculer d’un côté de la balance que de l’autre ? Pourquoi certains préfèrent ils se sentir grands Plutôt qu’heureux ? Ou alors Est ce que le Bonheur pour eux c’est la solitude et la division ? Dans ce cas là pourquoi ?
    En regardant ce portrait, ce qui ressort avant tout c’est de la haine puis de l’incompréhension.
    Je m’en veut pourtant de ressentir cette haine car n’est ce pas justement la raison pour laquelle on en est la aujourd’hui ? Mais dans ce cas là, si je ne peux même pas haïr les personnes qui ont décider qu’un tel personnage pouvait avoir sa place en tant que leader, alors qu’est ce que je peux faire ? J’ai passé la nuit à réfléchir à cette question. Comment à mon échelle, combattre quelque chose de bien plus grand que moi ? Je n’ai toujours pas la réponse à cette question, mais au moins j’ai pris conscience d’une chose, c’est que malgré ce qui arrive en ce moment si je veux me sentir en phase avec la personne que je souhaite être alors je dois cesser d’être engagée par la pensée, je dois être engagée par l’action. Il ne faut plus avoir peur de dire tout haut que Oui je suis différente et nous le sommes tous ! Que Oui j’aime cette différence et que OUI OUI OUI je défendrai ma différence et celle des autres coûte que coûte car pour moi c’est le sens même de la beauté.

    • « Nous serons jugés pour nos actions et non nos opinions » réfléchis peut être à cette haine comme quelque chose envers toi meme. Non pour te hair mais savoir qui tnapl aérien dans ce sentiment si fort et qui, comme ma colère peut être, pourra t’aider à avancer et à agir! Je t’embrasse Kat! Merci pour ton Com! Allez!

  • Bonsoir Mai,
    Aujourd’hui à été un jour bizarre et ton article y fait écho en quelque sorte. J’ai emmené mon mec au restaurant puis on a fait une randonnée dans la neige. C’était très chouette. Mais j’ai passé la journée en colère, pensant que merde il pourrait doubler cette put*** de voiture, qu’il faudrait vraiment qu’il arrête de s’énerver contre les autres voitures, que son frère devrait vraiment voir le bon côté des choses au lieu de toujours se plaindre, mais au fond, c’est moi qui me suis réveillée en colère. Le truc c’est que je ne sais pas pourquoi. Dire que c’est lui ou n’importe qui d’autre c’est plus facile. Mais ce que je vois c’est moi. Ce portrait c’est tout moi parce que je suis noire au fond et qu’on m’a rajouté plein de peinture blanche pour que je sois comme il fallait.
    Je trouve ça difficile de vouloir à la fois être bienveillante et autant en colère.
    Bonne soirée
    Delphine

    • C’est tellement incroyable de mettre le doigt dessus! Allez on tire le fil, on va jusqu’au fond. Le concernant censé ce sentiment d’être, à nouveau, un petit enfant qui ne peut rien faire. Belle route alors, quelque soit la voiture ou la personne à doubler!!!!! Mille bises Delphine-Eve!

  • Déjà ce portrait, c’est tout (j’ai du mal avec ce « tout »…) moi parce qu’il s’accorde à ma nature volontiers contemplative. Je regarde, je le trouve beau avec ses lignes furieuses, un chaos vu de près, une savante construction regardée d’un peu plus loin, l’image d’un visage.
    Il me parle aussi de moi parce que j’ai beaucoup de mal à formuler ce qu’il dit de moi, les mots ne viennent pas spontanément, comme retenus (par quoi? 🙂
    Essai, en vrac: force, détermination, ténacité / entêtement / persévérance, égoïsme, orgueil, chance / privilège(s), culot / audace, peur, expériences et ignorances, repli sur soi / fermeture, phénix

  • Un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse. Il y a des crises qui nous remettent au monde.
    Que faisons nous de notre liberté ?
    Le monde dans lequel nous vivons est une entreprise colossale de détournement. Une incroyable machine en marche pour nous divertir en permanence. Deepak Chopra a forgé la notion d' »hypnose socialement programmée »pour décide notre état de conscience collectif. La réalité réelle, la vraie vie, avec ses saveurs, ses odeurs, ses fulgurances, respire derrière cette structure.
    Tout a deux faces sur cette terre. 47,7% de voix pour Clinton 47,5% de voix pour Clinton. C’est 47,5% de trop. Mais qu’y a-t-il derrière ces voix ?
    Trump est une réponse fausse au sentiment de déclassement d’une grande partie de la population étasunienne.
    Arrogance
    Avoir de la tendresse pour ton arrogance et lui demander qu’est-ce qu’elle a à protéger, qu’est ce qu’elle a à te dire ?
    L’Arrogance
    Tu parles de la dompter. De la violence envers toi-même ?
    Traiter l’autre comme un gros naze ! Quelle est l’énergie dans cette expression ?
    La lectrice, les mini Hitler, … Tu n’es pas responsable des sentiments des autres !
    Tes mini bulles … les mini bulles sont aussi dans la vraie vie pas dans la culture hors-sol du virtuel.
    La lâcheté
    Qu’aurais-tu pu faire ?
    Ont-ils agressé quelqu’un verbalement, physiquement ?
    La réponse/responsabilité n’est pas la même.
    Ne rien faire n’est pas de la lâcheté si il n’y a pas de violence physique. C’est aussi se protéger.
    La colère
    Je me suis bien longtemps appuyé sur la colère, pour comprendre que la colère ne sauve personne !
    Ne pas se nourrir d’aigreur ni de noirceur.
    Fuir les êtres qui ont pour nous les réponses !
    Lorsque l’on a touché sa misère profonde, celle de chaque homme incarné, le fait que dans chacun de nous existe le pire comme le meilleur,
    quand dans cette humilité épouvantable, dans cette horreur de dire : Quoi cela est en moi aussi , ça aussi c’est moi !
    dans l’audace de le regarder, se produit qqc de l’ordre de la grâce qui fait basculer le réel.
    Il est mort le juge de mes frères.
    Celui qui serait capable de juger en moi n’existe plus.
    Traverser l’arrestation dans laquelle l’être s’est tenu lui-même pour rencontrer l’être au-delà de ses apparences.
    L’objectivité opposée au narcissisme. Ne pas rêver, la seule réalité qui compte n’est pas celle qui existe en moi, le monde de mes désirs et de mes craintes.
    Percevoir les gens et les choses tels qu’ils sont.
    Nous avons tous une vue déformée par notre narcissisme.
    Exercer cette objectivité envers tous ceux que nous rencontrons.
    Ne laisse aucune trace de ta souffrance sur cette terre si tu veux vraiment faire qqc pour ce monde.
    Faire œuvre de vie jusqu’au bout.
    « De ta boue j’en ai fait de l’or » Baudelaire
    Courage Mai et Merci pour tout toi.

  • Je suis allé au théâtre hier au studio d’Alfortville voir L’ABATTAGE RITUEL DE GORGE MASTROMAS qui revient notamment sur la morale et le couple bonté ou lâcheté. Et puis il y avait un tract dans le programme sur la saxifraga politica qui m’a donné de la force, on peut le retrouver ici : http://www.formes-vives.org/saxifrage

  • Quand je vois ce portrait je pense surtout imperfection, beauté de l’imperfection. En voyant le dessin, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il était vraiment magnifique. Et puis en lissant ton texte, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le lien avec l’imperfection, la complexité. Ce qui Trump et nous tous en faite. A la fois business man, père de famille et en même temps connu pour ses phrases chocs, son côté très out of the box. ça me frappe car, ce point je pense explique beaucoup son élection. J’ai pris le temps de regarder les débats américains, le complet pas celui coupé par le médias à leur bon plaisir. Non, le débat brut pour me faire MON opinion, et il faut dire que l’on comprend mieux pourquoi les gens ont pu voter pour lui. Il n’est pas parfait justement, il n’est pas politiquement correct, il est en colère, il le dit. Au contraire, cela a été une des faiblesses d’Hillary, ne pas justement affirmer ces faiblesses, rester dans le politique, dans le lisse.

    • Oui aurore, c’est une leçon, quelque chose que l’on apprendre de Trump, malgré tout le mal que je pense de lui. A quel point nous n’en pouvons plus des gens lisses. Quit a lui préférer le pire. Alors allons nous, nous meme cesser d’être ces personnes si lisses qu’elles en deviennent détestables?! Merci pour ton Com!

    • Edouard!!! j’attendais tes réactions. Il me semble (et ce dernier com tend à le confirmer) que tu n’as pas bien lu ce post! Qui mentionne la reaction de Jerry et t’invite à participer à un jeu… ENJOY! J’ai hâte de voir la suite!

      • Bon … moi qui pensais passez à travers ! 😉 Avec un tel accueil comment résister ?
        Petite précision avant de m’adonner à ce jeu : le com que je n’ai pas réussi à envoyer ce matin :
        Je corrige : 47,7% de voix pour Clinton 47,5% de voix pour Trump.
        Les mini bulles sont aussi dans la vraie vie pas QUE dans la culture hors-sol du virtuel.
        Mai, tes mini bulles font du bien, je ne les considère pas comme désincarnées, hors sol. Qui les confond avec la réalité ? Que le temps passé sur un ordi puisse nous déconnecter de la réalité, ça c’est possible, mais qui a pressenti cette majorité pour Trump ? Ils n’ont pas été nombreux !
        Michael Moore l’a vu dès le mois de juillet ! http://www.huffingtonpost.fr/michael-moore/cinq-raisons-pour-lesquelles-trump-va-gagner/
        Etre dans l’amour et l’action. Affronter sans haine ses ennemis ou avec le moins de haine que l’on peut, voire avec amour, parfois, lorsqu’on en est capable.
        Lire ou relire Etty Hillesum
        xxx Amour pour tous et toutes
        Allez, je me lance !
        Bon …
        Sombre détermination, du style tu ne résisteras pas à ma demande.
        Une fois que j’ai mordu, je ne lâche plus ! Je suis chien en astrologie chinoise.
        Tout mon être est tourné vers cela. Obtenir ce que je veux. L’autre est une proie et ne peut m’échapper. Mon regard est celui de l’aigle. Comment d’ailleurs pourrait-elle/il m’échapper ?
        Rien ne m’échappe. J’enregistre tout et je rumine tant est si bien que plus rien ne compte en dehors de mon but. Cela se voit sur mon front et ma mâchoire tous deux crispés. Un truc obsessionnel.
        J’observe jusqu’au moment où je vais me jeter dessus. Je savoure déjà ma victoire
        Cela me fait un peu sourire en même temps ! Ma lèvre supérieure est acérée comme le bec de l’aigle. Je peux attendre là dans les hauteurs ( faut pas déconner je ne suis pas comme le commun des mortels à ramper là au ras des pâquerettes ) des heures et des heures, je me fonds dans le paysage, dans le ciel jusqu’à en devenir invisible et c’est là que je peux être le plus dangereux.
        Tu ne m’as pas vu ? Tu n’aurais pas dû ! Tu as eu peur n’est-ce pas ? Mais tout cela est en fait pour ton bien ! Tu vas bien t’en rendre compte !
        Tiens ? Le col de ma chemise est un peu trop serré. On manque d’air ici ! C’est comme si en moi quelque chose allait exploser. Comme si une violence trop longtemps contenue était sur le point d’envoyer tout péter ! Tout mon corps est dense comme une pierre sur le point d’éclater.
        Cela me fait peur cette tension extrême ! Personne ne va en réchapper.
        Et puis de nouveau le silence, de nouveau l’attente ! Quelque chose sourit en moi.
        Vous me croyez gentil ? Méfiez-vous ! J’ai tout enregistré de vos allez et venues.
        Bon c’est un jeu hein ? j’en suis sorti là de tout ce qu’il y a de plus noir en moi ! brrrrrrrr ça me fait froid ! Allez j’appuie sur laisser un comment taire. Comment ai-je pu me taire ?

  • Je crois aussi qu’il bon d’arrêter de s’autoflageller et de regarder quelques réalités en face:
    1) Moins de gens ont voté Trump que Hilary mais Trump gagne à cause d’un système électoral archaïque hérité de l’incapacité des USA à avoir un suffrage universel direct qui aurait favorisé les Etats moins peuplés du Nord car les esclaves n’avaient pas le droit de vote. Lire cette article intéressant sur le sujet:http://time.com/4558510/electoral-college-history-slavery/
    2) Moins de gens ont voté Trump en 2016 que pour Romney en 2012 ou McCain en 2008 donc il ne s’agit pas d’un élan populaire pour Trump mais de l’incapacité d’Hilary à mobiliser l’électorat démocrate (http://imgur.com/TOGIbcP)
    3) L’électorat de Trump n’est pas un électorat pauvre et déclassé mais un électorat pour qui l’immigration et le terrorisme sont les plus grande menaces (http://www.nytimes.com/interactive/2016/11/08/us/politics/election-exit-polls.html)

    • Merci la Pistache! Je ne vais pas rentrer dans un débat politique sur un pays qui n’est pas le mien. Je suis d’accord avec tes faits, même si je note que le niveau d’abstention fait que 3/4 des voteurs n’ont pas voté pour HC, « malgré tout ».
      Ce post n’est pas, je l’ai écrit, un post d’auto flagellation. C’est un post où je partage ma quête de transformation interne, comme pré-requis à la transformation de la société à laquelle je contribue. On peut toujours dire que les choses sont injustes, ce qui est vrai, mais on peut en même temps prendre la mesure de nos responsabilités individuelles DANS LA PERSPECTIVE de changements à venir. Le but est de sauver le monde hein;) encore merci et mille
      Bises

  • au delà qu’il soit bien dessiné, je n’aime pas ce tableau, je ne trouve pas la beauté et pour cause…
    c’et tout moi lorsque j’ai le regard noir par la colère et la haine.
    j’ai fait abstraction (du moins j’ai essayé) de savoir qui était le personnage peint mais réellement la peinture me fait peur. Il y a comme une fermeture sur le visage, un monsieur qui ne voit rien et n’entend rien…
    Elle me fait peur parce que je me dit : « c’est tout moi, lorsque je pense avoir raison, que je fronce les sourcils et qu’en fait je n’écoute plus les autres mais que ma colère monte monte monte…je veux prouver que j’ai raison » (merde alors je suis réellement comme ça…beurk!!!!)

    Ceci étant ton post ma beaucoup parlé : la lacheté je la ressens aussi. Je regarde ce qu’il y a autour de moi, je trouve ça injuste, inégale, et je reste là sans bouger (si je bouge dans ma tête ça c’est sûr). Je cherche encore ce que je peux faire…hormis donner à Emmaüs, donner à la banque alimentaire…je ne fais rien. Je crois qu’il faut créer et inventer sûrement mais quoi et comment (je parle pour moi évidement)
    mille bises Maï

  • Je n’arrive pas à m’intéresser à cette question. Oui, le pays le plus puissant du monde aura pendant 4 ans un homme odieux, raciste, sexiste, etc, les conséquences géopolitiques sont encore inconnues, mais je n’arrive pas à m’intéresser à la question.
    Je comprends le besoin de réponse, le besoin d’engagement, le besoin d’écouter l’Autre et de ne pas rester dans une tour d’ivoire, pétris par nos certitudes, évitant prudemment pendant les repas de famille les sujets trop polémiques, parce qu’au fond, on n’a pas vraiment envie de se fâcher avec ceux qu’on aime.
    Mais, non, je n’arrive pas à m’intéresser au sujet.
    Je vais faire un parallèle avec une pièce que j’ai vue récemment : une adaptation scénique de Candide. Non, on ne vit pas dans le meilleur des mondes : il faut cultiver son jardin.
    Alors, est-ce qu’il s’agit de repli sur moi-même ? Peut-être bien. Et peut-être bien que c’est ma façon de me protéger du monde. Me dire que mon pouvoir sur lui est tellement petit que je dois me concentrer sur moi même, sur mon amoureux et sur ma fille.

    • Oui je comprends Sabrina et beaucoup de gens « ne s’intéresse » plus à la question tellement ils se sentent petits ou découragés ou mille autres choses encore. Nous sommes petits, dans ce grand monde, je parle dans le post de la possibilité de devenir grand dans le sien. Et je ne sais pour toi, mais moi qui ai aussi des enfants, j’essaie de les élever du mieux que je peux. J’ai juste choisi, de les faire vivre dans « ce » monde qui est plus grand que moi. Nous vivons dans le centre de Paris ou des gens se sont fait tuer il y a un an. À moi donc de trouver les ressources pour me transformer et agir, à ma mesure. Merci pour ton Com, merci! Mai

      • Je comprends encore mieux ton post à la lecture de ta dernière publication sur IG. L’été dernier, dans ma toute petite ville de bord de mer, il y a eu une alerte. Des hélicoptères, beaucoup de policiers, la plage évacuée. La plage où nous n’étions pas allés en famille ce jour-là par flemme et inorganisation chronique. Et pendant ces quelques heures où ne savions pas encore qu’il s’agissait d’une fausse alerte, j’étais bouleversée, vraiment, de me dire que j’allais faire grandir mon bout de chou dans ce monde là, sur lequel je n’arrive pas à avoir prise. Et le fait que ce soit une fausse alerte, m’a tout fait rejeté au loin, cette angoisse très forte, le monde horrible, les « méchants » qui ne sont pas nous. Oui, je fais l’autruche, j’ai l’impression de ne pas avoir la force de faire autre chose. (Mais effectivement, il y a une petite voix qui me dit de temps en temps, et quand ta fille te demandera ce que tu as fait, toi, à ce moment-là, que répondras-tu ?)
        Sinon, hier, j’étais avec la compagnie de théâtre pour laquelle je travaille, et on présentait la première d’un spectacle jeune public. Et les gens du théâtre, ceux de la compagnie, le public, on s’est dit que c’était pas mal, d’être là, ensemble, ce jour-là particulièrement.

  • C’est tout moi parce que parfois moi aussi je crois que j’ai LE pouvoir et LES réponses , alors que je me plante complètement/ce n’est pas si simple/c’est plutôt en s’acceptant, se changeant, se découvrant soi-même qu’on peut faire un peu de chemin dans la bonne direction. C’est tout moi parce que je crois parfois que si on est celui qui crie le + fort ou qui montre une assurance feinte alors on deviendra qlq1 de « crédible », en qui les autres vont accorder leur confiance.
    C’est un exercice passionnant ! Merci!

  • Exercise intéressant, et merci encore pour ta franchise en t’y attelant – et l’humanisme qui en ressort. Je dois dire que j’ai du mal à m’y soumettre. Le portrait est beau mais l’homme me révulse- et même embelli par les traits de Truc-Anh, ce que je vois c’est surtout des yeux petits qui, alliés à une bouche fine, me font peur; une dûreté, une arrogance, une méchanceté (une détermination!). Je ne crois pas que ces traits de caractère me font écho… même si l’arrogance dont tu parles pour toi (je suis d’accord avec Mina, tu es trop dure avec toi-même!), je pense en être aussi un peu coupable. mais j’essaie dur de m’en écarter! La détermination – je crois en avoir… pas assez peut-être?
    Je ne vois pas de colère dans ce tableau, par contre il en suscite en moi – énormément! Et je lui en suis reconnaissante par ailleurs. Car en ce moment j’ai besoin de colère pour ne pas tomber dans le désespoir; j’ai besoin de colère pour agir, pour me remettre d’aplomb – et puis bien sûr aussi de lien, de dialogue, de partage pour aller au delà, pour croire encore…

    • Oui c’est incroyable comme certaines colères finalement peuvent aussi combattre le désespoir. Si nous apprenons à l’utiliser à bon escient elle peut nous donner une énergie incroyable.
      Pour mon arrogance, elle ne filtre peut être pas sur le blog… Dans la sphère privée c’est autre chose. Je pense à Barbara Bush disant « il est impensable qu’une femme puisse voter Trump »… Well… Sans cette arrogance, peut être pouvons nous envisager des options (qui s’avèrent devenir une réalité ensuite) et les combattre plus efficacement.
      Merci Biba pour ton Com!

  • Bon …
    Sombre détermination, du style tu ne résisteras pas à ma demande.
    Une fois que j’ai mordu, je ne lâche plus ! Je suis chien en astrologie chinoise.
    Tout mon être est tourné vers cela. Obtenir ce que je veux. L’autre est une proie, ne peut m’échapper
    et mon regard est celui de l’aigle. Comment d’ailleurs pourrait-elle m’échapper ?
    Rien ne m’échappe. J’enregistre tout et je rumine tant est si bien que plus rien ne compte en dehors de mon but.
    Cela se voit sur mon front et ma mâchoire tous deux crispés. Un truc obsessionnel.
    J’observe jusqu’au moment où je vais me jeter dessus. Je savoure déjà ma victoire
    Cela me fait un peu sourire en même temps ! Ma lèvre supérieure est acérée comme le bec de l’aigle.
    Je peux attendre là dans les hauteurs (faut pas déconner je ne suis pas comme le commun des mortels
    à ramper là au ras des pâquerettes ) des heures et des heures, je me fonds dans le paysage, dans le ciel jusqu’à en devenir invisible et c’est là que je peux être le plus dangereux.
    Tu ne m’as pas vu ? Tu n’aurais pas dû ! Tu as eu peur n’est-ce pas ? Mais tout cela est en fait pour ton bien ! Tu vas bien t’en rendre compte !
    Tiens ? Le col de ma chemise est un peu trop serré. On manque d’air ici ! C’est comme si en moi quelque chose allait exploser.
    Comme si une violence trop longtemps contenue était sur le point d’envoyer tout péter ! Tout mon corps est dense comme une pierre sur le point d’éclater.
    Cela me fait peur cette tension extrême ! Personne ne va en réchapper.
    Et puis de nouveau le silence, de nouveau l’attente ! Quelque chose sourit en moi.
    Vous me croyez gentil ? Méfiez-vous ! J’ai tout enregistré de vos allez et venues.
    Bon mais c’est un jeu hein ? Cela me fait froid dans le dos quand je relis/relie tout ça !brrrrr…….
    Allez je tape sur Laid c’est un comment taire. Comment ai je pu me taire ?

  • Edouard, je confirme l’onde de froid, immédiate à la lecture. C’est tout toi/lui et c’est tout moi ce moineau 😉
    Ta mise en œuvre de la consigne est particulièrement réussie aussi au passage, mais suis-je objective? Tu es un animal très littéraire et créatif, je n’en démords pas depuis que je te lis!

    :-)))

  • Aille Mai mais cet exercice est hard!!!! alors je tente…..ah oui mais j’ai du mal…Trump c’est tout moi…écrire cette phrase me côute, c’est pour dire…bon allez… c’est tout moi parce que (visiblement un gros blocage) (ça me questionne du coup car comme disait Freud on déteste l’autre parce qu’une part de lui nous manque, nous complète) …parce que 1) je suis butée parfois comme lui en mode tank, en mode bon allez là on y va quoi m***e, 2) parce que j’ai du mal avec ma colère, elle est rare mais quand elle est là elle met une plombe à déguerpir, comme une lionne en cage, elle me colle à la peau….tout comme cet homme, visiblement la gestion de ses émotions, c’est pas ça 3) parce que comme lui j’aime mon pays, plus comme avant, plus de la même manière, plus comme une adulte finalement ahhhh et il m’énerve, il m’énerve…il est affreux, abject, il tient des propos racistes, misogynes, haineux c’est un malade…..sorry la colère a sonnée, j’ai ouvert….

    j’y réfléchis…..je trouve cet exercice intéressant pour son effet miroir….on arrive pas à de telles élections par hasard, le monde est à bout de nerfs….mais je regarde ma fille qui me dit bonjour en arabe parce que sa copine lui a appris, qui me parle des africains, de leurs prénoms qui est donné en fonction du jour de naissance ou s’il s’agit de l’ainé, du cadet etc….et je me dis « tiens j’ai écrit un mémoire l’an dernier sur la communication interculturelle »….ça résonne…ça résonne…ethnocentrisme….

    kiss mai, j’te kiffe (je peux me permettre 🙂 dis? 🙂

  • Ce portrait c’est tout moi parce qu’il représente mon présent.
    Le présent et l’avenir du Monde, comme les nationalistes gagnent les élections en ce moment. Mon présent car même si mon vote est opposé à leur présence à la tête de nos pays, la démocratie est ainsi faite qu’à la fin je ferai partie du même « tout » qu’eux.
    Ça me bouscule car la menace est très proche et que la France est prête à basculer. Femme de couleur et mère d’un enfant musulman, je ne pourrai pas vivre ce temps « comme si de rien n’était », je suis obligée de regarder le portrait bien en face et d’admettre la réalité.

    • Merci Laure. N’oublie pas que les jeux ne sont pas faits. Regarder la verite en face est la Première action, il y en a Plein d’autres a suivre, j’en suis sure.

  • Bon et bien me voilà prenant la parole et quittant l’anonymat puisque je pense bien être cette lectrice en larmes qui a manifesté contre le mariage pour tous. A part si je ne suis pas la seule ?! Mais je te rassure Mai, je ne me suis pas sentie humiliée pas du tout. Au contraire, après la tristesse à la lecture de ton article, cela m’a fait du bien que tu m’écrives . Je n’ai pas répondu car sur le fond il ya parfois des différends qui me semblent inconciliables. (et justement, si c’était dedans qu’il fallait creuser ?!)
    Et je pense avoir toujours des opinions de vote plutôt très démocratiques.  La religion catholique puisque c’est la mienne a longtemps été un rempart contre le vote FN, même si ce dernier commence à tomber lui aussi et c’est effrayant . La conférence des évêques de France s’est à ce titre prononcée à plusieurs reprises et de manière claire contre le FN (tout en notant et assumant sa présence dans le paysage politique français), établissant que de nombreuses idées défendues par le FN étaient antinomiques avec la vision chrétienne de la société et de manière plus générale, avec l’Evangile.
    J’ai été moi aussi hébétée du vote américain la semaine dernière, ne cessant de me répéter « c’est pas possible ! ». Du coup, plus que jamais, je me dis que mon action politique (au sens grec du terme) doit être en accord avec la foi qui m’anime : engagement associatif , participation à la campagne présidentielle, animation de débats locaux. Je ne sais pas encore quelle forme cela va prendre, mais j’avance. J’espère avoir répondu à tes questions 🙂 et Merci pour ce partage !!!

  • C’est marrant ça me rappelle l’analyse plastique au lycée.

    D’abord dans la forme : cette peinture, c’est tout moi parce que quand je la regarde, son aspect m’inspire un dégout viscéral, cette matière toute boursouflée comme de la pâte à modeler fondue m’écœure, ça m’évoque un cauchemar d’enfance où je voyais une sorte de lave visqueuse dans laquelle j’étais enlisée et dont je n’arrivais pas à m’extirper, jusqu’à disparaître.
    Ensuite dans le fond : Je vois comme dans un miroir la fermeture de son expression, le regard plein de jugement qui diffuse ses ondes négatives nocives. Il a l’air figé à jamais, incapable d’évoluer, si solidement ancré dans sa connerie qu’on est déjà découragé
    d’avance à l’idée de la moindre interaction avec cette personne parce que franchement à quoi bon ? Son inertie est telle qu’ il faudrait un effort monstrueux pour transcender cette énergie noire qui le condamne à la solitude.

    Mon dark side je le connais assez bien finalement même s’il continue à me mener par le bout du nez. Je patauge dedans depuis des années et c’est si difficile d’en sortir.

    Merci Mai pour ce que tu fais.
    Bisous.

    Julie

    • Ahlàlà Julie, Julie… Mais toi aussi tu es désespérante??? ^^

      Bonjour à tous/toutes les Sisyphe! Clin d’œil à nos cailloux, nos montagnes, nos gouttes d’eau (dans l’océan ou même pas): : http://pbs.twimg.com/media/BP8rRjQCAAMQYLO.png:large

      Merci beaucoup Edouard pour la belle découverte de Christiane Singer. Je n’ai regardé que deux vidéos d’entretiens pour le moment. « Rien ne nous est donné pour nous écraser. » et « Que faire pour le monde. » Je vais sans doute prolonger ce premier aperçu.
      Merci aussi à Sultana pour les saxifrages! Enfin une proposition politique que j’ai l’impression de comprendre et à laquelle j’ai envie d’adhérer!

  • Merci, merci, merci Mai.
    J’attends toujours tes posts avec impatience, mais alors, celui-ci me scotche. Je suis restée dans un état de « choc » plusieurs jours après cette élection, j’avais l’impression que mon cerveau refusait de tourner correctement. Et j’ai commencé à nourrir – de nouveau – une certaine angoisse par rapport à l’avenir. J’avais beau méditer, lire sur l’instant présent, il m’était difficile de le vivre vraiment.
    J’ai d’abord trouvé le monde horrible, injuste, je me suis dit ça y est, les monstres sont de sortie et se sentent légitimes.
    Puis je me suis rendue compte de mes propres erreurs. De ma bêtise effectivement, de croire que rien de tel ne pouvait arriver alors qu’il y avait plein de signe. De mon aveuglement.
    Et pourquoi cet aveuglement? Effectivement, je me retrouve énormément dans tes propos. La colère, l’arrogance et la lâcheté, c’est sûr. Et puis peut être aussi une certaine paresse, un attentisme à espérer que les choses s’arrangent toute seule. C’est humain mais ça n’est pas ce que je veux faire de ma vie.
    Bref, j’en ai beaucoup parlé. Et j’ai décidé que je m’engagerais plus, pour que ce soit la paix et non plus la haine qui gagne. Et je n’ai pas encore de plan d’action, mais ça va venir. ça n’est plus le moment d’avoir peur ou de se laisser gagner par la paresse ou la procrastination.
    Désolée pour ce roman…Mais merci, merci pour ton point de vue. Oui, je crois que ce qu’on rejette le plus c’est ce qui ressemble le plus à nos côtés sombres ou à nos traits inavoués.
    En avant maintenant.
    Je t’embrasse!

    • Bonsoir Cécile, permettez moi, vous même et Mai, d’intervenir ici et de retranscrire les écrits d’une pratiquante de la méditation : « Nous avons tous très peur d’avoir mal, d’avoir trop mal, ou d’être trop inquiet, trop triste, trop seul, trop stressé…
      Nous avons parfois si peur que nous ne rencontrons aucunement ce qui nous arrive.
      Nous faisons tout pour l’éviter, pour nous éloigner de ces douleurs ou de ces peines, pour les noyer… Premier réflexe : fuir devant la peine…
      Grâce à l’entrainement que nous offre la méditation, nous apprenons à devenir un peu plus courageux : la méditation nous invite à accueillir ce qui est, comme c’est, sans bouger, sans chercher à faire quoi que ce soit, mais en regardant avec précision et douceur.
      Alors au lieu de rester juste un inconfort flou, une douleur irréelle, une inquiétude sourde mais même pas nommée, nous apprenons à entrer en relation avec nos peurs, nos incertitudes, nos malheurs. Et du fait même de les reconnaître nous pouvons commencer à en prendre soin, à les accueillir au lieu de les fuir, à les bercer au lieu de les ignorer.
      Car ignorer ce qui nous arrive ne marche jamais ! Nous sommes toujours rattrapés par la réalité.
      Refuser le réel est toxique. En conclusion, une citation de l’écrivain humaniste Romain Rolland, tirée de son livre La vie de Michel-Ange, 1907.
      « Il n’y a qu‘un seul héroïsme au monde : c’est de voir le monde tel qu’il est, et de l’aimer. » «
      Marie-Laurence Cattoire

  • C’est un bel exercice que tu nous donnes Mai. Et merci pour toutes tes réflexions si riches de ces derniers mois auxquelles je ne prends pas toujours le temps de réagir. Nous nous croyons souvent si seuls dans nos propres révolutions intérieures que cela est presque déroutant, parfois, de trouver autant d’écho dans une autre voix.
    Je crois que ce portrait c’est tout moi parce que ces sourcils butés, ces yeux rapetissés comme pour ne voir le monde trop grand, ne pas trop sortir de ses réalités intérieures, c’est moi quand je me laisse emporter, quand je ne prends pas assez le temps de la réflexion et que je colle sur les autres mes archétypes et mes a priori. C’est humain malheureusement, mais la voie la plus saine et encore de le combattre. C’est ce que j’essaie de faire tous les jours en poursuivant mon blog depuis bientôt un an, en prenant le temps de regarder autour de moi et d’écrire chaque jour un portrait ou une rencontre avec quelqu’un que je ne connais pas. Voir, regarder, m’interroger et élargir mes horizons.
    C’est tout moi parce que ce petit sourire arrogant, c’est moi quand je ne suis pas à l’aise, quand je me sens en insécurité et que je renvois cette image hautaine qui me semble toujours un peu étrangère.
    C’est un bel exercice que tu nous donnes Mai. Et merci pour toutes tes réflexions si riches de ces derniers mois auxquelles je ne prends pas toujours le temps de réagir. Nous nous croyons souvent si seuls dans nos propres révolutions intérieures que cela est presque déroutant, parfois, de trouver autant d’écho dans une autre voix.
    Je crois que ce portrait c’est tout moi parce que ces sourcils butés, ces yeux rapetissés comme pour ne voir le monde trop grand, ne pas trop sortir de ses réalités intérieures, c’est moi quand je me laisse emporter, quand je ne prends pas assez le temps de la réflexion et que je colle sur les autres mes archétypes et mes a priori. C’est humain malheureusement, mais la voie la plus saine et encore de le combattre. C’est ce que j’essaie de faire tous les jours en poursuivant mon blog depuis bientôt un an, en prenant le temps de regarder autour de moi et d’écrire chaque jour un portrait ou une rencontre avec quelqu’un que je ne connais pas. Voir, regarder, m’interroger et élargir mes horizons.
    C’est tout moi parce que ce petit sourire arrogant, c’est moi quand je ne suis pas à l’aise, quand je me sens en insécurité et que je renvois cette image hautaine qui me semble toujours un peu étrangère.
    Et puis, il y a quelque chose de déterminé dans ce portrait, et ça je crois que c’est un moi positif, déterminé et idéaliste. C’est celle qui chemine et qui essaie de se connaitre, d’être libre, curieuse, bienveillante et d’être une citoyenne engagée.

  • Merci miss pour ton post que j’ai enfin le courage de lire. Je suis d’accord avec toi sur tous points, ton approche d’ouverture, ton questionnement sur la necessite d’action. Tous point, sauf un, quand tu dis « la société que nous créons, qui refuse de voir la réalité en face. à tous ces américains qui scandent « not my président » « This is not America ». well, it is a shame but, yes they are! »
    Regarde les chiffres, une minorité d’americains soutiennent Trump, et ils existent c’est vrai, il ne faut pas les nier. Mais c’est une minorité qui ont réussi a etre representé par un systeme electoral qui ne fonctionne plus, seulement 23% de la population a voté Trump. Pres de la moitié n’ont pas voté parce que les medias affirmait (a tort) qu’Hillary allait gagner, et donc beaucoup l’int pris pour acquis. C’est comme si l’extreme droite etait élue en France, tu dirais la meme chose non? Les Etats-Unis sont en deuil et sont revoltés intérieurement de ce qu’il se passe, et meme si ce resultat est le meme, il est important de se rappeler que non tous les americains ne sont pas raciste, sexiste et misogynes…

    • Bien sur que Les Americans ne sont Tous de racists mysogines etc Mais Le point que je souleve est que si trump est Le president et si il a ete Elu (malgre tout) sur Ce qu’il est. et que Lea amercains s’ils restent sur Le « C’est un accident, et en fait on aurait du gagner » ne regarderont pas une autre reality qui est que de toute facon 60 millions de personnes qui votent pour trump C’est ENORME probleme societal a resoudre.

  • Extrait du discours final du barbier juif dans Le dictateur de C Chaplin ‘L’envie a empoisonné l’esprit des hommes, a barricadé le monde avec la haine, nous a fait sombrer dans la misère et les effusions de sang. Nous avons développé la vitesse pour nous enfermer en nous-mêmes. Les machines qui nous apportent l’abondance nous laissent dans l’insatisfaction. Notre savoir nous a fait devenir cyniques. Nous sommes inhumains à force d’intelligence, nous ne ressentons pas assez et nous pensons beaucoup trop.
    Nous sommes trop mécanisés et nous manquons d’humanité. Nous sommes trop cultivés et nous manquons de tendresse et de gentillesse.
    Sans ces qualités humaines, la vie n’est plus que violence et tout est perdu ».

  • Extrait du discours à la jeunesse de Jean Jaures (Albi 1903) L’humanité est maudite, si pour faire preuve de courage elle est condamnée à tuer éternellement. Le courage, aujourd’hui, ce n’est pas de maintenir sur le monde la nuée de la Guerre, nuée terrible, mais dormante dont on peut toujours se flatter qu’elle éclatera sur d’autres. Le courage, ce n’est pas de laisser aux mains de la force la solution des conflits que la raison peut résoudre ; car le courage est l’exaltation de l’homme, et ceci en est l’abdication. Le courage pour vous tous, courage de toutes les heures, c’est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie. Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ; c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action. (…) Le courage, c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de l’établir et de la coordonner cependant à la vie générale. Le courage, c’est de surveiller exactement sa machine à filer ou tisser, pour qu’aucun fil ne se casse, et de préparer cependant un ordre social plus vaste et plus fraternel où la machine sera la servante commune des travailleurs libérés. Le courage, c’est d’accepter les conditions nouvelles que la vie fait à la science et à l’art, d’accueillir, d’explorer la complexité presque infinie des faits et des détails, et cependant d’éclairer cette réalité énorme et confuse par des idées générales, de l’organiser et de la soulever par la beauté sacrée des formes et des rythmes. Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir, mais de n’en pas être accablé et de continuer son chemin. Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques.
    Pourquoi ont ils tué Jaures ? chantait Brel

  • Bonjour Mai,
    J’aime beaucoup ta réflexion qui est en effet de se poser la question « nous mettons-nous des œillères sur un monde qui va mal tout content de notre capital économique et culturel +++ ? ». C’est une vraie question que le fossé idéologique et social dans un Etat-Nation que tout à chacun doit se poser dans son rapport à l’altérité.
    Cependant, il ne faut pas non plus tomber dans l’auto flagellation quant au sujet Trump : il n’y a pas que ceux qui n’ont rien qui votent pour ce genre de candidats, il y a aussi tout un tas de débiles profonds au CSP correct. Malheureusement le confort économique ne va pas automatiquement de pair avec des idéaux humanistes. Oui il est temps de regarder les autres sans se complaire dans notre propre idéal de vie bio, écolo, humanisto sympa, pour autant, un con reste un con. Et on restera toujours un con aux yeux de ce même con.

    • Oui merci! Je ne m’auto flagelle pas et regarde juste Ce que peux changer en moi avant de pouvoir agir a un endroit ou un autre. Une situation Comme celle Ci s’exolique par un faisceau de causalite. Personne n’est responsable de tout (he suis pas responsable des choix de trump), personne n’a reponse a tout. Mais si chacun change alors ensemble on peut couvrir un Spectre tres large. Bise

    • http://m.20minutes.fr/medias/1964395-20161118-trump-president-faute-avoue-auteur-fausses-news-facebook?ref=https%3A%2F%2Fnews.google.fr%2F
      Extrait :
      « Franchement, les gens sont de plus en plus bêtes. Ils ne font que partager des trucs. Personne ne vérifie. C’est comme ça que Trump a été élu. Il a dit ce qu’il voulait, et les gens ont tout cru, et quand les choses qu’il a dites se sont révélées fausses, les gens s’en foutaient parce qu’ils l’avaient déjà accepté. C’est effrayant. Je n’ai jamais vu ça. »

    • Il y a ceux qui cherchent à comprendre les faits, d’autres qui ne pensent qu’à les exploiter. Il y a pourtant des penseurs très médiatisés qui vulgarisent leurs analyse. J’avoue que j’ai de plus en plus de mal à comprendre le rejet de l’autre, surtout venant de personnes qui ont accès facilement à l’information et sont capables de comprendre la complexité de ce monde…
      Quand on a accès à des faits, des chiffres , des analyses et qu’on en est encore à des clichés du type  » on va vaincre le chômage en expulsant l’étranger », je n’ai juste plus de croire en l’humain… J’ai de plus en plus l’impression que c’est une haine , simple, bestiale, brute de l’autre, du métèque, qui s’exprime dans les urnes et les médias ( qui ne sont plus indépendants…) . Il serait peut-être temps pour les journalistes de se démuseler un peu, on a tous besoin de bouffer , ok, mais on n’a pas tous choisi le même métier… Parce que certains prêtres de l’info font clairement le job de ce  » cher  » diablotin . Quand on a accès aux chiffres, comment peut-on laisser certains politiques balancer des conneries sur un plateau de télé…. Certains font mine de broncher un peu, mais bon, quand on a de quoi tuer la bête et qu’on se contente de lui donner une tape au menton, c’est qu’on a besoin de la garder en vie…
      C’est aussi une question d’éducation et ( oui) de remise en cause de notre self estime d’occidental, qui est à un niveau qui crève le plafond. On se pense garants de l’humanité, on se pense détenteurs du progrès…Quand on se pense garants de l’humanité et que l’on assimile le reste du monde à un agrégat de cultures archaïques ( image encore véhiculée , même chez ceux qui pensent bien faire ( je pense à l’humanitaire folklorique qu’on vend encore dans les écoles… ou quand l’Afrique est un « pays » figé dans le temps…), on ne peut qu’être perméable aux pensées frontistes.
      Un article qui m’a bien secouée car tellement d’évidences …:
      http://la-bas.org/la-bas-magazine/textes-a-l-appui/alain-badiou-penser-les-meurtres-de-masse-du-13-novembre-version-texte

  • « Et si moi qui ai tout, je ne change rien, alors ceux qui n’ont rien ont raison de m’en vouloir. »
    Il faut rester lucide en effet…merci pour ces réflexions Mai, et à ton (très) talentueux frère

  • J’hallucine totalement car en une heure, en regardant tes post -presque – les uns après è les autres ( ça faisait longtemps que je n’étais pas venue-), tout résonne….
    Je viens de te dire que tu étais prise ne photo en guerrière et voilà que tu es en guerre.
    Tu parles de Colère, et je réalise que c’est mon absolue manque de colère qui m’empêches de trouver une voie pour venir avec toi « sauver le monde » et qui m’oblige à tenter de rendre heureux seulement ceux qui sont autour de moi. Ceci dit, tes bulles font avancer les chmilblic, mais je sais, et j’accepte que ça va prendre du temps…
    ET SURTOUT je ne suis pas du tout d’accord !!! tiens tiens !
    D’abord, tes bulles sont précieuses. Ne les méprises pas parce qu’elle pétillent. La légèreté est trop importante, et risque de l’être de plus en plus, comme une résistance à la morosité ambiante et au monde qui s’annonce. D’ailleurs, il ne s’agit pas que de légèreté, ce sont des histoires, des histoires qui sèment des graines parmi nous…. PLEINS de graines.
    Ensuite, ton blabla sur la prétendue arrogance est énervante, tu veux que je te donnes une autre bâton pour te taper encore ? Si la fille t’a pas répondu, c’est peut être qu’elle n’a jamais vu ta réponse ? Il me semble que chaque chose que tu fait avec coeur n’a pas besoin d’être analysé plus que ça, tu lances une bouteille, ceux qui peuvent la prennent et les autres la prendront peut être plus tard. C’est ta seule arrogance. Soit moins dure avec toi même…. qui parlait de bienveillance ?
    Et puis l’autre truc qui m’a agacée, c’est « depuis quand as-tu trouvé sans chercher…. » si y’en a une qui cherche…. c’est bien toi. Si c’est pas là, c’est que ça n’est pas encore le moment, que tu es encore sur le chemin, et quand ça sera le moment et bien il se passera ce que dis ton mec, tu iras, et c’est tout…. qui parlait de bienveillance ?
    Bon, je vais voir plus haut ce que tu racontes sur le tantrisme….

    • hahahah alex! oui il faut trouver de la colère parfois pour monter au front. et encore une fois, c’est parce que j’ai bcp de bienveillance pour moi meme que je peux meme me permettre d’accueillir des choses ni agreables ni confortables, en moi, et ici.
      quand je dis « depuis quand ai trouvé sans chercher? » c’est justement pour dire que je suis de nature à chercher. et que le fait de ne pas avoir les réponses maintenant veut tout simplement dire que je n’ai pas commencé cette recherche. donc allons y!
      mille bises et merci pour ton com.

  • La recherche de réponses. La recherche des pourquoi. Chercher à ne plus souffrir, ouvrir les portes des placards.Y trouver le pourquoi des souffrances L’on n’a pas toujours toutes les réponses. Laisser la place à je ne sais pas. Il est alors possible de passer d’une incompréhension triste à une incompréhension joyeuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *